INCUBUS – ECCA VANDAL
Olympia – Paris
Dimanche 2 Septembre 2018


Pour une veille de rentrée réussie c’est à l’Olympia qu’il fallait être ce dimanche 2 Septembre 2018 qui recevait ce soir INCUBUS, groupe incontournable des 90’s, emmené par son leader charismatique Brandon Boyd.
La soirée n’aurait pas pu être aussi bonne sans  la prestation ultra vitaminée d’ECCA VANDAL, furie attachante balançant un Hip Hop jazzy mâtiné de punk dans l’attitude.

Il est 19h00 quand la tornade ECCA VANDAL investit les planches pour une prestation qui mettra tout le monde d’accord quant à la qualité et l’énergie qu’elle aura dégagée.
Née en Afrique du sud, avec un héritage Sri Lankais, c’est en Australie qu’Ecca se forge une identité musicale forte nourrie au Jazz et Hip Hop mais qui revendique également des influences comme Mr Bungle, Fugazzi ou encore Deftones et Meshuggah. C’est dire si la belle est au taquet.
La réaction du public est à l’image du peps d’ECCA. Le sol tremble au rythme des sauts de la chanteuse suivi par un pit qui est directement entré dans la danse. Le charme opère et l’inverse aurait été vraiment curieux, Ecca ne tient pas en place. Elle n’aura de cesse de faire sauter le public, à son image sur scène. Elle grimpera sur une des colonnes d’enceinte pour haranguer le public, et pour finir se jettera au milieu de celui-ci pour le faire assoir autour d’elle avant de l’inviter à jumper comme un seul homme.
L’australienne aura réussi à mettre en ébullition un Olympia aussi surpris que conquit. Et perso, j’ai pris ma claque.



C’est donc une salle pleine à craquer qui ovationne les californiens d’INCUBUS, qui font une entrée attendue depuis un paquet de temps en France et devant un public acquis d’avance.
Brandon Boyd, iconique et rayonnant, vient enflammer l’Olympia aux premières notes de Privilege, pour ne pas laisser tomber la pression de tout le set.
Le line Up est resté le même depuis  le départ d’Alex Katunich le bassiste, et la cohésion sur scène force le respect. Même si je trouve que plus l’on avance dans le concert et moins la voix de Boyd est tonique, il faut bien avouer que les gus assurent toujours autant.
Le public est au taquet, reprenant en chœur la plupart des titres, les classiques du groupe n’étant bien évidement pas oubliés comme No Fun (du dernier opus « 8 »), Are You In ? ou encore la reprise de Chriss Isaak Wicked Game et sans oublier Wish You Were Here avec quelques introductions du Floyd.
L’ensemble de la discographie sera balayée par la setlist, excepté pour S.C.I.E.N.C.E. qui sera occulté.
Au final cette date aura été mémorable, dotée d’un jeu de lumière somptueux et d’une acoustique au niveau de l’évènement.  On aurait aimé avoir un Brandon Boyd plus proche du public, mais ça c’est une autre histoire.



 

Leave a reply

Laisser un commentaire

Qui sommes nous

Une équipe animée par une passion commune des ambiances live, collant au plus près de l’actualité musicale. Among The Living vous fait (re)vivre des moments forts à travers ses articles. Enjoy !

Nous suivre

Among The Living © 2017