HELLFEST Open Air 2018 – Day 1
Vendredi 22 Juin

Ouverture réussie d’une édition 2018 “grand cru”


Ca y est, les festivités sont lancées pour ce festival tant attendu et fierté nationale parmi les grenouilles adeptes du wall of death et autres joyeusetés. 
L’affiche de cette première journée tiendra ses promesses, tout au moins pour ma part (en photographe cavaleur et forçat d’Among The Living).
Comment mieux commencer qu’une ouverture des mainstages avec MALEMORT, fleuron du métal français créatif et qualitatif, qui ne ratera pas son rendez-vous avec un public nombreux et participatif (ce qui n’est pas toujours le cas sur ce créneau horaire). Les franciliens donneront un set au cordeau et sans défaut, à l’image du groupe et de son dernier opus Ball Trap , donnant un coup d’envoi au HELLFEST sous les meilleurs augures. Maniant le verbe et le riff comme personne, MALEMORT à placé d’entrée de jeu la barre très haute, et je n’en attendais pas moins de la part de cette excellent groupe. Bravo, prendre une claque pareil à l’ouverture du HELLFEST est remarquable.




Sous la Altar stage ce sont aux français de DRAKWALD que revient la tâche d’ouvrir la scène. Distillant un Pagan métal aux accents death, le sextet réussira à captiver une assistance sage et encore peu nombreuse.
Je file voir ce qui se passe sur la voisine Valley  stage où se produit FANGE, quatuor distillant un sludge bien noir dopé par deux chanteurs investis. De premier abord je me suis demandé ce que ce groupe foutait sur la Valley, mais au fur et à mesure de leur prestation j’ai compris que finalement ça collait plutôt bien à la scène. Avec l’un des deux frontmen carburant à la suze au goulot, l’ambiance bien barrée du groupe trouvera un public plutôt participatif. Une curiosité.



Je file sur la Main2 pour me faire les BUKOWSKI, groupe emblématique d’une scène française kick ass que je mets un point d’honneur à ne pas rater quand c’est possible. Une fois de plus les franciliens auront fait le boulot devant une foule au taquet et en nombre malgré la brièveté des 30 minutes imparties au groupe. Une excellente prestation, même si elle m’a laissé un goût de trop peu.




Autre fleuron du métal français (plutôt bien représenté cette année au HF) à se produire sur la scène du HF, les WALKING DEAD ORCHESTRA et leur univers death bien torturé. Les français mettront le feu à la Altar, avec leurs compos denses et techniques. Une bien belle prestation.
Une très belle découverte que celle de SON OF OTIS (rien à voir avec un quelconque rejeton de l’ascensoriste) sous la Valley, malgré la longévité du groupe (26 ans d’existence). Le trio canadien délivre un heavy rock puissant et carré qui fera mouche sur un public attentif et sous le charme. J’avoue que les gus m’ont fait une très bonne impression en me donnant envie d’en savoir plus. C’est aussi pour cela que ce festival me plait, par l’éclectisme de son affiche.



Quel plaisir de retrouver la Warzone, probablement la scène que je préfère (mais que mes obligations photographiques m’obligent à trahir trop souvent à mon goût), et qui plus est quand j’y découvre un groupe comme les SPERMBIRDS et leur punk made in Deutchland haut en couleur.  J’ai pris une vraie claque à l’instar du public, avec ce groupe au capital sympathie XXL qui ne boudera pas son plaisir sur scène. Distillant un punk de plus de 30 ans d’âge, les gus maîtrisent leur sujet et le kiff qu’ils ont de jouer ensemble est communicatif. Un Must de cette journée !




Et des « Must » il va y en avoir (pour ma part bien sûr), comme TESSERACT, ROSE TATTOO (avec un Angry Anderson très en forme, ce qui fait plaisir à voir et à entendre) ou encore JOAN JETT aussi mythique qu’efficace avec une patate qui force le respect, ou  MESHUGGAH en plein jour  et terriblement puissant.
Autre agréable surprise (que l’on attendait au tournant) que la prestation des HOLLYWOOD VAMPIRES et la présence d’un Johnny Depp qui a fait le taf tant sur scène qu’au niveau des décibels générés auprès de la gente féminine.  Alice Cooper est resté égal à lui-même quant à la qualité et au professionnalisme de sa prestation, accompagné d’un Joe Perry impériale.




Même topo pour les suédois d’EUROPE qui nous livreront un set à la hauteur de la qualité des derniers opus du groupe. Certains groupes vieillissent décidément très bien.
J’ai adoré la performance de CHURCH OF MISERY également, groupe que j’avais découvert au MOTOCULTOR en 2014 et qui m’avait fait le meilleur effet.



Citons aussi celle de SATYRICON, avec un Sigurd « Satyr » Wongraven  ayant tranché dans le vif question coiffure, et toujours aussi efficace, mais encore le set ultra violent de CONVERGE sur la Main, ainsi que celui de SEVEN HATE signant un retour aux affaires réussi des punks à roulettes.
On finira sur une très bonne note avec les vieux briscards de JUDAS PRIEST (même si l’effectif d’origine a fondu comme neige au soleil), avec un Rob Halford en forme qui nous déroulera une setlist aux petits oignons.

Au final cette première journée aura tourné rond en offrant un large panel de groupes ayant remplis le contrat. Ajoutez à cela un temps idéal pour les festivaliers, et une ambiance au top, et vous  avez le trio dans l’ordre.

Photos HD ICI


BUKOWSKI

BUKOWSKI

BUKOWSKI

BUKOWSKI

BUKOWSKI

BUKOWSKI

BUKOWSKI

BUKOWSKI

CHURCH OF MISERY

CHURCH OF MISERY

CHURCH OF MISERY

CHURCH OF MISERY

CHURCH OF MISERY

CHURCH OF MISERY

CHURCH OF MISERY

CHURCH OF MISERY

CONVERGE

CONVERGE

CONVERGE

CONVERGE

DRAKWALD

DRAKWALD

DRAKWALD

DRAKWALD

EUROPE

EUROPE

EUROPE

EUROPE

FANGE

FANGE

FANGE

FANGE

FANGE

HOLLYWOOD VAMPIRES

HOLLYWOOD VAMPIRES

HOLLYWOOD VAMPIRES

HOLLYWOOD VAMPIRES

HOLLYWOOD VAMPIRES

HOLLYWOOD VAMPIRES

HOLLYWOOD VAMPIRES

HOLLYWOOD VAMPIRES

HOLLYWOOD VAMPIRES

HOLLYWOOD VAMPIRES

JOAN JETT

JOAN JETT

JOAN JETT

JOAN JETT

JOAN JETT

JOAN JETT

JOAN JETT

JUDAS PRIEST

JUDAS PRIEST

JUDAS PRIEST

JUDAS PRIEST

JUDAS PRIEST

JUDAS PRIEST

JUDAS PRIEST

JUDAS PRIEST

JUDAS PRIEST

JUDAS PRIEST

MALEMORT

MALEMORT

MALEMORT

MALEMORT

MALEMORT

MALEMORT

MESHUGGAH

MESHUGGAH

MESHUGGAH

MESHUGGAH

MESHUGGAH

MESHUGGAH

MISANTHROPE

MISANTHROPE

MISANTHROPE

MISANTHROPE

MYSTICUM

MYSTICUM

MYSTICUM

MYSTICUM

ROSE TATTOO

ROSE TATTOO

ROSE TATTOO

ROSE TATTOO

ROSE TATTOO

ROSE TATTOO

SATYRICON

SATYRICON

SATYRICON

SATYRICON

SATYRICON

SATYRICON

SCHAMMASCH

SCHAMMASCH

SCHAMMASCH

SCHAMMASCH

SEVEN HATE

SEVEN HATE

SEVEN HATE

SEVEN HATE

SEVEN HATE

SONS OF OTIS

SONS OF OTIS

SONS OF OTIS

SONS OF OTIS

SPERMBIRDS

SPERMBIRDS

SPERMBIRDS

SPERMBIRDS

SPERMBIRDS

SPERMBIRDS

SPERMBIRDS

SPERMBIRDS

TESSERACT

TESSERACT

TESSERACT

TESSERACT

TESSERACT

TESSERACT

THE WALKING DEAD ORCHESTRA

THE WALKING DEAD ORCHESTRA

THE WALKING DEAD ORCHESTRA

THE WALKING DEAD ORCHESTRA

Leave a reply

Laisser un commentaire

Qui sommes nous

Une équipe animée par une passion commune des ambiances live, collant au plus près de l’actualité musicale. Among The Living vous fait (re)vivre des moments forts à travers ses articles. Enjoy !

Nous suivre

Among The Living © 2017