Entretien avec Donny Hillier, vocaliste de Trauma

 

Donny Hillier


Rencontre avec Donny Hillier, chanteur de Trauma, formation de heavy métal californien. Le groupe a connu son apogée début eighties avant de sombrer dans une dissolution de plus de 25 ans. Surtout connu pour avoir fait les armes de Cliff Burton avant son entrée dans Metallica, Trauma renaît de ses cendres avec un nouvel album prometteur.

 

Le dernier album de Trauma, As The World Dies, est sorti il y a quelques mois. As-tu l’impression que le groupe a pris une nouvelle direction avec ce nouvel album, ou est-ce que le style est toujours le même ?

 

Je pense que nous sommes revenus à notre style originel. Il y a pas mal de différences entre le deuxième album et le troisième album de Trauma. Notre dernier album est bien plus proche du résultat que nous souhaitions. Nous sommes revenus à un son à deux guitares. Au lieu d’avoir un son de guitare hybride entre rock et metal, nous avons deux guitaristes de metal dans le groupe aujourd’hui. Nous avons peut être légèrement dévié du Trauma d’origine, car les personnes avec qui nous avons réalisé cet album ont changé. Ce nouvel album est une digne retranscription de ce que nous avions en tête !

Trauma s’est séparé en 1985, pour ensuite se réunir vers le milieu des années 2010. Qu’est-il advenu de ta carrière personnelle durant cette période de plus de 25 ans ?

 

Lorsque j’ai arrêté Trauma en 85, j’ai joué dans un certain nombre de groupes différents. J’ai quitté le monde de la musique pendant presque dix ans, j’ai fondé une famille et acheté une maison. Certains projets musicaux étaient particulièrement sérieux. Le groupe où j’ai été le plus impliqué s’appelait Black Sunday Dream. Nous avions sorti deux albums, et commencé l’écriture d’un troisième. Le troisième album n’a jamais pu voir le jour. Le guitariste, qui écrivait aussi la majorité des chansons, est décédé. Lorsque la reformation de Trauma s’est produite, j’ai quitté définitivement Black Sunday Dream pour me focaliser sur mes projets futurs et aller de l’avant.

Comment est advenue la reformation de Trauma ?

Je ne me souviens plus exactement du moment exact où nous avons refondé Trauma. Je crois que c’était en 2013 ou en 2014. Ce qui a mené à la reformation de Trauma est la sortie d’une version remasterisée de notre album Scratch and Scream. Chris, le batteur, a évoqué l’idée de reformer le groupe une fois pour toutes, alors que nous en parlions depuis des années sans mettre le projet à exécution. Lorsque Trauma s’est reformé, les membres du groupe s’étaient éparpillés aux quatre coins de la Bay Area, et nous avions alors des vies très différentes. Nous avons du nous remettre à la création d’un nouveau projet pour ressouder le groupe.

Quels sont les thèmes principaux abordés par le nouvel album As The World Dies ?

Pour cet album, nous avons choisi de rester dans une thématique assez sombre. Nous avons été inspirés par les thèmes de l’apocalypse et de la politique. La mort est abordée, ainsi que la destruction. Par exemple, notre chanson Last Rights parle des remords et des regrets d’un homme mourant qui se confie à un prêtre. L’album est un ensemble de thèmes obscurs et profonds.



trauma


Comment s’est déroulé le processus de création de l’album ?

Neuf chansons sur dix ont été écrites par Joe Fraulob et Steve Robello, les deux guitaristes. Joe en a écrit six et Steve en a composé trois. Ils sont venus me voir avec des compositions musicales très complètes. Chris s’occupait des pistes de batterie, qu’il envoyait aux autres membres du groupe. Ensuite, j’étais chargé d’écrire les paroles. J’ai travaillé sur cet album de chez moi, en me fondant sur des fichiers MP3 ! Le processus de création ressemblait à peu près à cela. Nous travaillions tous de chez nous, et nous n’avons pas en l’occasion de beaucoup répéter ensemble à cause de la distance. Nous nous sommes ensuite réunis au studio de la maison de Joe, avant d’enregistrer l’album.

Lorsque l’on regarde le clip The Rage de Trauma, l’on peut être frappés par l’utilisation d’images intimement liées au monde de la guerre. Il s’agit d’une vidéo clairement politisée. En quoi était-ce nécessaire pour toi d’illustrer cette chanson avec des images de ce type-là ?

Le clip de The Rage a été réalisé par un vidéaste anglais. Nous ne lui avons pas donné beaucoup d’indications, nous lui avons laissé le champ libre. Il s’agit de sa propre interprétation visuelle de notre chanson. Nous avons tout d’abord été surpris par le rendu de la vidéo, mais nous avons adoré. Ce qui m’a plu était le côté très fort des images, visuellement saisissantes. Notre chanson est un témoignage s’exprimant sur la politique actuelle. En tant que groupe, nous pensons d’une façon collective que les hommes politiques sont égoïstes et servent leurs propres causes avant tout. Nous avons voulu transmettre cette idée dans notre clip.

En tant qu’artiste, quel est le message que tu souhaites transmettre à ceux qui écoutent la musique de Trauma ?

Je pense que les férus de métal sont des hors-la-loi dans l’esprit. Nous ne rentrons pas dans un moule, et nous ne faisons pas corps avec la société lisse et policée qui nous entoure. Nous remettons en question le status quo. Je pense que les musiciens de métal et leurs fans ont tous un lien fort entre eux. Nous sommes comme une confrérie, il y a un esprit très familial entre nous tous. C’est cette idée-là que je veux transmettre à mon public.

Quels sont les projets principaux de Trauma pour l’année à venir ? Penses-tu partir en tournée ?

A ce jour, nous n’avons pas de tournée prévue, car nous n’avons pas encore reçu d’offre qui ait du sens pour nous financièrement. En Avril, nous avons fait neuf dates aux Etats-Unis, et nous venons de jouer dans le Midwest la semaine dernière. C’est pourtant ce que nous aimerions faire ! Nous souhaitons pouvoir venir bientôt en Europe.

Actuellement, des agents de promo travaillent sur notre communication en Angleterre, en France, en Allemagne et en Australie. Cette année est consacrée à la promotion de notre nouvel album. As The World Dies est déjà sorti en version digitale. Une version CD va bientôt apparaître dans les bacs, et une édition vinyle est prévue pour 2019.

Un dernier mot pour tes fans français ?

J’ai très envie de venir jouer en France. Avec Trauma, nous voulons venir vous rencontrer, pour vous voir en face à face. Nous voulons jouer avec vous, et tout donner ensemble !

Merci à Donny Hillier.


Leave a reply

Laisser un commentaire

Qui sommes nous

Une équipe animée par une passion commune des ambiances live, collant au plus près de l’actualité musicale. Among The Living vous fait (re)vivre des moments forts à travers ses articles. Enjoy !

Nous suivre

Among The Living © 2017