Motocultor Nignt Fever
Tranzat – Ende – Angelus Apatrida – Kadavar
St malo, la nouvelle vague St Malo
Samedi 24 Mars 2018
(Photos Guénolé Thréorel)



Evènement est assez rare : un concert de métal extrême à Saint malo, ville cotière de 45000 habitants au nord de la Bretagne. Rare car Rennes et Nantes centralisent en général les tournées des groupes et rare également car la nouvelle association qui gère la Nouvelle Vague propose en général une programmation très variée: electro, rap, chanson française…
Cependant la scène bretonne metal, punk et alternative se porte plutôt bien en terme de groupes et d’activité (HELLFEST, Motocultor, Samain Fest…) et on pouvait s’ attendre à ce que l’affiche du soir bien que pas exceptionnelle en terme de notoriété des groupes ramène un bon nombre d’amateurs.
Concert placé sous le signe de l’éclectisme musical, 4 styles à se mettre sous la dent ce soir: du Rock/Métal progressif, du Black Métal, du Thrash, du Stoner/Doom 70’s… Le concert était organisé par l’équipe du Motocultor, et il y avait quelques lots au nom du festival à gagner. 
Dès l’ entrée dans la salle, l’objectif billetterie semble atteint. A vu de nez autour de 300 metalleux avaient fait le déplacement, la salle étant au ¾ remplie.
Les Brestois de TRANZAT sont déjà sur scène, proposant tant bien que mal leur rock/metal « progressif » à un public encore peu réceptif ou pas encore chaud. Il faut dire que le concept “rétrofuturiste” du groupe est assez difficile à assimiler. Les musiciens tous vetus de T-shirts blancs manches longues/col roulé flanqué d’un T sur le coeur (rappelant un peu les tenues de Star Trek),  jouent une musique alternant phase mélodiques et calme et phases plus énervées.
Personnellement je n’ai pas trop adhéré mais le groupe mérite une seconde écoute sur CD cette fois pour se faire une opinion plus précise. Ils défendent justement un deuxième album qui sort cette année.


tranzat


Les choses sérieuses commencent avec ENDE. Les Rennais/Angevins commencent à jouir d’une bonne réputation dans l’underground, avec leur Black Métal froid, direct, oldschool, sans fioritures. En effet, ici pas de claviers, pas de maquillage, toute l’ambiance est créée par la musique.
ENDE vient présenter un nouvel album fraîchement sorti début mars “Goetie Funeste“. Comme il est difficile de parler d’un groupe sans effectuer de comparaison, je dirais que la musique d’ENDE puise son influence dans le black métal des années 90’s, la musique transpirant le Darkthrone, les premiers Satiricon mais également du Vinterland ou du Kampfar.
J’avoue avoir préféré les morceaux/parties mid tempo, plus aérés, qui permettaient de mieux distinguer la subtilité des riffs. Sur scène, l’échange avec le public est comme la musique, glacial. Pas de communication avec la salle, le groupe se contentant d’enchainer les titres, cette attitude faisant certainement partie du concept misanthropique du groupe. Du coup, le public bien que réceptif est resté plutôt statique. Cependant Il se dégage de ce set une appréciation plutôt positive et j’ai même préféré la version live à la version CD.





Les espagnols d’ANGELUS APATRIDA débarquent enfin, et une bonne partie du public plutôt jeune, semble déjà acquis à leur cause. En effet, la foule se masse au pied de la scène, et il ne faudra que peut de temps avant que le pit ne se forme et que le pogo ne débute. Il faut dire que le Thrash des ibériques est excellent et que la pèche des musiciens est communicative.
Ils aiment la France et l’on fait savoir à maintes reprises, ils adorent la Bretagne même rappelant que c’est le Motocultor festival qui leur a accordé en  premier leur confiance il y a des années alors qu’ils était encore peu connu. Reconnaissant meme au point de faire un allez retour express d’Albacete (leur base) à St Malo juste pour une date car contrairement à Kadavar, ils ne sont pas en tournée. Leur Thrash Métal, parfois brutal, parfois mid tempo avec des lignes très mélodiques a enthousiasmé le public et l’échange avec le groupe a été énorme : crowdsurfing, circle pit… tout y est passé.
Tout le monde aussi bien sur scène que dans le public avait le sourire. Les espagnols ont un nouvel album à défendre « Cabaret de la Guillotine » et bien qu’ayant principalement survolé toute leur discographie, ils l’on fait de la meilleur manière. C’était précis, net, sans bavure. Leur prochaine tournée européenne ne passant hélas pas par la France, il faudra compter à nouveau sur le Motocultor pour les revoir.



Je n’ai malheureusement pas pu assister au concert trop tardif de Kadavar, mais j’avais noté qu’une partie du public, à la vue des T-shirts portés était la pour eux. En pleine tournée européenne, le groupe est devenu un des dignes représentants du revival rock psychédélique 70’s, puisant son influence chez des groupes tels que Hawkwind, Black Sabbath ou Led Zeppelin … Je m’en réfère donc aux avis glanés le lendemain du concert “Superbe clôture par les envoûtants Kadavar... Un set carré, doomesque et psychédélique…”


Motocultor Nignt Fever


Une soirée plutot réussie, en terme d’affluence et d’organisation. Le son était plutot bon malgré parfois quelques aproximations. Cette mise en bouche du Motocultor, pour lequel le public a répondu présent peut laisser espérer que des dates soient de nouveau programmés et que certains groupes osent faire un détour plus souvent  par la cité Malouine.

Leave a reply

Laisser un commentaire

Qui sommes nous

Une équipe animée par une passion commune des ambiances live, collant au plus près de l’actualité musicale. Among The Living vous fait (re)vivre des moments forts à travers ses articles. Enjoy !

Nous suivre

Among The Living © 2017