ALICE COOPER – ParanormalALICE COOPERParanormal
Sortie Août 2017

Alice Cooper – chants
Tommy Henriksen – guitares
Tommy Denander – guitares
Jimmie Lee Sloas – basse
Larry Mullen Junior – batterie
Bob Ezrin – Orgue Hammond sur Fireball

Invités
Michael Bruce – guitare sur Rats, Genuine American Girl & You And All of your Friends
Dennis Dunaway – basse sur Fireball, Rats, The Sound of A, Genuine American Girl & You And All of your Friends
Neal Smith – batterie sur Rats, Genuine American Girl & You And All of your Friends
Billy Gibbons – guitare sur Fallen in Love
Steve Hunter – guitare sur Holy Water, Genuine American Girl & You And All of your Friends
Roger Glover – basse sur Paranormal

 

 



Premier album studio du roi de la provoc’ Rock depuis 2011 et son Welcome 2 My Nightmare, au succès plutôt mitigé, Paranormal arrive dans les bacs pour la plus grande joie de ses fans et accessoirement la mienne.

Alice Cooper nous avait mis l’eau à la bouche avec un premier extrait, Paranormal, titre éponyme de l’opus, et je dois dire qu’au fil des écoutes le méfait est une réussite à bien des égards.
Produit par Bob Ezrin, acolyte de longue date (ayant notamment produit Love It To Death, School’s Out, Welcome To My Nightmare et Brutal Planet), Paranormal réuni une myriade de « potes » du père Alice comme Roger Glover (Deep Purple), Larry Mullen Jr. (U2), Billy Gibbons (ZZ Top) et quelques lascars historiques des débuts d’Alice Cooper.
Ouvrant sur le très efficace Paranormal, sur lequel officie magnifiquement Roger Glover, on sent directement la patte d’Ezrin à l’image du travail qu’il a réalisé avec Deep Purple sur leur dernier opus Infinity. C’est propre et classieux. L’esprit est là et la production impeccable. Alice Cooper y est parfait et la part faite aux guitares me ravie.

Dead Flies vient vous cueillir « à l’ancienne », montrant l’orientation prise par Alice avec un choix résolument old school qui se vérifiera toute au long de la galette. Une chose est sûre, le lascar s’est fait plaisir en s’affranchissant des codes imposés trop souvent par un producteur ! On sent bien qu’Alice Cooper s’est amusé avec ce Paranormal qui porte définitivement bien son nom.
On retrouve d’ailleurs Dennis Dunaway sur le titre suivant, avec un chant passé à l’hygiaphone pour un effet des plus réussi qui propulse le titre dans les 70’s : la boucle est bouclée avec Ezrin aux commandes.


ALICE COOPER – Paranormal



Le King du Freak Rock s’est également affranchi du concept album, évoluant ici plutôt en mode « scénettes » horrifiques et introspectives, à l’image d’un cirque de monstres faisant son show.

Il est difficile de ne pas trouver son compte avec un opus de cet acabit tant les titres sont différents et brassent large. Il est, du coup, aussi bien difficile de sortir un ou deux « meilleur titre » étant donné le soin apporté à la sélection des morceaux (12 choisis sur 21 d’écris) et la qualité de ceux-ci.
Cette impression d’urgence demeure dans l’œuvre d’Alice Cooper, toujours sur le fil du rasoir, impression que l’on peut ressentir avec des titres comme Dynamite Road ou encore sur le truculent Holy Water.
A l’instar d’un Lemmy, Alice Cooper a le Rock’n’roll dans le sang avec un côté « punk » bien à lui comme on peut l’entendre sur le morceau Rats, véritable orgie de décibels et de riffs.
Comment ne pas fondre sur un titre comme The Sound Of A au rythme éthéré et psychédélique qui n’est pas sans rappeler un certain David B et son personnage Ziggy Stardust.
Les 11eme et 12eme titres sont des compositions réalisées avec  ses acolytes des débuts d’Alice Cooper (1969). En effet le guitariste Michael Bruce, le bassiste Dennis Dunaway et le batteur Neal Smith ont reformé l’équipe originelle pour un Genuine American Girl et You and All Your Friends bien ancrés dans leur époque.
L’album nous offre un bonus de 6 titres joués live à Columbus en 2016 et reprenant les classiques du Maitre.

Au final ce Paranormal est une vraie réussite qui force le respect. Et n’en déplaise à ceux qui auraient voulu enterrer le père Cooper un peu trop vite, sachez qu’il renait toujours de ses cendres et je peux vous le garantir, moi qui l’ai vu de mes propres yeux se faire guillotiner et revenir saluer son public. Je vous le dis, ce gus est immortel et son œuvre le sera également. Après 5 décennies de bons et loyaux services, Alice Cooper peut encore surprendre et a toujours des choses à dire.
Long Live Alice.


 

Disque 1

Paranormal (Alice Cooper, Bob Ezrin, Tommy Denander, Roger Glover)     

Dead Flies (Alice Cooper, Bob Ezrin, Tommy Denander)    

Fireball             (Alice Cooper, Dennis Dunaway            )

Paranoiac Personality (Alice Cooper, Bob Ezrin, Tommy Denander, Tommy Henriksen )

Fallen In Love             (Alice Cooper, Bob Ezrin, Tommy Denander, Tommy Henriksen )

Dynamite Road             (Alice Cooper, Bob Ezrin, Tommy Denander)    

Private Public Breakdown (Alice Cooper, Bob Ezrin, Parker Gispert)

Holy Water (Alice Cooper, Bob Ezrin, Demaree IV, Tucker, Monyhan, Bernauer, Mclaughlin, Richards)        

Rats                         (Alice Cooper, Bob Ezrin, Tommy Henriksen)   

The Sound of A             (Alice Cooper, Dennis Dunaway)

Disque 2

Les pistes live ont été enregistrée le 6 mai 2016 à Colombus5. Les deux premières pistes sont des titres inédits enregistrés avec les membres originaux d’Alice Cooper : Michael Bruce, Dennis Dunaway et Neal Smith.

 

Genuine American Girl (Alice Cooper, Bob Ezrin, Neal Smith)  

You And All of your Friends (Alice Cooper, Bob Ezrin, Dennis Dunaway)     

Live In Columbus (OH) – May 6, 2016

No More Mr. Nice Guy (Alice Cooper, Michael Bruce)

Under My Wheels (Michael Bruce, Dennis Dunaway, Bob Ezrin)

Billion Dollar Babies (Alice Cooper, Michael Bruce, Rockin` Reggie)

Feed My Frankenstein (Alice Cooper, Zodiac Mindwarp, Ian Richardson, Nick Coler)

Only Women Bleed (Alice Cooper, Dick Wagner)

School’s Out (Alice Cooper, Michael Bruce, Glen Buxton, Dennis Dunaway, Neil Smith)         


 

 

 

 

 

 

Leave a reply

Laisser un commentaire

Qui sommes nous

Une équipe animée par une passion commune des ambiances live, collant au plus près de l’actualité musicale. Among The Living vous fait (re)vivre des moments forts à travers ses articles. Enjoy !

Nous suivre

Among The Living © 2017