UGLY KID JOE – STONE BROKEN

Le Bataclan – Paris
Samedi 5 Mai 2018

 

ugly kid joe


Une fois de plus c’est une affiche à voyager dans le temps qui orne le Bataclan ce soir avec les trublions d’UGLY KID JOE qui viennent donner l’ultime concert de la tournée fêtant les  25 ans de leur album America’s Least Wanted. Pour ouvrir les festivités, c’est aux anglais de STONE BROKEN d’ouvrir les hostilités fort de leur dernier opus Ain’t Always Easy sortit en mars dernier et que je n’avais clairement pas apprécié.

C’est dans un Bataclan qui ne fera pas le plein (avec son balcon fermé) que les anglais de STONE BROKEN vont prendre possession des planches et me démontrer que sur scène ils envoient du lourd.
En à peine 30 minutes le quatuor emmené par Rich Moss (le guitariste chanteur) va nous donner une bonne leçon de hard rock bien pêchu qui trouvera plus qu’un intérêt respectueux auprès du public.
Ils sont visiblement ravis d’être là ce soir pour ce support d’une date unique en première partie de la bande de Whitfield Crane, et cela se voit particulièrement avec l’attitude hilare de Robyn Haycock, la batteuse du groupe.
La prestation sera à la hauteur de l’évènement, STONE BROKEN nous livrant un set ultra énergique et en accord avec l’attente du public qui le leur rendra plutôt bien. En 9 titres à l’enchainement parfait, les anglais feront mouche avec pas moins de 5 morceaux tirés de leur dernier opus. Même si je n’avais pas du tout accroché à leur opus trop marqué « Nickelback », il faut avouer que sur scène c’est une toute autre histoire.
Nous aurons également droit à un solo de batterie donné par une Robyn tout sourire. Ce fut une belle performance et le public l’a visiblement appréciée.



Place maintenant aux furieux d’Isla Vista qui viennent nous botter le cul avec cette tournée anniversaire fêtant les 25 ans de l’album Americas Least Wanted, reprenant « presque » en intégralité leur premier méfait de 1992. Je dis « presque » car il me semble que Don’t Go n’a pas été joué ce soir.
C’est en ouvrant sur Neighbor que les UGLY vont faire prendre la sauce d’entrée de jeu, mettant en marche la machine à remonter dans le temps et le public se laisse directement transporter par celle-ci. Whitfield Crane est un peu statique et semble avoir un peu de mal à se mettre dans le move du groupe. Cordell Crockett quant à lui ne se fait pas prier et se lance d’une enceinte (chose qu’il ne fera qu’une fois, faut pas déconner) donnant le ton d’une attitude qui ne le quittera pas du set.
Klaus Eichstadt et Dave Fortman ne sont pas en reste question énergie et deconnade, la palme revenant à Zac Morris le batteur en slip « made in France » (tenue qui restera la sienne durant tout le set).
La pression va monter au fur et à mesure que le concert avance. Whitfield va prendre de l’assurance et commencer à vraiment bouger sur scène. Les classiqueS font leur effet à l’instar de  Cat’s in the Cradle, bien entendu repriS en chœur par toute la salle, ou encore Mr. Recordman avec Klaus Eichstadt au chant.
Des moments forts aussi comme ce Same Side sur lequel les gus nous taperont un jam mémorable entre basse/guitare et batterie. Inutile de vous dire que les gars maitrisent leur sujet et ne sont pas là pour faire de la figuration.
On ne change pas une attitude qui gagne avec un Whitfield clope au bec, ou faisant monter des enfants situés devant la scène (au même titre qu’une photographe en backstage pour qu’elle shoote le concert de la scène).
L’ambiance est électrique, ça groove de partout. Dans le pit c’est l’effervescence et les slam vont bon train. La sécu est mise à rude épreuve, et entre deux coronas Whitfield ira même taper la causette avec l’agent posté sur le côté de la scène.

La communication avec le public est au top.
Deux reprises mettront le feu à la salle avec en premier lieu avec Sweet Leaf de BLACK SABBATH (qui se finira sur une courte reprise de Holy Diver de DIO), et surtout avec Ace Of Spades de MOTORHEAD.
Le final sur Everything About You achèvera les dernières résistances de la salle sur une ambiance festive avec un public au taquet.

Ce soir les UGLY KID JOE nous ont donné le meilleur d’eux même en nous livrant un set somptueux pour la dernière de leur tournée. Ils ont également prouvé que l’on pouvait encore être dans la course 30 ans après les faits. Il suffit de voir les visages réjouis des spectateurs quittant le Bataclan pour s’en assurer.



Setlist UGLY KID JOE

Neighbor

Madman

Jesus Rode a Harley

C.U.S.T.

Panhandlin’ Prince

Come Tomorrow

No One Survives

Devil’s Paradise

So Damn Cool

Cat’s in the Cradle

I’m Alright

Milkman’s Son

Mr. Recordman

Busy Bee

Same Side

Sweet Leaf
Goddamn Devil

Rappel

Ace of Spades

V.I.P.

Funky Fresh Country Club

Everything About You


Leave a reply

Laisser un commentaire

Qui sommes nous

Une équipe animée par une passion commune des ambiances live, collant au plus près de l’actualité musicale. Among The Living vous fait (re)vivre des moments forts à travers ses articles. Enjoy !

Nous suivre

Among The Living © 2017