ROYAL THUNDER + UNIA
Les Etoiles Paris
Jeudi 30 novembre 2017


ROYAL THUNDER + UNIA Les Etoiles Paris


Encore une belle soirée dans une salle parfaitement adaptée à l’affiche, par la promiscuité entre l’artiste et son public. Ce mini théâtre reçoit ce soir les ricains de ROYAL THUNDER, qui viennent faire passer l’épreuve du live à leur dernier  et excellent opus Wick sorti en Avril dernier.
Pour ouvrir la soirée UNIA, un groupe « d’une personne » au talent certain et finalement pas forcement si décalé dans cette soirée.
Seul sur scène avec sa guitare, Unia nous offre des chansons tirant sur la Pop/Folk, aux textes pleins d’humour qu’il commente allègrement histoire de faire participer un public qui passera du doute à l’attention.
Balançant ses chansons d’amour mettant en scène indifféremment des new yorkais ou des pingouins, l’artiste tente de faire participer un public plutôt passif, dans une bonne humeur qui finira par être communicative.  Il reprendra Graceland de Paul Simon, influence majeure de l’artiste. Sa pop/folk  enthousiaste et tirant vers le rock est efficace.
C’est évidement difficile de mettre en chauffe un public venu pour ROYAL THUNDER en distillant des chansons finalement à l’opposé du mood des ricains. Mais Unia s’en sortira bien, piquant ma curiosité et me donnant envie d’en savoir plus.



Le public monte dans les tours lorsque le quartet arrive sur scène et envoie sans attendre l’hypnotique Burning Tree, livrant une Mlny Parsonz cachée derrière ses cheveux et en voix.
Même si les ricains ne sont pas très loquaces, la setlist sera bien suffisante pour satisfaire le peu de spectateurs présents ce soir. 
Avec leur rock émotif et moderne, une patte bien enracinée dans le terreau fertile des 70’S, ROYAL THUNDER nous livre un set excellent, nerveux et intense. Il fera également  la part belle aux deux premiers opus du groupe.
Malgré l’étroitesse de la scène des Etoiles, on sent bien l’implication des musiciens à l’image de Josh Weaver tournant tel un lion coincé sur la gauche de la scène. Mlny échange de timides mercis entre les morceaux, entre réserve et discrétion, avant d’enchainer rapidement les titres.
L’efficacité des compos est redoutable, notamment en live. La voix de MIny est puissante et intense, tout autant que le personnage à la fois écorché et sauvage.
Sauvage : voilà le terme qui convient à une prestation de ROYAL THUNDER.
Ce soir les enfants terribles d’Atlanta nous livreront un set vraiment excellent, à l’image de leur dernier opus, à la fois sombre et énervé, et toujours avec cette texture si caractéristique du groupe.
La soirée file, le public est contemplatif et déjà on arrive à la fin du set. ROYAL THUNDER a joué avec nos sens, passant de rivages abrupts et tumultueux (Whispering World) à des contrées plus joyeuses avec Glow en passant par les flots sombres et dépressifs d’un Hotel Band.
C’est sur une note magnifique que le groupe achèvera la soirée avec un Plans interprété uniquement par Mlny et Will Flore le deuxième guitariste de la formation, en mode « acoustique ».
Un concert des ROYAL THUNDER vous réconcilie avec le live, de celui à l’énergie brute et sans concession, qui fait fi de superflu pour aller à l’essentiel du Rock. Merci pour cette superbe soirée.



Leave a reply

Laisser un commentaire

Qui sommes nous

Une équipe animée par une passion commune des ambiances live, collant au plus près de l’actualité musicale. Among The Living vous fait (re)vivre des moments forts à travers ses articles. Enjoy !

Nous suivre

Among The Living © 2017