LORDI – SILVER DUST
Le Petit Bain – Paris
Mercredi 17 Octobre 2018


Le monster hard rock de Lordi vient ébranler la capitale

C’est un Petit Bain complet qui est chargé d’accueillir les finlandais pour leur date parisienne très attendue. Et pour cause. Le groupe fait couler de l’encre depuis une dizaine d’années, au point d’attirer un public de curieux qui se mêle à la foule d’amateurs de metal.

L’opening se fait avec Silver Dust, jeune groupe suisse monté en 2013. Entre hard rock et metal gothico-symphonique, le set ne parvient pas à surprendre. Kitsch et niais, Silver Dust évolue dans un style tellement vu et revu qu’il en devient sans saveur. Tout en haut de forme, eyeliner et vernis noir, le frontman Lord Campbell puise clairement son inspiration chez sieur Bram Stocker.

A les regarder voguer de titre en titre, l’on comprend le but du quatuor, qui a pour vocation d’emmener son public dans un univers sombre et empreint de mystère. A défaut d’une poésie noire, la mièvrerie est à l’honneur. L’ensemble est sans charisme, à l’image de centaines de formations tentant d’évoluer dans un univers vaguement romantique. Comme des groupes tels que Beast In Black, Silver Dust est ancré dans un style années 2000 qui n’est plus d’actualité. Seul un solo de percussion bien ficelé apporte un soupçon d’énergie à un ensemble plutôt faiblard. Un groupe qui tient la route pour les fans du genre. Pour les autres, on repassera.





Une bonne coupure permet de se requinquer pour accueillir dignement les gaillards – ou devrions-nous dire, créatures – de Lordi. Pinte au poing, l’on repense à la carrière de ce groupe de heavy finlandais, qui sévit tout de même depuis ’92 à coup de live monstrueux. Sans oublier le démarrage totalement absurde de leur carrière internationale ! Révélé au grand public par sa victoire de l’Eurovision en 2006, Lordi tire sa gloire d’un concours d’une folle ringardise. Les ABBA du hard rock, en somme !

Lorsque la clique de créatures fend la scène du haut de leur platform shoes à griffes ou à écailles, rien à dire : c’est impressionnant. Les bougres immergent leur audience dans un univers fantastique en moins de deux, grâce à des costumes si bien réalisés que l’on y croirait presque. Entre concert et pièce de théâtre, le live est constamment ponctué d’animations. Quelques figurants costumés débarquent sur scène le temps de scénettes :

une nonne munie d’un crucifix, un exorciste au visage déformé, une furie en chaise roulante, des marionnettes fantômes animées, une poupée démoniaque aux faux airs de Chucky… Tout y passe. L’on sent un hommage aux classiques du cinéma d’horreur, dont les grands titres ne sont jamais loin.

Lordi, c’est un joyeux mélange de Gwar et de la provoc’ absurde de Steel Panther. Le groupe a beau être grotesque, empreint d’une lourdeur indéniable, il amène avec lui quelque chose de jouissif. Musicalement, le live est étonnamment excellent ! Avec leurs lourds costumes sur le dos, l’on se demande comment les musiciens parviennent à faire un seul accord. Tous masqués et gantés, ils s’embarquent dans des solos impressionnants ! Sans oublier l’incroyable showman qu’est Mr Lordi, chanteur à la voix gutturale et à l’humour facétieux.  

Les tubes s’enchaînent, plus grivois les uns des autres. Sexorcism, Who’s Your Daddy, Naked in My  Cellar… Aucune limite au niveau du songwriting, pour le plus grand plaisir d’une audience hilare ! Hard Rock Hallelujah fait office de final, clôturant le show des finlandais avec une évidence toutefois bien pensée.

Les monstres auront bien tenu deux heures à un rythme pêchu, faisant défiler quelques tubes mélodieux dignes du shock rock d’Alice Cooper lui-même. Sans nul doute, Lordi s’affirme sur la scène internationale avec talent, passant de la farce à la musique en un clin d’œil. A voir (et revoir) !


Leave a reply

Laisser un commentaire

Qui sommes nous

Une équipe animée par une passion commune des ambiances live, collant au plus près de l’actualité musicale. Among The Living vous fait (re)vivre des moments forts à travers ses articles. Enjoy !

Nous suivre

Among The Living © 2017