Interview HELLFEST 2017 

Guillaume  BERNARD du groupe KLONE
(avec le support d’Emmanuelle Neveu)

Guillaume  BERNARD KLONE


Pour ma première interview au Helfest j’ai rencontré le guitariste Guillaume  BERNARD du groupe KLONE qui, cette année s’occupe de la promo des groupes de la Klonosphère mais qui m’a accordé un peu de temps pour nous donner des nouvelles de son groupe de métal progressif né dans les années 90 à Poitiers…. Entretien chaleureux par 40 degrés, parce qu’il le vaut bien !

Tu es un guitariste habitué du hellfest comment se fait il que Klone ne soit pas sur scène cette année ?

Cette année je fais la promo des groupes de la Klonosphère alors je ne peux pas tout faire. On a eu de beaux moments avec Klone ici comme en 2007, l’année de la gadoue, où l’on a joué « à l’arrache », ce qui était  assez marrant malgré la galère de deux coupures de courant ! On garde aussi un très bon souvenir de 2011 sur la Mainstage sur laquelle on a joué 40 minutes devant pas mal de monde.

Pourquoi Klone ne joue pas au Hellfest cette année ? Autour de nous on entend que vous êtes très attendus !

En ce moment on tourne plutôt en unppluged avec guitare folk et accordéon alors tu vois,  le contexte  du Hellfest ne s’y prête pas trop. Par contre, il y a une possibilité qu’on puisse refaire le Hellfest à la sortie du prochain album. Là,  on sort d’une tournée de 40 dates unppluged et on va avoir encore pas mal de dates à la rentrée. On va voir ce qu’il ce passera  l’année prochaine, mais l’on ne sortira pas d’album électrique avant fin 2018.

C’était nécessaire pour vous de faire cet album sobrement intitulé « unppluged » d’ailleurs ?

On avait déjà commencé à faire 2 ou 3 titres avec lesquels on avait  tâté le terrain pour savoir si on était capables de le faire. Puis on nous a proposé la première partie de la chanteuse de  The Gathering : Anneke Van Giersbergen. On a fait 3 dates avec elle à la Maroquinerie et c‘était notre premier concert acoustique avec cette formation. On s’est fait remarqué de la meilleure façon puisque dans la foulée, on nous a proposé d’enregistrer  un disque à Rochefort dans un  théâtre italien. Ce n’était pas loin de chez nous alors, on a profité de l’opportunité pour y aller à fond et on a sorti l’album en février.

Est-ce que ça vous a donné une nouvelle impulsion musicale de jouer avec Anneke ?

J’aime bien ce qu’elle fait, je l’écoute depuis que j’ai 15 – 17 ans. Une nouvelle impulsion musicale, je ne sais pas, on avait pensé à faire de l’acoustique avant notre rencontre avec elle. Je suis de la génération qui a écouté les MTV unplugged de Nirvana, Alice in Chains ou Soundgarden, toute cette scène un peu grunge. C’est surtout cela qui nous a inspiré, jouer comme les groupes phare de l’époque. L’impulsion que ça nous a donné c’est surtout dans les opportunités futures. On est sensé faire la première partie d’un gros groupe l’année prochaine sur une tournée acoustique mais rien n’est signé à ce jour alors il faudra rester à l’écoute de nos news.  On nous propose aussi de tourner en Australie pour 8 dates, au Canada en Israël.


Klone


Cet album unplugged a fait l’objet d’un « double live » à Paris dans une ambiance intimiste avec pas mal de clins d’oeil aux musiques bretonnes. Quels sont vos projet en rapport avec ce concert : un DVD  live ou un enregistrement ?

Le live a été diffusé sur facebook et d’autres  réseaux sociaux. Je ne sais pas ce qu’on va en faire encore, l’équipe qui filmait était censé nous ramener les bandes  donc je ne sais pas si l’on va le sortir un jour  mais on le mettra juste sur internet. Pour l’instant on a rien callé, l’image était cool mais le son moins bon parce que c’était de la prise directe et de la sortie de table, donc il y avait  pas vraiment l’ambiance de la salle. Du coup on va voir ce qu’on  va en faire, un bonus peut-être. Une solution est de le basculer sur Youtube. Tout est possible mais il est déjà en ligne il me semble.

Je sais que c’est un projet pour 2018 mais avez-vous déjà une direction pour la composition de ce nouvel album ?

On est arrivé au bout de ce qu’on faisait avec Klone depuis le début, du coup on a repensé le groupe et on en a tiré plein de matière pour un nouveau disque avec des trucs bourrins mais calmes aussi. On va peut être axer sur quelque chose d’assez éclectique sur tout ce qu’on a fait avant ou bien un disque plus expérimental mais plus facile à écouter, dans le sens où il n’y  aurait pas trop de riff métal. On a eu l’habitude de ne pas trop se bloquer dans un style en particulier. Mais c’est un peu tôt pour en parler et c’est surtout une sacrée organisation à trouver. En résumé : ou on fait un gros mélange varié ou on se concentre sur ce qu’on a. Pour l’instant on  est trop absorbés par la tournée unplugged pour y réfléchir.

Beaucoup de gens ne savent pas ce qu’est la Klonosphère. Peux- tu nous en parler ?

C’est une association qui date de 2001, à la base elle organisait des concerts et aidait au développement des groupes comme Trepalium et Klone  et aujourd’hui c’est  devenu un collectif artistique. Je travaille moi-même sur les sorties de disque, ce qui fait  tout de même une bonne dizaine par an.

Comment se passe ton Hellfest 2017 ?

Je suis coincé du côté « presse » du site donc je ne vois pas grand chose du festival de 14h a 18h. j’en profite pour voir les concerts tôt  le matin ou tard le soir. J’arrive quand même à voir 3-4 groupes qui me plaisent.

As tu des souvenirs incontournables des Hellfest précédents ?

« Incontournablement » TYPE O NEGATIVE, un de  leurs derniers concerts, ANATHEMA, PAIN OF SALVATION, OPETH, KATATONIA…..


 

Leave a reply

Laisser un commentaire

Qui sommes nous

Une équipe animée par une passion commune des ambiances live, collant au plus près de l’actualité musicale. Among The Living vous fait (re)vivre des moments forts à travers ses articles. Enjoy !

Nous suivre

Among The Living © 2017