EVANESCENCE
Mercredi 28 mars 2018

Le Grand Rex – Paris


Evanescence


Le dernier album de la belle Amy Lee, intitulé Synthesis, étant assez différent de ses premiers albums tant sur le rythme que sur le style musical, je ne savais pas vraiment ce que nous réservait ce retour sur scène. La plupart des titres de Synthesis sont des reprises de ses propres titres précédents, ayant pour but de contraster avec son nouveau style, qui concentre l’attention sur les instruments, notamment ceux à cordes. C’est donc sans grande surprise que j’ai découvert un orchestre d’une vingtaine de musiciens à cordes de chaque côté de la scène (ils étaient également la première partie d’Evanescence, Orchestra). Sur la gauche, un majestueux piano à queue était installé. Au centre les choristes et le guitariste faisaient face à la chef d’orchestre, et dans le fond la batterie et le DJ étaient surélevés. En bref, une scène bien remplie s’offraient à nous.




Les musiciens ont pris place, puis les lumières se sont éteintes et Amy Lee est venue s’installer au piano, vêtue d’une magnifique robe bustier (qu’elle ne cessera d’ailleurs pas de replacer de la soirée). Elle entra dans le vif du sujet en nous servant quatre des seize titres de son dernier album orchestral (Overture, Never Go Back, Lacrymosa et End of the Dream). Elle enchaînera ensuite avec un titre de son avant dernier album, datant néanmoins de 2011 (Evanescence) qui anima quelque peu la salle.
Puis, encore un retour plus lointain dans le passé avec la chanson Lithium, de l’album The Open Door, sorti après le fameux Fallen qui a fait d’Evanescence un des groupes alternatifs les plus populaires au monde à cette époque (2003). La salle accueillit chacun des morceaux avec un grand enthousiasme, mais on remarque néanmoins que les anciens titres ont énormément de succès. En suivant toujours la logique du retour en arrière, la belle brune enflamma ensuite son public avec Bring Me To Life, titre iconique de Fallen.
Après un morceau de Synthesis, elle nous servit Imaginary, titre tiré de son tout premier EP (1998), mais repris dans Fallen, et également dans Synthesis. Après quelques titres plus récents et aux tonalités orchestrales remarquables, la salle accueillit avec enthousiasme les premières notes de My Immortal, un titre clé du groupe, qui ravit les fans des plus anciens aux plus récents. Enfin, deux titres de Synthesis, clôturèrent la performance du groupe.

Devant les réclamations du public, il ne fallut pas longtemps à Amy Lee pour ravir ses fans de trois titres finaux, un de 2011, un de Synthesis. Mais avant ces derniers elle servit un titre insolite de sa propre composition qu’il lui tenait à cœur de chanter, Speak To Me. Enfin, la révérence finale vint clôturer cette belle soirée, aussi bien nostalgique que spectaculaire et esthétique, face à une salle remplie de spectateurs visiblement comblés par la prestation.


One Comment

  1. […] et reprise de l’hymne Broken originellement chanté en duo avec Amy Lee, chanteuse d’Evanescence, la setlist est percutante et tient la route pour un live sans temps morts. Les quelques ballades […]

Leave a reply

Laisser un commentaire

Qui sommes nous

Une équipe animée par une passion commune des ambiances live, collant au plus près de l’actualité musicale. Among The Living vous fait (re)vivre des moments forts à travers ses articles. Enjoy !

Nous suivre

Among The Living © 2017