TYRANT FEST JOUR 2
OIGNIES (62)
Dimanche 18 novembre 2018

tyrant fest

 


Sur fond Evènement social national « Gilets jaunes » et parce que le jour 1 on ne pouvait pas y être (et c’est bien dommage), AMONG THE LIVING est quand même allé trainer ses Doc et autres New Rock,  Dimanche 18 novembre 2018 dans les Hauts de France qui, finalement, ne sont pas si loin que cela de la capitale, de Bruxelles, d’Amiens, de Lille ou d’Arras.

C’est la troisième édition du TYRANT FEST et l’orga a fait extrêmement fort cette année encore. Extrême, c’est le mot qui me vient comme une évidence lorsqu’à l’affiche de la salle METAPHONE on découvre ZATOKREV, THAW, THROANE, TREHA SEKTORI, HANGMAN’S CHAIRSCHAMMASCHDER WEG EINER FREHEIT et AURA NOIR en tête d’affiche pour la journée du samedi.

Autour du bâtiment abritant la scène du METAPHONE, il existe en annexe plusieurs salles dont l’auditorium 80 places (il faut faire la queue pour espérer rentrer) qui recevra conférences à thèmes et concerts privés dans un espace rehabilité d’éco-musée minier. Cet endroit original s’appelle le 9-9bis et a élu domicile sur les terres minières inscrites au Patrimoine Mondial de l’UNESCO (2012). Pour la petite histoire, il s’agit d’un carreau de fosse  construit sur un ensemble minier de charbon dans les années 30 et fermé en 1990. Il obtient en 1994 son classement aux monuments historiques, sauvant ainsi l’Histoire industrielle du Nord Pas de Calais et permettant l’accès d’un nouvel espace culturel et studios de répétition.

Entre autres découvertes, une visite guidée de 5 km se terminant par le terril est organisée dimanche matin. Dans un autre bâtiment, la salle des pendus vous fera découvrir les vestiaires des mineurs, on visitera les chaufferies ainsi que d’autres bâtiments abritant un espace Tatouage, barbier, bijoutier, merch, art graphique, vidéo, photo, un showroom de matériel,  et enfin le célèbre merch HATE COUTURE (le samedi) ainsi que plusieurs Food trucks  en extérieur pour satisfaire tous les goûts. Bref, vous l’avez compris, le TYRANT FEST est au delà de nos espérances, plus que de merveilleux concerts occultes, un vrai concept où rencontres culturelles et échanges artistiques se réalisent dans une ambiance calme et posée.

Un petit topo sur les conférences (auxquelles je n’ai malheureusement pas assisté) de Nicolas BENARD, Docteur en Histoire. Il est nécessaire de citer le label LADLO et LES ACTEURS DE L’OMBRE qui œuvrent pour la diffusion de ce style artistique bien particulier. Le magasine HERETIK qui fut à notre écoute à l’HRTK Bar. Les expos avec VINCENT FOUQUET, ARKHOSS-ARKLAND URBEX, DEHN SORA, PAUL NAASSAN-EMGALAI, WILLIAM LACALMONTIE, INFEKT 777.

Après avoir pu découvrir ce lieu atypique, les concerts débutent ce dimanche à 15h dans l’auditorium plein à craquer avec les quatre parisiens de DIRGE. Actifs depuis 1994, après 4 ans d’absence et un album en 2017, ils sortiront leur septième album mi-décembre 2018 chez Debemur Morti. Il se nommera « Lost Empyrean ». Nous avons pu découvrir deux titres ce soir : « Wingless Multitudes » et le titre éponyme. C’est un plaisir de retrouver ce son post-black atmosphérique à l’issue d’une tournée en Europe de l’Est. DIRGE est de retour et c’est tant mieux.

Puis, retour au METAPHONE à 16h avec AZZIARD qui prend le pouvoir pour un set  empreint de noirceur et d’imprévu puisque nous retrouverons en guest PSYCHO du groupe ANTILIFE sur le titre « le meurtre du héro ». Ce groupe parisien né en 2001 a le mérite d’être aussi créatif que torturé et sort du lot dans un registre qui voit beaucoup de groupe s’y enliser. Intéressez vous notamment au dernier album « Metempsychose »  (sorti en 2017 chez  Malpermesita Records) avant qu’ils ne nous assènent leur prochaine galette en continuité à ce dernier et toujours basée sur le livre rouge de Carl Jung.

Set list : Psyché, Unus Mundus, le meurtre du Héro, interlude : le second jour, l’enfer, l’Anachorète Dies, le sacrifice.

Depuis 2010, les islandais de AUDN, suivent le chemin de leur ainés dans un registre Black atmosphérique statique et mystérieux. Depuis leur tournée avec GAAHLS WYRD l’an dernier, ils ont vu leur cote d’amour monter jusqu’à leur programmation au MOTOCULTOR et au SUMMER BREEZE l’été dernier. Je n’ai (bien sur) pas manqué de les voir à l’EISTNAFLUG FESTIVAL en Islande et force est de constater que le groupe se pose sur scène de plus en plus puissant et sombre tout en mêlant une proximité off stage dont le public raffole. Un tour de force pour ce groupe qui a beaucoup de chose à nous dire (en islandais) et n’a pas fini de nous étonner. Mettez vous en quête du premier album devenu introuvable et vous saurez ce qu’est le GRAAL.

Set list : Verold Hulin, Lifvana jord, haldreipi hugans, Prisund, Feigd, pjarning Heillar pjodar.

THE GREAT OLD ONES ont partagés trois semaines de tournée européenne en Co-Headline avec AUDN qui touche à sa fin ce soir.  Depuis leur rencontre l’an dernier au cours de la tournée avec GAAHLS WYRD, l’association a fonctionnée et les a mené jusqu’au TYRANT FEST. Les bordelais puisent leur inspiration dans les œuvres de LOVECRAFT (merch original) pour les besoins de leur post-black métal  empreint d’atmosphères chargées qui vous pousseront à explorer plus avant la littérature pour mieux comprendre le propos.

Set list : searching for R. Olmstead, the shadow over Innsmouth, When the stars align, Je ne suis pas fou, Antartica, Mare Infinitum.

Il faudra faire une entorse au programme principal pour voir MONOLITHE (2001) à l’auditorium, dont le Doom est la clé pour explorer les origines de l’humanité, thème cher au groupe puis récemment, le projet original de réaliser un 7e album, de 7 plages de 7 mn avec 7 musiciens, sur 7 tonalités différentes, 7 titres débutant par les 7 premières lettres de l’alphabet : Nebula septem is born et MONOLITHE ne cesse d’innover.

Set list : Delta scuti, Burst is the event Horizon, Ecumenopolis, Coil shaped volutions, engineering the rip, Monolithe I

Les blasphémateurs new yorkais de PROFANATICA sont de retour sur les planches. Le trio vu hier soir au TRABENDO à Paris est plus à l’aise sur cette grande scène et l’absence de lumière propre à leur image est toujours de mise. C’est glauque, c’est moche, c’est plombant, c’est ce qui a  décidé Erik Danielsson de WATAIN à les embarquer en tournée. Après être né en 1990 puis avoir splitté, le trio s’est reformé en 2001. Le dernier album «  The curling Flame of blasphemy »  sorti en 2016 voit ses membres masqués exceller dans le registre du Dark métal pour initiés.

Le black/death métal satanique est à l’honneur avec les parisiens de ARKHON INFAUSTUS (1997) qui, en pleine résurrection, depuis le Hellfest 2017, nous déversent leur son poisseux putride et froid  et leurs propos violents évoluant entre le satanisme et le sadomasochisme, créant leur propre identité devant un public attentif. La palme du seul et du plus extrême groupe français pourrait leur être attribué tant ils sont fidèles à eux-mêmes dans la durée.

Set list : Dead cunt maniac, , when they gave called, Ravaging the nine pillars, the omnious circle, the sillent voices of perversion, M33 constellation, Trigrammaton, Whirlwind journey.

WATAIN pour continuer sa tournée THE TRIDENT CURSE  EUROPEAN TOUR a ce soir déballé le package sur la grande scène du METAPHONE pour notre plus grand plaisir. Hier soir, au TRABENDO, hormis la surprise d’avoir nos conduits nasaux complètement noircis par la suie des torches, le décor fut presque inexistant et la set list correcte mais ce soir c’est la fête. Les suédois nous ont sorti les logos brulants, les croix retournées, le sang , les habituels corpse painted et les lumières rouges propices à l’ ambiance « cathédrale des damnés ». La set list se modifie un peu rendant la communion fluide et le spectacle magnétique dans cette belle salle dont la spécificité architecturale est le trapèze.

Set list : Storm of the antichrist, Nuclear alchemy, The child must die, Agony fires, Furor diabolicus, Sacred damnation, The golden horns of Darash, Malfeitor, Toward the sanctuary, Sworn to the dark, The serpent’s chalice.

En guide de conclusion, c’est un bel événement de qualité que le TYRANT FEST pour lequel je ne manquerai pas de venir tout le week end l’an prochain. Un énorme merci à  Alex de NAO NOISE pour la programmation et à l’organisation souple et professionnelle qui m’a permis en tant que « journaliste » d’accéder à des informations facilement et facilitant les interactions entre tous. Bravo et longue vie au Grand Tyran !

Report by Emmanuelle NEVEU @ Among the Living, Novembre 2018

Photos Yersina/Laure Michel pour Among the Living, Novembre 2018

Leave a reply

Laisser un commentaire

Qui sommes nous

Une équipe animée par une passion commune des ambiances live, collant au plus près de l’actualité musicale. Among The Living vous fait (re)vivre des moments forts à travers ses articles. Enjoy !

Nous suivre

Among The Living © 2017