Entretien avec Aurélien, batteur de RED MOURNING, à l’occasion de la sortie de Under Punishment Tree leur dernier opus.

 


Aurelien RED MOURNING


Bonjour Aurélien. C’est notre première rencontre, peux-tu te présenter pour nos lecteurs ?

 Bonjour, je suis Aurélien, batteur du groupe RED MOURNING depuis 2005. Le groupe existe depuis 2003 et je suis arrivé pour le premier album.

 

Il aura fallu attendre 4 ans depuis Where Stone and Water Meet. Que s’est-il passé entre ces deux albums pour RED MOURNING ?

Généralement notre rythme de croisière c’est trois ans entre chaque album. C’est le temps de porter à maturité celui-ci. Cette fois ci avec le départ du guitariste originel du groupe Romaric, il a fallu recruter un remplaçant. Sachant que Romaric était également notre compositeur, il n’était pas possible de le remplacer par un « exécutant ».
Cette période-là a été un peu compliquée, car nous avions également des dates de bookées et il a fallu qu’Alex apprenne les chansons du set. Et le guitariste de RED MOURNING doit connaitre la slide guitare, ce n’est pas évident (rires).
Il lui a fallu également assimiler les deux tiers du nouvel album qui étaient déjà composés.  Tout cela a un peu freiné la livraison de ce dernier album.

Comment s’organise un recrutement comme celui d’Alexandre ?

Il faut savoir que ce n’est pas Alex qui a enregistré l’album déjà. Après le départ de Romaric nous avons auditionné environs 6 guitaristes, et c’est Julien que nous avons recruté. Nous avons passé  deux ans ensemble et c’est lui qui a enregistré les parties guitares sur Punishment Tree. Par la suite il a dû déménager en Savoie pour des raisons personnelles. C’est Julien qui nous a présenté Alex avec qui il jouait dans un autre groupe également.
Il nous a déjà apporté des choses notamment au niveau des sets et de sa manière de jouer. Il chante très bien également ce qui est un vrai plus pour RED MOURNING. Il a une tessiture de voix qui se situe entre la mienne qui est perchée et celle de JC qui est plutôt rocailleuse. Il fait le liant.

Un mot sur le départ de Romaric ?

Romaric avait vraiment en tête de réussir plus rapidement avec RED MOUNRNING et le temps passant la passion s’épuise. La vie de famille aussi prend le dessus inévitablement et il a donc préféré arrêter. Nous sommes en très bon terme il n’y a pas de soucis.

Peux-tu me parler de votre collaboration avec  Frédéric Saurel qui a réalisé votre dernier clip « Dying Days » mais aussi ceux d’avant ? Comment est née cette collaboration ?

Fréderic est à la base une connaissance de JC, le chanteur, qui est devenu un pote à la longue. A chaque nouvel album on le sollicite pour faire le clip qui va bien. Il est toujours motivé et force de propositions, c’est un putain d’artiste. En ce moment il fait un One Man Show (Le soliloque de Grimm).

Votre collaboration avec Francis CASTE du studio Sainte Marthe est une histoire qui dure. Peux-tu m’en dire plus sur cette osmose ? Avez-vous déjà envisagé d’aller autre part ?

On s’est déjà posé la question, mais finalement pourquoi irions-nous ailleurs alors qu’à chaque fois il fait évoluer notre son. Sur cet opus la batterie n’est pas du tout triggée et la guitare est très rock’n’roll et organique. Il a une vraie intelligence musicale.

Tu parles de son « organique, et avec Punishment Tree je trouve que votre orientation est plus intense et sombre que les précèdents mais avec aussi un coté plus groovy. Est-ce une orientation naturelle pour RED MOURNING ?

Avec Romaric, le son des guitares était très contrôlé, alors que Julien, lui, a une approche plus grasse, « fat » et rock’n’roll. C’est la même chose pour la batterie. Sur Punishment Tree j’ai un jeu plus R’n’R et groove alors que sur les précédents albums c’était plus axé sur la double. Je voulais montrer que je savais jouer (rires).

Tu as gagné en finesse ?

Voilà, et Francis a compris cela en orientant mes parties batterie sans Triggs.

Vous n’avez jamais pensé à explorer plus en avant votre côté blues avec RED MOURNING ?

Notre démarche principale c’est de produire des albums avec une originalité. Il n’y aurait pas trop d’intérêt à pousser la même formule plus en avant. Nous préférons incorporer de nouveaux éléments dans notre musique. Sur cet album nous avons incorporé du Gospel, et également de l’orgue, chose que nous n’avions pas fait jusqu’à ce jour.
Pour le prochain album ce sera peut-être un banjo, ou éventuellement développer un coté acoustique de RED MOURNING.
Nous ne nous mettons pas de barrière et le métal est suffisamment vaste comme genre pour qu’on se renouvelle en se frottant à d’autres styles. L’idée c’est d’avancer en se faisant plaisir et en proposant quelque chose d’original.

Vos influences sont diverses au sein du groupe. Quelles sont les tiennes ?

Moi je vais plutôt être inspiré par du métal un peu moderne comme du  LEPROUS ou BETWEEN THE BURIED AND ME, mais aussi du MASTODON ou du death technique à la DEATH ou ATHEIST. JC lui va plutôt être influencé par le blues mais aussi le Hardcore. Sébastien (Basse) est plus sur des groupes death oldschool comme CARCASSS ou d’autres trucs comme TOOL voire Michel POLNAREF (rires). Quand à Alex lui il kiffe le Thrash genre SLAYER.

Alors le côté Bluesy de RED MOURNING va se perdre ou au contraire prendre plus de  place ?

Non il ne va pas se perdre car c’est un coté indissociable de RED MOURNING. On adore le coté folklore US, du cajun au gospel et Blues voire country. Le groupe évoluera c’est sure.


Aurelien RED MOURNING



Vos compositions sont complexes, à tiroirs. Comment faites-vous pour avoir le même rendu sur scène ?

On bosse beaucoup en repet et on tient vraiment à tout chanter sur scène. On voit le live comme un complément de l’album et on ne retranscrit pas note à note l’album en live, on réarrange et on adapte. C’est un plus le live.

Une tournée est dans les tuyaux pour ce nouvel opus ?

Nous avons la release party le 23 Mars à la Boule Noire à Paris. Nous avons vraiment envie de tourner.

Comment fonctionnez-vous au sein du groupe ? Vous composez en mode « repet » ou chacun chez vous ?

Avant avec Romaric nous composions plutôt en mode repet, mais avec Punishment Tree nous avons fait un peu des deux. Nous voulions malgré tout garder ce côté spontané et live de la compo en mode repet. Après il y a certains titres qui ont été amenés déjà fait.
JC compose les textes. Les thèmes abordés dans nos albums sont très imagés et métaphoriques. Il a carte blanche la dessus. Après sur les lignes de chants nous avons collaboré ensemble.

Vous avez déjà des premiers retours de Under Punishment Tree ?

Oui nous avons eu plutôt des retours positifs pour Punishment Tree, et on le voit aujourd’hui aussi au travers des interviews. C’est cool.

Quel est le modèle économique de RED MOURNING ? Vos principales difficultés aujourd’hui ?

On a tous un boulot à côté. C’est compliqué de vivre de la musique aujourd’hui, et en particulier de la musique métal. D’un autre coté je pense que de ne pas vivre de ta musique te permet de faire ce que tu veux en terme de compositions. Tu ne penses pas à orienter ton style ou ton morceau pour qu’il plaise au plus grand nombre.
C’est notre bébé et notre passion. On n’est pas pollué par quoique ce soit d’autre.

Avec qui aimeriez-vous tourner ?

MASTODON, parce que j’aime ce groupe et que nos styles ne sont pas si éloignés. Après j’aimerais aussi jouer avec LEPROUS, mais là ce n’est pas la même scène du tout.

Tes derniers coups de cœur ?

J’ai beaucoup aimé le dernier NOTHING MORE, et aussi IN SEARCH OF SUN. Il y a aussi un groupe un peu plus death métal prog qui s’appelle BLACK CROWN INITIATE que j’aime beaucoup.

Merci Aurélien

Merci à toi et également pour la chronique.

Leave a reply

Laisser un commentaire

Qui sommes nous

Une équipe animée par une passion commune des ambiances live, collant au plus près de l’actualité musicale. Among The Living vous fait (re)vivre des moments forts à travers ses articles. Enjoy !

Nous suivre

Among The Living © 2017