Entretien avec Kyle Eastwood
La Maroquinerie Paris
Lundi 27 novembre 2017


J’avais réussi à quitter le travail à temps, envoyé mes messages de confirmation, sauté dans une rame quand celle-ci m’a larguée sur le quai une station avant la mienne. Résultat des courses 894 mètres à parcourir au petit trot, portable à la main, les yeux rivés sur mon itinéraire, mes talons glissants sur les feuilles d’automne, le froid, la nuit tombée et la pluie battante.
Après avoir alpagué plusieurs rares piétons pour être sûre de mon chemin, avoir changé deux fois de direction parce que les filles n’ont pas le sens de l’orientation (c’est bien connu), je remonte la rue de Ménilmontant jusqu’à ô miracle, croiser la rue Boyer où…. Enfin, j’aperçois la Maroquinerie mais il n’y a personne dehors. Je pousse la porte, trempée, les lunettes  en vrac, pile poil pour le rendez vous de l’année. Kyle Eastwood est avec ses musiciens en tournée encore pour quelques dates et fait l’honneur aux PIAS] Nites de ce soir.


kyle eastwood

Journaliste ce n’est pas un métier de tout repos voyez-vous, mais quand enfin, on se pose et qu’on écoute l’artiste, un nouvel univers s’ouvre à nous comme une brèche dans l’espace temps, comme un soupir sur une portée, une histoire au cours de la vie et à l’issue, il n’en reste qu’un souvenir d’une rencontre éphémère immortalisée sur un selfie.

N’ayant pas écouté de jazz depuis les Aristochats (ou presque), le 8e album de Kyle tombait à pic pour me faire une oreille avec « In transit » sorti le 20 octobre 2017 chez PIAS qui est un album agréable, technique, moderne et surtout joué par un quintet de musiciens hors pairs. Ayant exploré tous les recoins du jazz, Kyle et consorts nous donneront ce soir une leçon magistrale et délicieuse.

En avant pour un petit portrait en toute humilité et élégance de ce contrebassiste/bassiste qui s’est forgé grâce à son talent une réputation de seigneur dans le monde du jazz.

  • Bonsoir Kyle, comment te sens-tu ce soir ?

On est en tournée, un peu fatigué mais ça va (il se réveille d’une petite sieste). Hier nous étions à Albi et la veille à La Ciotat.

  • De quoi est faite ta personnalité ?

Un peu de mes deux parents (ndlr : Maggie Johnson et Clint Eastwood) je pense.

  • Es-tu quelqu’un d’indépendant ?

Oui je crois, j’aime être seul parfois pour travailler ma musique ou être loin de tout.

  • Ta musique est en constante évolution comment la fais-tu évoluer ?

Avec mes musiciens bien sûr. On a fait un gros travail ensemble sur «In Transit ». Le fait de voyager est très inspirant également, voir les cultures différentes, les villes, la nature. Tout est source d’inspiration en fait.

  • Es-tu plutôt un homme de la ville ou de la campagne ?

Franchement cela dépend de quoi j’ai envie. J’ai grandi à la campagne et j’aime y retourner de temps en temps mais pour la musique la ville c’est mieux.

  • Quelle est ta ville favorite ?

Bonne question, j’aime beaucoup Paris  mais aussi le village de mon enfance, c’est tout petit, très calme, c’est en Californie. J’adore New York mais je ne crois pas que j’aimerai y revivre à présent, c’est trop stressant comme ambiance.

  • Comment te positionnes-tu par rapport au groupe, plutôt chef ou collègue ?

(rires)  je ne suis pas un patron directif si c’est ce que tu veux dire.

  • Quelle est la meilleure chose d’être toi ?

Je me sens heureux et béni dans cette voie que j’ai choisie et surtout qui me permet d’en vivre.

  • Qu’est ce qui est la pire chose d’être toi  ?

(Ndlr : il prend un moment et réfléchi)…. Je dirai les voyages pour les tournées, ce n’est pas facile de changer tous les jours, la musique reste la partie la plus sympa.

  • Quelle personnalité musicale a influencé ta vie ?

Je ne pourrais pas en citer un en particulier. Le Jazz fait partie de ma vie depuis toujours car mes parents sont fans de jazz donc j’ai énormément écouté (et rencontré) tous ces musiciens. On écoutait de tout à la maison, mais le Jazz et le Blues étaient des bases.

  • Et le heavy métal ?

Oui bien sur, j’ai découvert cela au Collège. Je ne suis pas un spécialiste mais j’ai écouté beaucoup LED ZEPPELIN, METALLICA, JUDAS PRIEST, SCORPIONS. Rien de très actuel effectivement (rires).

  • Aurais- tu voulu t’exprimer dans un autre registre artistique ?

Le cinéma en tant que réalisateur sûrement mais j’aime trop la musique. J’ai joué étant enfant dans certains films mais ce n’est pas ce que je préfère. J’ai participé aux bandes sons de certains films de mon père comme Invictus, Gran Torino, Million Dollar Baby, j’aime beaucoup.

  • Quel est le dernier concert que tu as vu ?

Celui de  Hans ZIMMER il y a quelques mois (ndlr : il passera a ACCORD HOTEL ARENA le 11 juin 2018). J’ai travaillé avec lui il y a longtemps.

  • As tu un souvenir de Paris à nous raconter ?

Un concert que j’ai fait au Grand REX il y a 6 ou 7 ans, exceptionnelle soirée.


Leave a reply

Laisser un commentaire

Qui sommes nous

Une équipe animée par une passion commune des ambiances live, collant au plus près de l’actualité musicale. Among The Living vous fait (re)vivre des moments forts à travers ses articles. Enjoy !

Nous suivre

Among The Living © 2017