Interview DER WEG EINER FREHEIT

Nous vivons une époque formidable, non, ce n’était pas mieux avant car DWEF n’existait pas ! Enfin pas comme maintenant. Quoi j’en fais des caisses ? Ce ne sont pas les adeptes du black métal ambiant qui vont me contredire car ce « jeune » (tout est relatif) groupe émergent et déjà bien connu underground est en passe de devenir enfin LE groupe confidentiel tête d’affiche du genre dans les années à venir. Les voir ce soir au REYKJAVIK DEATHFEST dans cette salle intimiste qu’est le GAUKURINN restera un des souvenirs les plus marquant du week-end. Entretien avec Nikita Kamprad et Nicolas Rausch  sous la tempête …


DER WEG EINER FREHEIT


Pas facile de jouer sur une mini scène ce soir au GAUKURINN ?

Nikita : tu l’as dit, mais l’orga a tout fait pour que l’on soit le mieux possible et caser tous les groupes qui se sont succédé sans se bousculer,  c’est un tour de force ! on est ravi de notre prestation d’hier et aujourd’hui on a pu aller découvrir les environs. Un très bon accueil de la part de tous.

Quelle est la chose la plus particulière que tu as découvert ici en Islande ?

Nicolas : Clairement le changement constant de climat (NDLR nous sommes sous la tempête avec de la pluie, de la grêle et des bourrasques à 100km/h).

Nikita : C’est assez bateau ce que je vais dire mais la nature est étonnante. Nous avons été à 100 km de la capitale mais rien que de regarder le paysage défiler en voiture, est déjà une chose exceptionnelle. En 5 mn, tout change (décor et temps) et tu as l’impression d’être dans un nouvel endroit. C’est impressionnant.

Nicolas : L’expérience géothermique des bains est aussi exceptionnelle. Tu te retrouves dans le même bassin où tu côtoies aussi bien les 100° que les 40° avec un verre à la main.

Vous êtes sous le charme (rires), racontez-moi votre expérience sur la tournée MOONSORROW-PRIMORDIAL qui est passée par Paris.

Nikita : Cette tournée a été pleine de surprises car MOONSORROW et PRIMORDIAL nous ont tellement bien accueillis. Bien sûr, nous étions les outsiders mais juste sur l’affiche car en réalité, ils nous ont intégrés totalement pendant toute la tournée. On a vraiment formé une famille partageant tous ces moments ensemble.

La tournée avec REGARDE LES HOMMES TOMBER  en début d’année a été déterminante pour vous ? Le public français et vous, cela commence à ressembler à une love story ?

Nicolas : Oui, c’est incroyable. Depuis cette tournée où nous avons rencontré JJ de RLHT, les portes se sont ouvertes. On est comblés.

Nikita : Au concert parisien (NDLR le TRABENDO) dès 18h on a vu le flot de personne rentrer et quinze minutes plus tard la salle était pleine. On n’en attendait pas autant. Une bonne surprise.

Allez-vous donner une suite prochaine à FINISTERRE ?

Nikita : On n’a pas de nouveau matériel pour le moment car on a sorti beaucoup de musique en peu de temps. Nous éprouvons le besoin de reprendre du temps pour nous, pour se recharger et créer. Une tournée au Japon est prévue en septembre 2018 et nous voulons profiter au maximum de FINISTERRE sur scène.

Que penses-tu de la longévité d’un album tel que FINISTERRE, dans le genre musical que vous représentez ?

Nikita : Je pense qu’un album comme FINISTERRE se peaufine avec le temps. Le label et le management veulent toujours de la nouveauté mais, les groupes ne peuvent fournir aussi vite. Physiquement et émotionnellement le temps est nécessaire à une production de qualité. Selon moi une période de 4 à 5 ans est nécessaire à notre genre musical pour pouvoir jouer partout dans le monde. Je ne sais pas si ce sera possible bien évidemment, mais donner à cet album un peu plus de maturité serait bénéfique. La pression ne donne rien de bon dans la création.

Nicolas : Quand tu penses que BEHEMOTH continue de tourner avec leur album « The Satanist » (NDLR : 2014), cela a du sens. C’est un super album et le public adore.

Votre label SEASON OF MIST vous a donné une bonne opportunité, espérons qu’il continue à être à l’écoute de vos besoins

Nicolas : Notre label est vraiment à l’écoute, nous continuerons avec eux bien que nous soyons totalement libres de tout engagement en ce moment.

Nikita : Nous allons voir ce que l’avenir nous réserve mais nous allons prendre notre temps. Nous allons certainement faire un petit break nécessaire à tous ces derniers mois agités.

On prend rendez-vous à Paris pour 2019 alors ?

Nikita : Oui on reviendra à Paris en 2019, on est très contents de l’accueil que vous nous réservez  à chaque fois.

Emmanuelle NEVEU @ AMONG THE LIVING, REYKJAVIK DEATHFEST mai 2018.

Photos par Junia Lif Mariuerla Sigurjonsdottir

 


DER WEG EINER FREHEIT

Leave a reply

Laisser un commentaire

Qui sommes nous

Une équipe animée par une passion commune des ambiances live, collant au plus près de l’actualité musicale. Among The Living vous fait (re)vivre des moments forts à travers ses articles. Enjoy !

Nous suivre

Among The Living © 2017