MORBID ANGELKingdoms Disdained

Sortie décembre 2017

 

Trey Azagthoth – guitares
Steven Tucker – Chant & basse
Dan Vadim Von – guitares
Scott Fuller – Batterie

 

 

 

 

 


MORBID ANGEL,  c’est un peu comme les feux de l’amour, il y a de la trahison (Pete Sandoval souffrant de problèmes de dos viré pour une convalescence trop longue), des je t’aime moi non plus (départ de David Vincent (basse/chant)) après l’album “Domination” puis retour sur “Illud Divinum Insanus” puis re départ),  des hauts et des bas, des albums cultes (Blessed Are the Sick, Covenant) et des échecs critiques et commerciaux ( Illud Divinum Insanus…), des changements incessants de casting (Richard Brunelle, Eric Rutan, DestructhorTim Yeung…).
Les différents départs du mythique bassiste/chanteur auront surtout profité  à  Steve Tucker   qui a rapidement fait ses preuves et qui a fait parfaitement le job sur 3 des albums de la formation. Alors que David Vincent est parti former I’M MORBID (groupe de reprise de MORBID ANGEL avec le batteur Tim Yeung), le génial guitariste et fondateur du groupe (depuis 1984!) Trey Azagthoth  continue de mener sa formation d’une main de fer.
Car l’ empreinte du guitariste sur le groupe Floridien est énorme, ce son et ces compositions si caractéristiques, ces ambiances malsaines et surtout ces soli ultra techniques et dévastateurs ont forgé le monument MORBID ANGEL, un des pionniers de la scène Death Métal mondiale. Trey Azagthoth, de nouveau accompagné par Steve Tucker s’est donc entouré  d’ un nouveau guitariste (Dan Vadim Von) et d’un nouveau marteleur de fûts (Scott Fuller).  Reste à savoir à l’écoute  de ce 9ème album studio si le groupe reste inspiré et  est de retour aux affaires après un précédent album décevant. 

L’entrée en matière avec “Piles of Little Arms” et “D.E.A.D”  reste assez conventionnelle,  le groupe proposant deux morceaux bien bourrins histoire de dire qu’ils ne reviennent pas pour faire de la figuration. Dès les premières notes la musique du groupe est tout de suite identifiable avec ses riffs torturés et ses harmoniques dissonantes.



Mais sur ce “Kingdoms Disdained” on retrouve principalement des morceaux lourds et heavy:  “Paradigms Warped” et ses petits breaks de basse qui boostent bien le morceau,  “Garden of Disdain” et son groove implacable , le tout soutenu par une double pédale chirurgicale . Mention spéciale à  “Declaring New Law” qui vous fera headbanger grace à son rythme mid tempo excellent qui tourne en boucle et qui vous rentre dans le crane de manière radicale, les growls excellents de Tucker renforcant la puissance du morceau.
Le groupe à toujours été friand de  ces passages lourds et lents et se sont souvent ceux- ci qui ont constitués les meilleurs morceaux du groupe, il suffit d’écouter “Fall from grace” sur l’album “Blessed are the sick“, “God of emptiness” sur “Covenant” ou “Where the slime live” sur “Domination” pour s’en rendre compte.

La production de l’ensemble est à mon gout un peu trop synthétique et compressée (la batterie notamment)  et sur certains morceaux on perd un peu l’esprit et l’ambiance malsaine et ésotérique de MORBID ANGEL à cause d’un son trop léché typique des surproductions actuelles. Les morceaux “The Pillars Crumbling“, “For No Master” ou “The Righteous Voice” pourraient par exemple figurer sur tout bon album de Death Metal actuel mais ne constituent pas des morceaux indispensables de l’album.
Meme si le batteur se démène par son jeu rapide, puissant et précis, les guitares manquent de folie, on ne retrouve que trop peu les riffs et soli déments de Azagtoth, ceux qui ont fait la singularité du groupe par le passé. Heureusement l’album se termine sur un très bon “The Fall of Idols” qui allie brutalité , riff ravageur et efficace, de bon break bien heavy et des soli clairement inspirés qui rappellent le bon vieux temps.

Bref, ce “Kingdoms Disdained” me laisse un peu sur ma faim, le groupe nous propose un album solide et efficace mais peine cependant à être au niveau de ces premières galettes. Il aura quand même fallu 6 ans entre cet album et son prédécesseur et pourtant ce dernier opus sonne un peu bâclé . Le groupe propose ici des compositions plus directes et peut être plus spontanées au dépend d’ un travail d’écriture plus  poussé. Un bon album de Death Métal mais un album de MORBID ANGEL un peu plus que potable. Il en faudra encore un peu plus la prochaine fois pour retrouver le panache d’antan, peut être est ce une question d’alchimie qui ne s’est pas encore bien créée entre les membres du groupe.


Tracklist :

1. Piles of Little Arms
2. D.E.A.D.
3. Garden of Disdain
4. The Righteous Voice
5. Architect and Iconoclast
6. Paradigms Warped
7. The Pillars Crumbling
8. For No Master
9. Declaring New Law (Secret Hell)
10. From the Hand of Kings
11. The Fall of Idols

Leave a reply

Laisser un commentaire

Qui sommes nous

Une équipe animée par une passion commune des ambiances live, collant au plus près de l’actualité musicale. Among The Living vous fait (re)vivre des moments forts à travers ses articles. Enjoy !

Nous suivre

Among The Living © 2017