THERAPHOSA : Interview
Le Hard Rock Café – Paris
Octobre 2018


Photo by Yann CHARLES


L’araignée à trois têtes est née en 2007 en Seine et Marne  à Vaires sur Marne, Vincent, guitariste l’ainé de la fratrie monte THERAPHOSA avec  Matthieu, son frère bassiste et Martin, un ami batteur en pleine adolescence. Quelques années plus tard, ils se lancent sérieusement avec cet EP « Obsession » qui vient de sortir via SEASON OF MIST  le 19 octobre 2018 et produit par Jan Reichberger (batteur d’Amorphis)  …Entretien….

 

En 10 années d’existence, de quelle manière avez –vous assemblées vos trois personnalités complémentaires ?

Matthieu : un trio aux caractères complémentaires débutant aussi jeune nous a demandé du travail. La  passion est née au fil du temps, on a pris goût ensemble à la musique et au milieu musical. Tout était au départ porté par Vincent puis, nous avons acquis notre autonomie.

Martin : je ne viens pas du tout du métal mais dès que j’ai découvert Slipknot par exemple, l’influence a été massive. Evoluer en écoutant ce genre de groupe te forme techniquement et t’ouvre d’autres horizons.

Afin de comprendre votre impressionnante alchimie, quels hobbies avez-vous en commun depuis votre plus tendre enfance ?

Matthieu (Basse) : L’histoire, la littérature, les sciences et les sports de combat ce sont mes principales activités.

Vincent  (guitare/chant): pour ma part, l’arachnologie, les jeux vidéos et jeux de rôles. J’ai découvert la simulation de vol que j’adore. Et plus classiquement l’informatique.

Martin (batteur) : Educateur sportif de natation, je m’intéresse aux sports en général, aux jeux vidéos. Mes centres d’ intérêt étant les sciences, l’Espace et le Cosmos.

Vous avez été beaucoup influencés par différents courant musicaux ?

Martin : je suis plus porté sur les musiques électroniques, pour ma part.

Matthieu : La culture métal : black, heavy, death, trash nous a été apportée par Vincent, très éclectique à ce niveau. Pour ma part, j’aime beaucoup le Funk, normal pour un bassiste. J’aime beaucoup la variété française, Lara Fabian en tête. Du rap américain, pas du rap français je précise. Ou des choses plus commerciales comme Ariana Grande ou Sia.

Est-ce que cela t’aide dans tes compositions d’être aussi ouvert musicalement ?

Matthieu : oui, surtout pour les lignes de chant. La technique vocale m’impressionne beaucoup et je pense que ramené au métal, le chant clair peut être très intéressant, toutes proportions gardées. Je réfléchi actuellement sur l’association de styles par exemple mélanger la rythmique de la Funk associée au son lourd et froid du métal.


 



Parle-moi des textes de THERAPHOSA

Matthieu : C’est Vincent qui les écrit et les chante en anglais. J’aurai préféré qu’il écrive en français mais cela reste compliqué dans notre style musical. Ce n’est pas impossible mais l’anglais domine et c’est compréhensible par tout le monde. NDLR : la vidéo de « Obsession » comporte des annotations pour une meilleure compréhension.

Sous la carapace metal se trouve une vraie quête philosophique, un message que vous voulez faire passer ?

Matthieu : La philosophie de Vincent et donc de THERAPHOSA, c’est d’aider les gens par la musique, c’est pourquoi la compréhension des textes par le plus grand nombre est important. Se réfugier dans la musique, c’est universel.

Les thèmes sont essentiellement axés sur des sentiments ?

Matthieu : oui, sur les sentiments primitifs des hommes ou ceux qui le sont moins, le coté néfaste de l’homme. Je pense néanmoins qu’il y un message d’espoir au travers de ces textes notamment sur le titre  « the God within » qui tente de se rapprocher du divin afin de trouver la maitrise de son Art par le Travail. Il y a un coté fataliste chez THERAPHOSA car l’on n’arrive finalement jamais vraiment à maitriser quoi que soit. C’est un travail qui se fait sur toute une vie.

Quelle expérience tirez-vous de votre enregistrement en Finlande, au Studio MOON UNIT à Helsinki en 2016 ?

Matthieu: Humainement très gentils et accueillants, ils nous ont fait profiter de leur expérience et  de leur simplicité dans le travail ce qui a été agréable. J’ai été déçu sur le coté pro. Je m’attendais à un plus gros niveau. Il y a eu un gros retard (8h) sur une journée, les instrument et amplis n’étaient pas au top.

Pourquoi ce choix ?

Matthieu : c’est un concours de circonstances. Il y a quelques années nous avons enregistré un EP au Studio Z Factory en banlieue parisienne et Yann, le gérant du studio travaillait avec Denis Goria (Amorphis, Pain, Nightwish ….) on s’est donc mis en relation et nous avons collaboré pour des photos. Il nous a beaucoup aidé pour la connaissance du milieu car nous ne connaissions vraiment rien à l’époque. Puis, on a rencontré Jan Rechberger et tout a démarré. Depuis la Finlande, on a pris de l’expérience.

Vous servez-vous beaucoup des réseaux sociaux ?

Martin : pas vraiment, cela ne nous a en tout cas jamais permis de faire des rencontres professionnelles. On s’en sert peu finalement, surtout pour communiquer de l’actualité en soutien pour le groupe.

De quelle manière vous démarquez-vous des autres groupes et souhaitez vous faire évoluer THERAPHOSA ?

Vincent : on y a déjà réfléchi. De base, THERAPHOSA, c’est le nom d’une mygale et le cœur de notre groupe. On est français, on a un background important. On souhaite être visuellement et musicalement différents en insérant des codes culturels tels ceux de la mode, le minimalisme,  le design, une conception simple et efficace. Lorsque l’on aime un concept, on va y réfléchir et se l’approprier différemment.

Musicalement, nous ne nous limitons pas, nous fonctionnons à l’émotion en se laissant entraîner vers un cheminement musical qui parfois nous étonne. Le but de nos compositions, c’est l’Emotion finale. Je pense que la scène métal est prête pour cela.

One Comment

  1. […] Vincent – Guitar / Lead Vocals Matthieu – Bass / Back Vocals Martin – Drums […]

Leave a reply

Laisser un commentaire

Qui sommes nous

Une équipe animée par une passion commune des ambiances live, collant au plus près de l’actualité musicale. Among The Living vous fait (re)vivre des moments forts à travers ses articles. Enjoy !

Nous suivre

Among The Living © 2017