Rencontre avec Andy Ghosh de Turbowolf, savante hybridation de punk, de heavy métal et de musique électronique.

 

turbowolf Andy Ghosh


Pour commencer, pourrais-tu te présenter pour les lecteurs d’Among The Living ?

Je m’appelle Andy, et je suis le guitariste du groupe Turbowolf. Je fais également partie intégrante de la composition dans le groupe, et je réalise les photos.

 

Turbowolf est empreint d’une forte influence psychédélique. Pourquoi ce choix musical ?

 Je ne voix pas vraiment cela comme un choix. En fait, c’est compliqué de réfléchir à cela à ce stade, car cela fait longtemps que nous faisons de la musique. Je pense que notre influence psychédélique est arrivée à nos débuts. Quand nous avons monté notre formation, nous étions juste un groupe de punk heavy. Nous nous sommes assez vite lassés de ce style, trop surfait.

Un jour, Chris, le chanteur de Turbowolf, se promenait avec moi. Nous sommes passés devant un magasin de guitares d’occasion. Un vieux synthé trônait dans la vitrine, et nous nous sommes dit que nous allions l’acheter. Nous ne connaissions pas du tout le synthé, mais nous étions curieux ! A partir de là, nous avons commencé à accueillir des variantes plus électroniques à notre musique, pour que les sonorités soient plus intéressantes. Nous ne jouons que ce que nous aimons.

Turbowolf est à la frontière du punk et du rock n’roll, en passant pas le rock indé. Est-ce que tu considères ton groupe comme faisant partie d’un genre en particulier ?

Je crois que nous écoutons juste énormément de musique ! Nous aimons beaucoup de choses très différentes. Quand nous avons l’opportunité d’enregistrer un album, je trouve que ce serait dommage de n’explorer qu’un seul style. Nous voulons tirer le plus de choses possible de chaque expérience. C’est pour cela que nous composons des choses de style très différent. Pour moi, nous sommes un groupe de punk, avec la philosophie qui va avec. Le punk rock se distingue par sa façon d’aller à l’encontre des règles. Nous voulons juste être nous-mêmes, en ignorant l’ordre établi. Ce qui est totalement punk, c’est de suivre ses croyances même si elles semblent fausses. Et c’est ce que nous voulons faire avec Turbowolf.

 Quelles sont les influences principales de Turbowolf ?

En tant que groupe de rock un peu heavy, nous avons été influencés par tous les classiques, allant de Black Sabbath à Jimi Hendrix. Mais pour moi, le vrai tournant au niveau des inspirations du groupe a été la découverte des two-piece bands, tels que Death From Above et Lightning Bolt. Lorsque je les ai découverts, j’en avais marre des groupes de rock classiques. Je trouvais aussi que les nouveaux groupes se ressemblaient tous. J’ai été surpris par la sonorité novatrice de ces deux groupes. Actuellement, je n’écoute plus de heavy métal, car j’en ai trop écouté dans mon enfance et ça ne me procure plus de plaisir ni d’excitation. J’écoute beaucoup de motown et de musique du monde, et aussi des BO de films. J’adore John Carpenter. Je me dirige de plus en plus vers les musiques qui m’intéressent, les choses un peu folles.

Les clips de Turbowolf sont très originaux, avec une touche personnelle identifiable. Comment se déroule leur processus de création ?

Parfois, nous ne sommes pas aussi créatifs que nous le souhaiterions dans nos clips vidéos. Nous avons souvent des idées folles, avec des effets spéciaux qui vont donner un rendu épileptique. La chose la plus importante que nous voulons à chaque fois est de ne pas avoir l’air d’un clip de rock ! Pour nous, cela serait la pire chose imaginable. Les clips de rock peuvent être tellement clichés, avec toutes ces lumières reconnaissables. Les personnes que nous employons pour la réalisation de nos clips ne font pas de clips de rock ou de metal. Ils réalisent surtout des vidéos pour des musiciens folk, avec des rendus assez étranges. Nous essayons de nous extraire des clichés le plus possible. Comme nous n’avons pas beaucoup de moyens, nous avons trouvé l’idée de projeter les choses que nous aimons sur un fond vert, ce qui nous permet une solution créative et peu coûteuse.

Turbowolf existe depuis dix ans. Quels sont les changements majeurs qui ont eu lieu dans le groupe depuis ses débuts ?

Plusieurs choses ont changé depuis la naissance du groupe. D’un point de vue créatif, nous avons solidifié notre son. Avant 2008, nous avions déjà expérimenté plusieurs styles de musique, mais cela a pris quelques années pour réellement nous trouver. Du point de vue du lineup, le groupe a changé plusieurs fois de musiciens. Par exemple, nous avons eu trois bassistes différents au fil du temps. Les cinq dernières années, le groupe est devenu solide. Ce qui est surtout difficile, c’est de ne pas se répéter !

Votre nouvel album est sorti, intitulé The Free Life. Quelles en sont les spécificités ?

Certains auditeurs trouveront que notre nouvel album est très différent des autres, alors que certains trouveront qu’il est dans la même lignée. Tous nos albums sont assez heavy et étranges. Celui ci, The Free Life, est le plus varié. Il contient des chansons parmi les plus heavy que nous ayons fait, mais aussi des morceaux très calmes. C’est également notre album le plus bizarre. Il est très éclectique, avec un vrai mix d’influences à la clé. Nous avons décidé d’explorer des directions très variées.

 

Turbowolf est parti en tournée avec Korn il y a 8 ans. Qu’est-ce que cette expérience vous a apporté ?

 

C’était notre première vraie tournée Européenne. Avant cela, nous n’avions jamais vraiment fait de tournée, et nous ne jouions que dans des clubs locaux. C’était une expérience folle. Nous étions un tout petit groupe à l’époque, et soudain nous étions devant des milliers de gens. Cela nous a appris a jouer sur une grande scène. Maintenant, nous sommes super à l’aise sur les scènes de festivals ! On peut dire que nous avons commencé notre carrière avec une grosse expérience !

Si tu pouvais choisir un groupe de rêve avec qui partir en tournée, sur qui se porterait ton choix ?

 

Et bien, nous l’avons déjà fait ! Nous avons eu l’opportunité de tourner avec Death From Above, qui est mon groupe préféré au monde. C’était génial. Ils s’étaient séparés pendant assez longtemps, et, lors de leur reformation, nous avons eu la chance de jouer avec eux lors de festivals. A la suite de cela, nous sommes devenus amis. Le chanteur de Death From Above chante même sur notre nouvel album ! Sinon, j’aurais pu choisir David Bowie, avant sa mort.

Si tu avais l’opportunité de te voir dans dix ans, qu’aimerais-tu accomplir entretemps ?

Je pense que c’est difficile à dire quand tu joues dans un groupe underground un peu étrange ! Nous sommes déjà très heureux d’avoir réussi à réaliser tout ce que nous avons déjà fait. Au début, nous n’envisagions même pas de carrière possible dans la musique. Actuellement, les temps sont durs dans l’industrie musicale pour les groupes un peu à part. Nous sommes heureux de pouvoir continuer, et si nous pouvons continuer dans dix ans, ce serait incroyable. Pour être honnête, j’en doute, car c’est tellement dur pour n’importe qui de continuer à faire exister son groupe sur une telle durée. Nous sommes déjà très satisfaits de ce que nous avons accompli jusqu’ici. Tout ce que j’ai toujours voulu était de réaliser un album et de le sortir. Maintenant, nous en avons sorti trois, et j’ai pu tourner avec mon groupe préféré. J’ai l’impression d’avoir accompli tous mes rêves !

Turbowolf va bientôt partir en tournée. Peux-tu nous en dire plus ? Comptez-vous venir à Paris pour un concert ?

Dans une semaine, nous nous rendons aux Etats-Unis avec Royal Blood. Nous serons leur première partie pour leur tournée. Ensuite, nous serons programmés à l’affiche de quelques festivals en Angleterre pour cet été. Normalement, nous viendrons à Paris pour une date cet automne ! Nous avons passé deux ans en studio pour enregistrer notre dernier album, donc nous avons hâte d’être sur scène et de pouvoir jouer !


Leave a reply

Laisser un commentaire

Qui sommes nous

Une équipe animée par une passion commune des ambiances live, collant au plus près de l’actualité musicale. Among The Living vous fait (re)vivre des moments forts à travers ses articles. Enjoy !

Nous suivre

Among The Living © 2017