Entretien avec Manuel Gagneux de Zeal and Ardor
Dimanche 24 juin 2018, Hellfest, 3 heures avant montée sur scène.

Hellfest 2018, une édition qui, à l’instar des précédentes, réserve son flot de surprises.

Si certains médias se complaisent chaque année à nous rabattre les oreilles avec des records de débit de boisson battus chaque année, nous préférons amplement vous rapporter les vrais moments magiques de ce qui est, incontestablement aujourd’hui, le plus grand festival de musiques extrêmes en France.
Parmi ces aventures, un extra-terrestre, une claque que dis-je, Manuel GAGNEUX et son projet “Zeal and Ardor“, venu tout droit de Bâle en Suisse.
Alors que, visiblement fatigué par une tournée 2018 ne comprenant pas moins de 76 dates à travers le Monde, Manuel nous rejoint, ses yeux souriants nous annoncent un interview sous le signe de la sincérité et de la bonne humeur.


“Hello ! Peux tu nous dire aujourd’hui quel est ton ressenti concernant ta présence au Hellfest ?”

“Et bien c’est fantastique d’être ici ! Tous les journalistes sur Paris nous avaient répété que le Hellfest était le meilleur festival au monde. Et ils avaient raison, c’est un truc de malade !”

“Quand êtes-vous arrivés ?”

“Nous sommes arrivés hier matin, ce qui fait que nous avons eu l’opportunité de voir beaucoup de groupes tels que Oranssi Pazuzu, Orange Goblin et Dead Cross, lesquels étaient surprenants !”

“Qui est vraiment ZEAL AND ARDOR  ?”

” (Rires) Je dirais que nous ne sommes que de stupides musiciens, stupides dans le sens où nous sommes conscients d’être incompétents dans de très nombreux domaines. Nous avons la chance d’avoir la musique, et le groupe existe depuis un an finalement “

“Aviez-vous le sentiment de tenir quelque chose de complètement nouveau lors de la mise en place de votre projet ?”

“Oh non ! Non non, pas du tout ! J’ai toujours fait de la musique, mais le fait que ce groupe prenne aussi vite et décolle ainsi, honnêtement ça fait bizarre. Je comprends que ce que nous faisons là soit considéré comme “Hype”, mais, comme tout ce qui est à classer dans cette catégorie, cela peut s’arrêter du jour au lendemain. Aussi, nous essayons de profiter au maximum du moment.”

” Pensez-vous que le succès soit lié au facteur “être au bon endroit, au bon moment avec la bonne personne”, ou bien n’est-il uniquement que le fruit du travail ?”

“Les deux pour être honnête, se retrouver à jouer sur des scènes comme celles-ci, il y a une grande part de chance là-dedans, mais maintenant, vraiment, dire que je travaille énormément, je ne sais pas, mon job ce n’est que de la musique, je peux tout faire en sous-vêtements si je le souhaite (Rires).”

“Alors….vas-tu jouer en sous-vêtement tout à l’heure ?”

“(Rires), Non ! Non… Enfin pas cette année, peut-être l’année prochaine !”

” J’ai lu quelque part que votre projet avait plutôt commencé comme une plaisanterie, pouvez-vous nous en dire plus ?”

“En fait, je faisais parti d’un autre projet musical et je commençais à m’ennuyer. Alors je suis allé traîner en ligne et j’ai demandé aux gens de nommer des genres musicaux qu’ils auraient souhaité que je joue. Je choisissais alors deux suggestions et je composais un morceau en 20 minutes. Un jour un mec a dit “Black Metal” et un autre “Musique Black”, j’ai trouvé l’idée originale et… Nous voilà !”

” Pensez-vous avoir trouvé votre style et votre son sur ce second album ?”

“Et bien… Presque. Je dirais que cet album est meilleur que le premier que j’ai dû mixer et masteriser moi-même. Kurt Ballou s’est occupé du mixage du second album, autant dire que le rendu est excellent !”

“Pensez-vous être en train de vivre le meilleur moment de votre vie ?”

“Possiblement oui, comme je le disais plus tôt, nous sommes conscients que tout peut changer du jour au lendemain, nous en profitons donc un maximum pour voyager, découvrir le monde et faire un maximum de rencontres.”

manuel gagneux

“Avez-vous le sentiment d’avoir pris une revanche sur votre vie adolescente durant laquelle vous aviez déclaré de pas avoir connu un immense succès ?”

“Non, je ne dirais pas ça, en revanche je crois que l’on peut dire que je m’en suis inspiré.”

“Quelle est votre définition du succès ?”

“Vivre de ce que j’aime faire, et le faire avec mes amis.”

“Diriez-vous que d’inclure le Vaudou dans votre musique représente un nouveau concept ?”

” Et bien, en fait je n’inclue pas réellement le Vaudou dans ma musique, comme le faisait par exemple mon père. En tous cas pas le Vaudou au sens premier du terme. Je dirais plutôt de la magie noire.”

“Mais alors, pourrions nous nous attendre à voir se redresser les morts pendant votre show ?”

“Et bien c’est très simple, au début de notre concert, regardez autour de vous et comptez les gens. À la fin du concert, regardez autour de vous et recomptez (Rires), certains seront peut-être encore là, certains ne le seront peut-être pas.”

“Avez-vous rencontré le Diable ?”

“Non, enfin… Dans le satanisme Moderne, le Diable est l’ego. Et il nous y est dit d’embrasser son ego. Alors, dans ce cas, oui peut-être…”

“Et si vous le rencontriez en vrai, qu’aimeriez-vous lui dire ?”

“J’aimerais l’écouter et ne rien dire…”

Interview réalisée par Emmanuelle NEVEU et Vincent FOUQUET, HELLFEST 2018

Leave a reply

Laisser un commentaire

Qui sommes nous

Une équipe animée par une passion commune des ambiances live, collant au plus près de l’actualité musicale. Among The Living vous fait (re)vivre des moments forts à travers ses articles. Enjoy !

Nous suivre

Among The Living © 2017