tankardTANKARD – One Foot In The Grave

Sortie le 2 juin 2017 via Nuclear Blast

Gerre | vocals

Andi Gutjahr | guitars

Frank Thorwarth | bass

Olaf Zissel | drums

 

 

 

 


17… non ce n’est pas le taux de degrés d’alcool que contient leur bière, mais bien le 17e album de nos germano-alcoolico métaleux adorés et vénérés de TANKARD en 35ans de carrière..

Difficile pour moi d’être objectif quand on parle de TANKARD, groupe mythique et unique en son genre qui m’a envoûté ou plutôt enivré comme des millions d’autres à mon adolescence dès les premières écoutes de « Zombie Attack » et « Chemical Invasion », mais je vais essayer….

Après le monumental  «Beast of Bourbon» (le meilleur pour moi), le brillantissime «The Beauty and the Beer» et les non moins excellents «Thirst» et «Volume 14»,   TANKARD s’était un peu endormi sur ses houblons en nous proposant un très moyen «A Girl Called Cervesa » et un « R.I.B. » certes bien meilleur que le précédent sus nommé mais avec un manque d’un petit quelque chose qui a fait que je n’ai pas accroché plus que ça, mais c’est mon avis et je ne leur en veux pas…

Mais revenons-en à nos Teutons,

Maître Gerre et ses alcooliques heu ses acolytes pardon, Franck, Olaf (qui s’est bien remis d’un AVC en 2015) et Andy semblent être sorties de leur coma éthylique et nous distillent un « One Foot In The Grave » des plus surprenant. Les premières notes donnent le ton, ça sent le très bon…

Et c’est le cas, les titres s’enchaînent les uns après les autres sans que l’on ai envi de passer à la suivante en cours de lecture. Les compos sont puissantes mais fluides,  entraînantes, et surtout intelligemment écrites à l’image de « Arena of the True Lies » ou « Syrian Nightmare » , mais rien d’exceptionnel à ça, TANKARD a toujours eu des écritures remarquables, qu’elles soient drôles, très drôles ou plus sérieuses.. La chanson éponyme de l’album « One Foot In The Grave » semble être clin d’œil aux 35 années passées trop vite.. 


 

tankard


La basse de Franck est toujours là, omniprésente et percutante, les rythmiques et solo d’Andy, même si ce n’est pas du Marty Friedman, sont toujours aussi efficaces, mélodiques (oui oui) et en parfait harmonie avec les titres proposés. Olaf, derrière ses barils, même s’il reste plus en retrait que dans d’autres groupes, tabasse dur et n’y est pas pour rien à la puissance de cet album.. Quant à Gerre, on ne peut que constater que plus il boit, mieux il chante !!! 

Bref, avec un line up qui n’a pas bougé depuis «Kings of Beer» en 2000 TANKARD sait ce qu’il fait et où il va, les yeux fermés et la démarche titubante… Je passerai sur les détails de la pochette du mefait, superbe couverture avec notre Alien accro à la picole..
Conclusion, un album des plus abouti, qui me fait dire que si TANKARD a un pied dans la tombe, l’autre est encore bien sur terre.. 
A écouter sans modération…  SANTÉ !!!


Leave a reply

Laisser un commentaire

Qui sommes nous

Une équipe animée par une passion commune des ambiances live, collant au plus près de l’actualité musicale. Among The Living vous fait (re)vivre des moments forts à travers ses articles. Enjoy !

Nous suivre

Among The Living © 2017
%d blogueurs aiment cette page :