SPLIT
Sortie fevrier 2017
Avec James McAvoy, Anya Taylor-Joy, Betty Buckley


Night Shyamalan, ce nom ne vous dit rien? Il va falloir commencer à s’affoler. Si je vous parle de 6eme Sens, Incassable, Signes, Le village, cela vous parle-t-il plus? Oui? Parfait! Mr S., surnommé sobrement Night est justement l’auteur de ces petits bijoux du film paranormal. Arrivé à la postérité grâce à ces deux œuvres majeures dans lesquels il a eu le bon gout de faire jouer Bruce Willis, le réal d’origine indienne était peu à peu tombé dans l’oubli bien que la qualité de ces deux œuvres suivantes n’ait pas à rougir.

Night aura donc attendu quelques années avant de nous pondre une fois de plus un excellent film, SPLIT, actuellement visible dans les salles obscur. Film porté par l’écossais James MacAvoy (que l’on a notamment vu dans le dernier roi d’Ecosse, le monde de Narnia ou encore dans les incontournables X-men) qui campe un malade mental souffrant de multiples divisions de la personnalité (23 au total, c’est quelque chose !) et dont les côtés les plus sombres vont donner lieu à une intrigue des plus noires, Split est un excellent Thiller horrifique qui transporte le spectateur pendant près de deux heures.

 

Le talentueux Ecossais, qui redonne à la folie ses lettres de noblesse en incarnant successivement un psychopathe, une femme autoritaire et calculatrice, un passionné d’histoire, un styliste extraverti ou encore un enfant de 9 ans , est (très) bien accompagné par la jeune et non moins talentueuse actrice Anya Taylor-Joy qui, malgré ses 20 printemps, est déjà une habituée des films de ce genre (The Witch, Morgane). Sur un fond d’histoire d’enlèvement  d’ados, l’intrigue prend très rapidement place et l’on découvre progressivement une histoire relativement complexe, principalement axée sur les côtés les plus noirs de l’être humain (meurtre, viol, pédophilie, cannibalisme), le tout dans une ambiance des plus glauques. Afin d’ajouter à l’angoisse, de mettre en avant le talent des acteurs (et de réduire les budgets de production…) et de placer le spectateur dans une position inconfortable où les couches de noirceurs se superposent successivement, le film est tourné en huit clos, intensifiant le coté malsain des rapports entre le psychopathe et ses victimes.

Tous les ingrédients du genre sont là, un genre que Night maîtrise à la perfection depuis plusieurs années, ce qui lui permet de signer là un retour gagnant d’envergure qui le fera revenir fort justement sur le devant de la scène. A conseiller a tous les amateurs du genre, au fan du réal, et à déconseiller aux âmes sensibles.


Leave a reply

Laisser un commentaire

Qui sommes nous

Une équipe animée par une passion commune des ambiances live, collant au plus près de l’actualité musicale. Among The Living vous fait (re)vivre des moments forts à travers ses articles. Enjoy !

Nous suivre

Among The Living © 2017
%d blogueurs aiment cette page :