Doug ALDRICH rejoint Glenn HUGHES !!!

13 octobre 2015 – Le Divan Du Monde – Paris


 

Voici donc un retour sur cette soirée exceptionnelle de part la qualité de la programmation ainsi que la présence d’un public au grand complet et très enthousiaste.

En premier lieu, un duo Australien de Melbourne KING OF THE NORTH, composé de Andrew Higgs au chant et guitares (oui il y a bien un “S”, car il superpose la ligne de basse, une rythmique et une seconde guitare sur son propre jeu, via la technique de ces pédales) et Danny Leo à la batterie et aux choeurs “Le cogneur”. Mais attention, ils sont teigneux, défouiraille un rock puissant, ont l’énergie de 4 et sont déjà reconnus et cités par des rockers bien établis (Monster Magnet, Airbourne, entre autres…). 30 minutes de show intensif, le public ne s’y est pas trompé en applaudissant leur prestation, comme il se doit ! Ils passeront encore sûrement dans nos contrées, donc à suivre de prêt. 


 

King of the North

 

En second temps, JARED JAMES NICHOLS pris très rapidement possession de l’espace. Epaulé par Dennis Hilm (batteur) et Erik Sandin (bassiste), originaire du Wisconsin (mais basé à L.A.), ce jeune guitariste/chanteur de 26 ans nous a replongé dans le feeling et l’esprit du blues rock des années 70-80, avec de l’énergie à revendre, des poses à la John Sykes ou encore Zakk Wilde, un jeu à tendance Joe Bonamassa ou encore Philip Sayce. 45 minutes de pur plaisir, à savourer. Après une première partie remarqué de Lynyrd Skynyrd à Paris, en avril 2015, il revient donc enfoncer le clou de belle manière. Pas un hasard, si un certain Eddy Kramer s’est attelé a retravailler son premier album “Old Glory & The Wild Revival” et le poussant dans ces retranchements, sur une nouvelle édition parue en ce début d’année !


 

Jared James Nichols

 

La tête d’affiche n’a pas usurpée sa renommé et son talent. GLENN HUGHES est venu délivrer un show, un message, du partage, du feeling, etc… Ce qui fait qu’un artiste sort du lot. Il n’a plus rien à prouver sinon qu’à partager son plaisir de jouer. Le public était là aussi pour ça. Et personne n’a été déçu. Du haut de gamme servi sur un plateau.

Le show démarra au quart de tour, à un rythme très soutenu, sur le titre “Stormbringer“. Ah oui ! Il faut préciser une chose importante, il n’est pas venu seul “The Voice Of Rock”, il a juste en compagnon un certain Doug Aldrich à la guitare (ex Dio, ex Whitesnake) qui déroule à tout va, et martel de sublimes rythmiques. Certains diront qu’il en fait un peu beaucoup sur certains titres, mais j’étais assez bien placé pour voir le nombre de fois où Glenn Hughes l’encourageait à poursuivre ses solos ! Derrière les fûts, discret mais efficace, Pontus Edborg (qui nargua plusieurs fois Doug Aldrich sur certains contre temps, et final de morceaux).

Une vraie affinité et complicité unis ce trio, laissant une aisance à Glenn Hughes lui permettant ainsi d’user de ce groove si pertinent, ces lignes de basse si présentent et cette excellente voix au travers cette setlist exceptionnelle.

Glenn hughes à plusieurs fois, lors de son concert (2h de Show quand même, entrecoupé de solo de guitares et batterie, certes…), expliqué l’intérêt et les bienfaits de la musique pour lui et pour tous, l’amour de son public et le respect auprès de la famille de Deep purple (il a d’ailleurs précisé que le morceau “Mistreated“, qu’il interprète régulièrement, est emprunté à David Coverdale à qui il confère la paternité). Il a reconnu ne pas venir aussi souvent qu’il le souhaite en France, mais que cela n’était pas forcément que de sa faute…


 

Glenn Hughes

 

Merci à 106db (Dom), Bad Réputation (Eric Coubard) et Listenable Records de promouvoir et produire de tels artistes ! 


 

       Setlist de Glenn Hughes :

  • Stormbringer (Deep Purple)
  • Orion 
  • Way Back To The Bones (Trapèze) 
  • First Step Of love
  • Touch My life (Trapèze)
  • Sail Away (Deep Purple)
  • Good To Be Bad (Whitesnake)
  • Mistreated (Depp purple)
  • Can’t stop the Flood
  • Our Last Soul (Black Country Communion)
  • Soul Mover

           ——— Rappel ———

  • Black Country (Black Country Communion)
  • Burn (deep Purple)

AFO.

Leave a reply

Laisser un commentaire

Qui sommes nous

Une équipe animée par une passion commune des ambiances live, collant au plus près de l’actualité musicale. Among The Living vous fait (re)vivre des moments forts à travers ses articles. Enjoy !

Nous suivre

Among The Living © 2017