DISCONNECTED + MALEMORT + MOLYBARON

La Boule Noire Paris
Samedi 5 Mai 2018


Une déferlante métal s’abat sur la Boule noire

Au sein de l’épicentre parisien, la Boule Noire se remplit de connaisseurs pour une soirée métal, annonçant un trio de jeunes espoirs non négligeables. Au programme, trois formations issues de la scène française qui pourraient bien basculer à l’international. Avec comme point d’ancrage, une énergie vitale commune doublée d’un engagement convaincu.

Molybaron entame la danse. Le groupe ardent affiche un lineup frenchie, mis à part le dubliner Gary Kelly à la tête de la formation. En tant qu’irlandais, le frontman apporte naturellement toutes les influences rock anglophones, teintant le groupe d’une aura d’outre-manche. Après un premier album éponyme et prometteur sorti en 2017 aux tubes pêchus, les quatre gaillards défendent leurs titres comme il se doit. Molybaron se distingue par sa touche actuelle, oscillant entre hard rock et métal aux sonorités heavy enivrantes et planantes. Suite à trois quart d’heure de live inarrêtable et dense, le groupe franco-celtique tire sa révérence avec distinction, et ne manquera pas d’être suivi avec attention.



C’est entouré de volutes de fumée que Malemort fait son entrée acclamée, sous une unanimité de bras levés. Ce groupe atypique et magistral délivre une prestation à couper le souffle, entre punk énervé et rock français. Tel le mariage impensable et pourtant si évident de Noir Désir avec les plus grands groupes de grunge, Malemort innove et surprend. Sans cacher leurs racines françaises – tous les textes étant dans la langue de Molière – les bougres semblent s’inspirer à juste titre de la chanson française et de ses plus grands maîtres, avec des évocations proches de Brel et Gainsbourg, ou plutôt Gainsbarre.

Carnaval Cannibale, l’un des tubes de la formation, est un mélange de poésie à la Baudelaire digne des plus grands paroliers, et d’originalité très métal. Au devant d’un décor Art Nouveau, aux arabesques évoquant les affiches du début du siècle, Xavier Napora chante avec hargne les méandres des années folles. Frontman incroyable, animé d’une énergie vivante, il occupe la scène et porte l’élégance de la rage au cœur. Théâtral dans chacun de ses rictus, le frontman à la gestuelle affutée est empreint d’une musicalité expressive, accompagné par un lineup hors pair. Le show paraît éperdument court devant tant de brio. Malemort se retire, face à un public magnétisé par une telle performance scénique.



Clou du spectacle, Disconnected vient clore la soirée de façon intense et complète. Le groupe fait son entrée sur la scène française à l’occasion de la sortie de White Colossus, premier disque dans les bacs à la fin du mois de Mars 2018. Véritable concept album engagé et ambitieux, gravitant autour du thème profond de la déconnexion, le premier opus d’Adrian et Ivan est guidé par une volonté spirituelle et métaphysique. Egalement guitariste de Melted Space, Adrian Martinot est désormais à la tête de Disconnected, qu’il guide derrière sa guitare aux influences prononcées pour Alter Bridge.

Dès les premiers riffs, la voix gutturale d’Ivan Pavlakovic emporte tout sur son passage. Chanteur charismatique au timbre porteur, il entame le set par le tube phare de White Colossus pour la salle conquise, Feeling Incomplete. Dans une harmonie sans dissonance, le frontman mêle habilement chant clair et death growl, évoquant l’énergie de Dagoba, Gojira ou encore Mass Hysteria. Les singles se succèdent sans interruption, avec un groupe au dynamisme guerrier. Une soirée métal plus que prometteuse se clôt, avec des débuts de carrières évidents pour trois groupes au talent virtuose.


Disconnected


Leave a reply

Laisser un commentaire

Qui sommes nous

Une équipe animée par une passion commune des ambiances live, collant au plus près de l’actualité musicale. Among The Living vous fait (re)vivre des moments forts à travers ses articles. Enjoy !

Nous suivre

Among The Living © 2017