MobiusMOBIUS – The Line

Sortie le 10 Octobre 2016

Heli (Lead Vocals) 
Adrien (Drums) 
Guillaume (Keyboards)
Xavier (Guitars)


Premier opus d’un quatuor au gros potentiel, The Line  pose la première pierre d’un édifice capable d’atteindre des sommets.
Progressif aux multiples influences, MOBIUS puise son inspiration à la fois dans un métal symphonique classique (Sympony X, Epica) en y incorporant une part non négligeable de musique du monde  qui donne une texture atypique aux compositions, en particulier par un jeu de clavier plutôt brillant.
La tribu lyonnaise (pour la majorité originaire de la Réunion) a l’avantage de la jeunesse. Pour autant ils ne sont pas nouveaux dans le serial, ayant déjà ouvert pour des groupes comme Trepalium, Hypno5e, Stream of Passion, mais aussi Leprous et Blindead (beau palmarès).

La ravissante et efficace Heli au chant permet au groupe d’aisément mettre en avant les textures « musique du monde » portées sur The Line.

Débutant sur un magnifique Cosmopolis et son ouverture « cinémascope », MOBIUS pose d’entrée de jeu les bases d’un métal propre et très bien interprété. Chaque musicien est bien en place. Les riffs sont incisifs, les claviers aériens et la voix d’Heli colle parfaitement à l’ambiance.


Mobius


Les titres sont longs,  perclus de variations, ce qui leur évite l’écueil de la monotonie.  Ecoutez-moi ce A Mazing World et ses rythme orientaux, véritable invitation au voyage et à l’apaisement.
Même traitement avec The Heresiarch qui, dans une autre dynamique, vous emporte dans un maelstrom de riffs puissants et mordants, suivi par les claviers de Guillaume qui rivalise avec les deux furieux aux six cordes.
Dark Fates m’a littéralement botté le cul, au même titre que le final sur Myst OF Illusions.
Les thèmes abordés sont très personnels, et cela se ressent.  Introspectifs et à l’écoute de l’autre, on navigue dans la recherche de sa place au sein de la communauté face aux agressions d’une société qui déshumanise l’individu. Les textes sont au final aussi riches que les compos, ce qui est remarquable en soit.
Je vous laisse découvrir cet album complexe et riche, qui vous tirera des émotions parfois antinomiques à l’écoute d’un même morceau. C’est vous dire le travail effectué sur les compos par ces talents en devenir.

L’ensemble est un très bon équilibre entre le prog et un métal plus lyrique et symphonique, avec des accents « world music » du meilleur effet. The Line s’écoute comme on regarderait une épopée cinématographique, confiné dans le feutre confortable  d’une salle de cinéma.
Pour un premier opus je trouve que MOBIUS tape fort et juste. Impétueux et volontaires, les titres de The Line portent en eux l’énergie de la jeunesse couplée à un savoir-faire indéniable, et à une maîtrise de leur destinée. 
Oui j’ai été séduit, et je ne peux que vous inviter vivement à découvrir ce groupe qui fera inévitablement parler de lui tant la maturité des musiciens transparait dans The Line.


 

 

2 Comments

  1. […] OLANE est un projet musical mené par Héli Andrea (MOBIUS) et Quentin Thomas, et mis en images par Vincent Fouquet (Above Chaos). Leur démarche est celle de créer spontanément, sans promesse de lendemain, ni de constance dans le style. Un crashtest perpétuel, entre « musiques du monde », classique… qui peut savoir ! Enregistré et mixé par Raphaël James. Vous pouvez retrouver la chronique du très bon album de MOBIUS ici  […]

  2. […] originaire de La Réunion y intègre même quelques rythmes de Maloya. Avec un premier album ”The Line” (2016), le groupe a ouvert pour Leprous, Car Bomb, Stream of Passion, Trepalium et Hypno5e. […]

Leave a reply

Laisser un commentaire

Qui sommes nous

Une équipe animée par une passion commune des ambiances live, collant au plus près de l’actualité musicale. Among The Living vous fait (re)vivre des moments forts à travers ses articles. Enjoy !

Nous suivre

Among The Living © 2017