Periphery – The Contortionist – Destrage
Paris, 20 mai , le Trabendo

 
 
Belle soirée Djent ce soir au Trabendo avec la venue des monstres de Periphery, accompagnés de Destrage et The Contortionist, IL y aura donc de la 8, voire 9 cordes ce soir et des polyrythmies à en devnir fou.
On commence donc avec Destrage qui livre un set d’une trentaine de minutes plutôt bon, voire très bon, avec un bassiste toujours aussi poseur et un chanteur qui a un peu gagné en présence. L’éclairage étant peu satisfaisant ( Trabendo oblige..) je constate que le son n’est pas à la hauteur de ce style musical exigeant et je me mets à craindre le pire concernant le set de Periphery…C’est sous les applaudissements mérités que Destrage quittera la scène, laissant leur parterre de fans sur les dents, mais que voulez vous, ils n’auront qu’a revenir en headline dans notre belle ville, nul doute qu’ils y seront bien accueillis.


Ce diaporama nécessite JavaScript.

 


Place maintenant à The contortionist pour un set un peu mou qui me fait penser à du sous Tesseract (ce qui déjà est un compliment venant de moi) mais qu’importe, le combo semble avoir des fans dans l’assistance et le set de 45 minutes passe tout seul, sorte d’œil du cyclone entre deux groupes qui envoient un peu plus sévèrement.
 


Ce diaporama nécessite JavaScript.


Fini de rigoler  avec l’arriver sur scène des mecs de Periphery pour un show extrêmement punchy mais tellement court et à la setlist plus que discutable. Son excellent, lumières pas mal du tout, une énergie hallucinante, tout est là pour que le show se passe bien, même la voix de Spencer semble être au rendez vous. Tout me direz vous ? Oui sauf le plus important, une setlist cohérente! Clairement axé sur les morceaux les plus lourds et les plus récents du groupe, ces 75 minutes ( oui c’est peu) feront l impasse totale sur nombre de hits du groupe comme Icarus Lives, Scarlet, Luck as a Constant, Racecar, et j’en passe. OK , il est probable que le combo en ait assez de jouer à chaque Gig les mêmes morceaux , et il est bien compréhensible qu’ils essayent de placer leurs nouveaux opus, mais quand même, je ne sais pas si c’est un choix judicieux que de faire une impasse totale sur leur deux premiers albums qui sont ceux qui leur ont permis de rentrer dans la légende….Au delà de ce choix qui me laissera pantois durant plus d’une heure, nul doute que Periphery sait toujours enflammer les foules.


Ce diaporama nécessite JavaScript.

Leave a reply

Laisser un commentaire

Qui sommes nous

Une équipe animée par une passion commune des ambiances live, collant au plus près de l’actualité musicale. Among The Living vous fait (re)vivre des moments forts à travers ses articles. Enjoy !

Nous suivre

Among The Living © 2017
%d blogueurs aiment cette page :