Rencontre avec Boban Milunovic, à la tête du MetalDays, festival de métal en Slovénie qui se tiendra du 22 au 28 Juillet 2018.

 

 


Dans un premier temps, pourrais-tu te présenter pour les lecteurs d’Among The Living ?

Je m’appelle Boban, et je suis le propriétaire et fondateur du festival MetalDays. Je suis également en charge du booking des groupes de la scène principale.

 

MetalDays fait partie des plus gros festivals d’Europe. En quoi est-il différent des autres festivals les plus importants, tels que le Hellfest ou le Wacken Open Air ?

 

Je pense que la différence majeure est le lieu du festival : il est situé à la frontière d’un parc national dans les Alpes Slovènes, à Tolmin, en pleine nature. Il y a deux rivières et deux plages. On peut se baigner dans la journée, tout en allant écouter les groupes sur les trois scènes différentes. Une autre différence est la durée du festival : MetalDays s’étend sur une semaine entière. On peut même venir plus tôt si on le souhaite, par exemple venir le mercredi, alors que les shows débutent seulement le lundi. Beaucoup de festivaliers viennent pour dix jours. MetalDays combine le concept de vacances avec celui de festival. C’est un mélange de loisirs et de musique pour un prix très abordable : seulement 150 euros le billet. Nous avons 134 groupes, ce qui signifie environ un euro et dix centimes par groupe !

 

Est-ce qu’il y a une forme de compétition ou de rivalité entre MetalDays et les autres festivals Européens ?

 

Non, je ne pense pas. Les autres festivals ont une philosophie différente. Ce sont des festivals vraiment énormes. Nous ne sommes pas une menace pour eux, ni eux pour nous. Si vous choisissez d’aller à l’un de ces festivals, vous allez probablement le sélectionner pour sa programmation musicale et pour son intensité. Vous allez là-bas vous défoncer pendant trois jours, puis vous rentrez à la maison. Mais vous n’allez pas être ivre-mort pendant dix jours. Les gens qui choisissent de venir à MetalDays le font pour le concept de vacances musicales. La majorité des festivaliers se lèvent le matin, et quittent la superficie du festival pour aller visiter le pays et faire des excursions en pleine nature. Entre autres loisirs, ils peuvent faire de la plongée sous-marine et du canyoning. Nous avons mis en place des partenariats avec de multiples activités aux alentours !

Cela fait 14 ans que MetalDays se déroule tous les ans. As-tu réalisé des changements notables pour l’édition 2018 du festival ?

 

Nous réalisons des changements tous les ans, mais aucun d’entre eux n’est majeur. Tel qu’il est maintenant, le festival a atteint son objectif maximal au niveau de sa production. 90% de MetalDays reste le même d’année en année, et nous essayons de nouvelles choses avec les autres 10%. Comme le lieu du festival est un espace délimité dans un parc national au milieu de la forêt, il n’est pas possible de l’agrandir. Ce n’est pas comme un vaste espace dans un champ, qui pourrait accueillir plus de personnes.  Nous ne pouvons pas agrandir le campement non plus, il n’y aurait pas de place.

Cette année, Judas Priest sera la tête d’affiche du festival. Qu’est-ce que ça signifie pour toi de les accueillir sur la scène de MetalDays ?

 

Pour moi personnellement, c’est quelque chose de vraiment énorme. Screaming For Vengeance est un album très important pour moi, car il m’a fait découvrir réellement le heavy metal. Judas Priest est le groupe le plus immense que nous pouvons avoir à notre festival. Les groupes encore plus importants que Judas Priest, tels que Iron Maiden, sont trop grands. Ce ne serait pas possible de les avoir à MetalDays en termes de production. Pouvoir accueillir Judas Priest signifie donc beaucoup pour nous, cela symbolise le fait de pouvoir atteindre le maximum.

 




Quelles sont tes ambitions principales pour cette nouvelle édition de MetalDays ? Est-ce qu’il y a un objectif que tu aimerais atteindre ?

 

Nous accordons une grande importance à l’aspect écologique du festival. Cela signifie beaucoup pour nous. Notre but est de faire de MetalDays un événement qui produit le moins de poubelles possible, un festival zéro déchets ! Nous mettons beaucoup d’efforts et d’énergie dans ce projet.

Est-ce qu’il y a un groupe que tu aimerais inviter à MetalDays, qui n’est jamais venu auparavant ?

 

Je pense que Gojira serait un choix parfait pour MetalDays. Leur activisme et leurs idées engagées sont similaires à celles que nous exprimons.

 

Certains festivals Européens ont déjà été critiqués pour avoir eu une programmation trop mainstream. Par exemple, le Hellfest en France a invité Linkin Park l’année dernière, lors de l’édition 2017. Qu’est-ce que tu en penses ? Est-ce que tu veux que MetalDays reste uniquement un festival de métal, ou serais tu ouvert à l’idée d’inviter des artistes de la scène pop-rock ?

 

Nous ne ferions jamais ça, nous sommes un festival de métal. Nous accueillons différents genres de groupes de métal, mais il faut que ce soit du vrai métal. Linkin Park est certainement un super groupe pour bon nombre de gens, et il y a un élément métal dans leurs compositions, mais ce n’est pas un groupe de métal à mes yeux. Une programmation de ce type-là n’arriverait pas à MetalDays. Si je suis honnête, je dois dire que je peux imaginer Linkin Park au Hellfest, car chaque année certains groupes sont programmés sans rentrer dans les critères propres au métal. Je ne vois pas cela comme quelque chose de négatif, mais MetalDays fonctionne différemment.

 

A part MetalDays, tu organises aussi trois autres festivals durant l’été en Slovénie, en Juillet et Août. L’Overjam, un festival de reggae, Le Punk Rock Holiday, et le Mötorcity, dans une ambiance hard rock et blues rock très biker. Que pouvons-nous attendre de ces trois autres évènements ?

 

La philosophie est la même sur les autres festivals. La protection de l’environnement est tout aussi importante, et c’est le même concept de vacances musicales. Le public est différent dans ces quatre festivals. En tant que fan de métal moi-même, je ne peux pas diriger avec succès un festival de reggae, il me faut de l’aide de personnes spécialisées. Et c’est la même chose avec le festival de punk et le festival de blues rock. Pour chaque festival, nous avons des équipes dédiées qui se focalisent sur les décisions artistiques, qui choisissent les groupes et le graphisme des affiches. Je pense que c’est une façon appropriée de faire les choses. Par exemple, si tu gères un restaurant italien, tu as besoin d’un chef italien, pas d’un chef japonais. Nous avons le même siège pour tous les festivals, où les décisions majeures sont prises. Mais les choix spécifiques sont propres à chaque festival.

 

Est-ce qu’il y a une volonté de diversification de ta part, en organisant de multiples festivals ?

 

Au début, être à la tête d’autres festivals n’était pas prévu. Courant 2011, deux types de Ljubljana ont organisé le festival Punk Rock Holiday, au même endroit que MetalDays. Le festival a été un échec cuisant. A la fin de l’événement, ils sont venus me voir, pour me demander si je serais intéressé à l’idée de reprendre le concept. Je me suis dit que ce festival pourrait être sympa. Ensuite, j’ai décidé de me diversifier, et d’essayer d’autres festivals également.

 

Tu gères aussi le Winter Days of Metal, qui peut être vu comme le « petit frère » du MetalDays. Pouvons-nous attendre des éléments distincts dans cette édition hivernale ?

 

Winter Days of Metal est une plus petite version de MetalDays. Le line-up est également différent, car nous essayons de ne pas avoir les mêmes groupes durant la même année. La différence principale avec MetalDays est l’absence de campement pour les festivaliers. Les visiteurs peuvent rester dans des appartements ou des hôtels le temps du séjour. Il est possible d’acheter un pass de ski en plus du billet du festival, afin de passer la journée sur les pistes et de rentrer le soir pour les concerts. Contrairement à MetalDays, le secteur du festival Winter Days of Metal n’est pas ouvert toute la journée. Il n’y a qu’une seule scène et nous commençons les évènements plus tard, il y a donc moins de groupes présents.

 

Un dernier mot pour les fans de métal en France ?

 

MetalDays est intéressant pour les visiteurs français car il propose une multitude de choses uniques, que l’on ne retrouve pas dans les autres festivals. Pour un prix très abordable, c’est un mélange de vacances dans un cadre de rêve et de musique toute la journée ! C’est the place to be si vous recherchez une nouvelle expérience.

MetalDays

Leave a reply

Laisser un commentaire

Qui sommes nous

Une équipe animée par une passion commune des ambiances live, collant au plus près de l’actualité musicale. Among The Living vous fait (re)vivre des moments forts à travers ses articles. Enjoy !

Nous suivre

Among The Living © 2017