BLACK STONE CHERRYBLACK STONE CHERRY – Kentucky

Sortie le 1er Avril 2016

Chris Robertson – Voix, Lead/Rhythm guitare.

Ben Wells – Rhythm/Lead guitare, Sitar, Chœurs.

Jon Lawhon – Basse et Chœurs.

John Fred Young – Batterie/Percussion, Chœurs, Harmonica, et Piano.

 

 

 

 

 


 

Cinquième effort des ricains de BLACK STONE CHERRY, avec un Kentucky aboutit qui signe un retour aux fondamentaux. Véritable retour aux sources, laissant de côté une certaine « surproduction » pour revenir à un rock plus entier et naturel.
Après un changement de label, et leur entrée chez Mascot, gage de qualité s’il en est, cette galette arrive comme une remise à plat des aspirations du groupe.
Ouvrant sur The Way of The Future, le ton est donné d’entrée de jeu avec un retour aux rythmes sales et gras d’un sud rural.
Avec Kentucky les BLACK STONE CHERRY nous livrent un opus féroce et remarquablement bien foutu.  Conçu comme un long train traçant sur la route 66, ils ne s’embarrassent pas de superflu et filent droit dans leurs bottes.
Le méfait groove, les riffs sont assassins et succulents, Ben Wells fait des merveilles comme sur l’admirable Shakin’ My Cage, au même titre que Chris Robertson y pose sa voix en y contant un bayou lancinant.
La paire Jon Lawhon / John Fred Young assure une rythmique implacable.


 

Black Stone Cherry


Ecoutez-moi cet admirable Soul Machine, qui distille une soul appuyée de chœurs qui vous transportent à travers un sud US qu’on idéalise facilement.

Mais on n’oublie pas les fondamentaux, avec une ballade aussi classique qu’efficace à l’image de ce Long Ride ou encore The Rambler et son attaque acoustique apaisante.

Les lascars arrivent même à glisser des pointes de Funk dans leurs compos comme sur War avec ses chœurs scandés et ses pointes de cuivres qui feront bouger votre corps malgré vous. Tout en retenue il finit par exploser en un riff incisif.
Autre merveille parmi les nombreuses de cette galette, le magnifique Rescue Me, qui résume plutôt bien le move du groupe et l’état d’esprit dans lequel les gus ont abordé ce Kentucky.

Vous l’aurez compris, avec Kentucky les quatre furieux nous livrent un album remarquable qui signe un retour aux affaires et une reprise en mains de leurs fondamentaux.
Les fans devraient s’y retrouver facilement, malgré un retour à des compos plus rugueuses et résolument moins mainstream, car les BLACK STONE CHERRY s’y sont confiés à livre ouvert. Un must have 2016 !


3 Comments

  1. […] titres qui fleure bon le bayou et son coté sombre. Cinq mois après la sortie de l’excellent Kentucky, le quatuor revient avec ce Black To Blues qui reprend des classiques du blues avec la sonorité […]

  2. […] Voilà un retour en fanfare pour un groupe au son organique, capitalisant sur ses racines southern qui fleurent bon le terroir blues rock made in Kentucky. Je dois dire que je suis bluffé par le talent de ces gus capables de renouveau dans un genre tellement élimé que beaucoup de formations s’y perdent corps et âme sans que l’on s’en rende compte. BLACK STONE CHERRY nous sert un Family Tree classieux et authentique qui tend à la perfection un peu à l’image d’un aliment bio qui se veut goûteux et sans artifices. Les gars du Kentucky produisent leur denrée eux-même, s’affranchissant de toute contrainte externe et autre addictif nuisible. Enregistré dans les studios de Barrick Recording à Glasgow où les gus ont leurs marques, Family Tree marche sur les traces de leur précédent opus Kentucky. […]

  3. […] pour votre album précédent [Kentucky sorti en 2016], vous avez choisi d’enregistrer dans le Kentucky, l’état où le […]

Leave a reply

Laisser un commentaire

Qui sommes nous

Une équipe animée par une passion commune des ambiances live, collant au plus près de l’actualité musicale. Among The Living vous fait (re)vivre des moments forts à travers ses articles. Enjoy !

Nous suivre

Among The Living © 2017