PABLO MOSES & The Handcart Band Le New Morning [LIVE REPORT]

PABLO MOSES & The Handcart Band + Ryon
Le New Morning – Paris
Jeudi 29 Mars 2018



Pablo Moses
, vétéran du reggae, revient sur la capitale où il était passé en février 2017 au Pan Piper. Un nouvel album, Itinuation, ajouté à sa discographie, le jamaïcain, à l’aube de ses soixante-dix ans, compte bien diffuser ses bonnes vibrations au public du New Morning. Nul doute que The Handcart Band qui l’accompagne saura l’aider dans cette tâche. Mais avant le maître, l’élève en quelque sorte : Ryon, jeune pousse française d’un reggae chanté en français, ouvrira la soirée. Dans ses valises, Zéphyr, son album tout frais émoulu. Franchissez donc avec nous les portes du New Morning pour vous faire caresser les oreilles par des sonorités jamaïcaines et l’âme par des ondes positives ; elles ne sont certainement pas superflues dans notre folle époque !



pablo moses


20h38, Ryon monte sur scène pour diffuser son reggae positif, poétique et engagé. Le titre ‘Zéphyr’ commence la soirée en douceur et, dès le départ, le chanteur Camille s’impose en figure de proue. Pour ‘Universel’, il demande au public s’il est possible de faire battre les cœurs ensemble en frappant des mains.

Combien’, engagé en faveur de la paix entre les peuples, avec sa guitare assez rock – Nico le guitariste a un passé rock – continue de nous emmener dans un doux voyage.

Camille dira son bonheur d’être là ce soir avant Pablo Moses, invitera la salle à faire circuler les énergies dans un message permanent de paix et d’humanité.

Le New Morning est encore timidement rempli mais les spectateurs présents sont réceptifs. En témoigne le positif ‘Kiffer’ sur lequel ils chantent.

Les titres s’enchaînent, agréables, avec une touche personnelle, un chant français qui passe très très bien. Camille a un charisme, une jolie présence, un phrasé intéressant que rehausse un accent chantant.

Mon Bon Droit’ avec sa jolie guitare parle de tolérance, du droit que chacun a d’être différent. « Soyez fier de ce que vous êtes » dira le chanteur en substance. ‘Douce France’ avec son passage dub et ‘Gaia’ terminent une très belle prestation, baignant dans une « positive attitude » que ne renierait pas un Mass Hysteria [NdA : Mass Hysteria est un groupe de métal français qui prône la « positive attitude »].

Le groupe termine cette petite heure de concert avec Camille qui demande au public de se connecter une dernière fois ensemble en applaudissant. Le « Peace and Love »  hippie est assurément  entre de bonnes mains.

Le changement de plateau est l’occasion d’une certaine effervescence sur scène. Une ruche s’affaire, qui retirant le matériel de Ryon, qui installant le plateau pour la tête d’affiche.

La salle est désormais bien remplie, avec un public plutôt blanc et assez jeune, mélangeant homme et femme.

Sur scène, le Handcart Band s’installe et avec une batterie, deux claviers et deux guitaristes, il y a du monde, sans compter Al, le bassiste qui arrive au tout dernier moment, juste avant le démarrage du concert, vers 22h00.



Après un court instrumental d’introduction, Pablo Moses arrive sur scène, acclamé par le public. D’entrée de jeu, ‘Reggae Warrior’, issu de 1980, rencontre un gros succès. ‘Give I Fe I Name’, plus rythmé, voit son solo de clavier salué par une salle aux anges, d’autant plus heureuse que le classique ‘Dubbing Is A Must’ arrive. Titre sur lequel bien évidemment, les fans chantent. Gros succès.

Pablo n’aurait presque rien à faire tellement le New est acquis à sa cause. Loin de lui toutefois l’idée de se reposer sur cet acquis. Il s’adresse aux fans, expliquant que Paris a toujours été réceptif à leur musique. L’homme vit sa musique, possède une gestuelle bien à lui, n’hésitant pas à esquisser quelques pas de danse, toujours en mouvement.

Living In Babylon’ qui suit rencontre lui aussi un gros succès. Issu du dernier album, il montre le bon accueil que les fans ont réservé à ‘Itinuation’.

Maintenant le contact avec les spectateurs, le jamaïcain les fait chanter à la fin de ‘Revolutionnary Dream’ tout comme sur ‘Mercy’, morceau qui atteint une belle intensité. ‘A Song’ est excellent, ‘Pave The Way’ claque, l’ambiance ne cesse de monter.

Sur scène, le public peut apprécier un groupe soudé où la connivence est évidente. Cette complicité se voit entre les musiciens mais aussi entre le groupe et Pablo. C’est un plaisir !

Le chanteur remercie le public pour ses vibrations positives, le fait chanter, lui dit son amour. « Jamaïca loves you ! » précise-t-il.

Les hommes transpirent sur scène et pourtant Pablo demande de couper les ventilateurs, disant qu’il veut avoir chaud ! Et la chaleur de monter effectivement, une fois les ventilateurs coupés. Pas forcément super, l’idée !

I Am A Grasshoper’, classique, développe lui aussi une grosse intensité avec un sacré solo de guitare. Sans surprise, le titre est apprécié des fans qui montrent leur enthousiasme. Ce morceau sera l’occasion pour le chanteur de dire son amour de la marijuana.

Les morceaux nous emmènent inévitablement vers la pause rappel ; il est 23h15 et le bassiste s’occupe de chauffer le public. Pablo Moses revient assez rapidement et demande au public s’il veut encore plus de reggae avant de dédier ‘Mama Yeah’ à « Mother Africa ». Énorme passage du concert où le public chantera seul, a capela, et où Pablo témoignera très sincèrement de sa gratitude. Le jamaïcain remercie à nouveau le public pour les ondes positives et pour sa participation.

Ready Aim Fire’ termine ce concert en beauté avec un public toujours présent, un agréable passage dub et les deux guitaristes et le bassiste pointant le chanteur de leur instrument.

Pablo quitte finalement la scène, les musiciens terminant le titre tous de front devant la scène.

« Do you want more reggae music ? » avait demandé Pablo précédemment. “Oh que oui !”, surtout quand il est bon comme celui de ce soir, porté par un excellent son et de sacrés musiciens. A bientôt soixante-dix ans, le jamaïcain a prouvé s’il en était besoin qu’il fallait toujours compter sur ce rastaman « born to be bad » et qui clame son amour des cigarettes qui font rire. Et c’est tant mieux !


Setlist Pablo Moses

Intro

Reggae Warrior

Dig On

Give I Fe I Name

Dubbing Is A Must

Living In Babylon

Revolutionary Dream

Mercy

A Song

Pave The Way

I Am A Rastaman

I Am A Grasshoper

Born To Be Bad

In This Jungle

The Life He Lives

I Love You

More Than You Can Chew

————————

Mama Yeah

Ready Aim Fire


Leave a reply

Laisser un commentaire

Qui sommes nous

Une équipe animée par une passion commune des ambiances live, collant au plus près de l’actualité musicale. Among The Living vous fait (re)vivre des moments forts à travers ses articles. Enjoy !

Nous suivre

Among The Living © 2017