ASAGRAUM - Dawn Of Infinite FireASAGRAUMDawn Of Infinite Fire
Sortie le 13 Septembre 2019

Obscura : chant, guitare, basse
A. Morthaemer : batterie

 

Label : Edged Circle Productions

 

 

 

 

 


Trouver ce que les autres n’ont pas n’est-il pas dans certains cas aujourd’hui le point de départ pour le metal et voire même le black metal ? A voir et à confirmer car pour bien des groupes et surtout des labels l’enjeu est de taille. La griffe pour effectuer une différenciation est alors de mise et l’on recherche parfois des perles rares. Ou alors parfois peut-on parer au plus efficace en termes musicaux (c’est à dire ne pas se soucier de ces désirs de différenciation) et être viable? Pour  les amateurs de brutalité pure cela peut se tenir car le terme de plus efficace y tient un rôle majeur. Ici ces derniers pourraient sûrement s’y retrouver en partie avec ce groupe où la rapidité et l’agression vont de pair. Car notre combo en question ne cherche nullement à innover mais à tendre vers une sorte d’héritage lié aux lettres de noblesse du black metal scandinave avec beaucoup de respect et une légère prise de distance pour mieux s’affirmer.

2015 était l’année de leur création. Le groupe nous provient des Pays-Bas. Au commencement il s’agissait d’un duo autour de la chanteuse/guitariste sous le pseudo d’Obscura originaire de Hollande et la batteuse en provenance de Norvège nommée Trish. Puis il y eut un changement au poste de la batterie. Exit la norvégienne bienvenue à A. Morthaemer. “Dawn of Infinite fire” est sorti ce 13 septembre et fait suite au “Potestas Magicum Diaboli” paru deux ans auparavant sur le label finlandais KVLT. Cette maison de disques possède dans ses sorties des formations comme Azaghal ou  Beherit pour les plus connus. Ce nouvel opus sort cette fois ci sur le label norvégien Edged Circle Productions. En jetant un coup d’oeil sur le listing des groupes d’ECP j’ai eu la surprise de retrouver un mini album des français de Your Shapeless Beauty (formation de Dark Death) de 1997. 


ASAGRAUM - Dawn Of Infinite Fire


2019, le début d’une petite reconnaissance ? Tout va dépendre de leur obstination à présenter leur album devant le plus de fans possible lors de tournées bien sélectionnées en première partie de groupes majeurs et aussi de la façon dont la promotion va être exécutée. Car autrement le résultat final est tout bonnement monstrueux.
Cet opus a été enregistré au Necromorbus Studio. Le mixage et le mastering a été confié à Tore Stjerna. Le son s’avère puissant, il sonne comme se doit un bon album de black metal en 2019.
On sent que le groupe a inséré quelques touches psychédéliques propre à la scène du métal noir islandais. Par ailleurs, on songe souvent à Watain ou encore à Dissection voire Necrophobic.  La Première piste “They crawl from the broken circle“est un vrai blast. Elle fut exposée au grand public après “Abomination’s Altar“.
L’énergie déployée par la formation est surprenante. La voix d’Obscura est quasi parfaite pour le style. C’est l’un des points forts du duo. Les riffs possèdent ce grain particulier propre au métal noir.

Hate of Satan’s Hammer” affiche une brutalité sans faille.  Les mélodies se taillent la part du lion sur “Guahaihoque“. La férocité est constante tout du long de l’album. L’aspect primitif est réel et déterminant. 
Il est à noter que la créatrice du duo s’occupe des lyrics, des vocaux, de la guitare et de la basse. La batteuse se révèle être excellente, ses blast-beats sont foudroyants. La composition “Dochters van de Zvarte Vlam” est bien représentative de leur répertoire et peut être écouter en priorité pour se plonger dans leur univers. ASAGRAUM joue donc à l’ancienne disons globalement tout en étant très fidèle aux règles du genre. De plus sa façon de placer leurs riffs à bon escient de telle sorte qu’ils créent de vrais atmosphères est un vrai bonus pour les amateurs de Gorgoroth ou encore Mayhem.  C’est un vrai plaisir de pouvoir se procurer un album aussi intense et varié . De ce point de vue là, la galette tourne sur mon lecteur encore et encore. Une sacré révélation pour ce mois de septembre.

En définitive “Dawn of infinite fire” véhicule beaucoup de très bons éléments musicalement parlant. Le groupe offre un nouvel opus qualitatif au possible. Son œuvre demeure noire et on ressent un attachement authentique au souffle mystique du début des années 90 et sa seconde vague du black metal norvégien. En outre, l’accent a été mis sur une superbe pochette qui est le travail de Bahrull Marta. Les superbes artworks  sont quant à eux l’œuvre d’Abomination Art and Depravarts.

Cela va-t-il suffire pour payer au final ? Probablement. Et, on peut leur souhaiter car l’essentiel est bien présent : de très bonnes mélodies au service d’une certaine violence décuplée et un vrai dévouement à leur art. Un achat assez incontournable pour les amateurs de très bon black metal tout simplement.


Leave a reply

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Qui sommes nous

Une équipe animée par une passion commune des ambiances live, collant au plus près de l’actualité musicale. Among The Living vous fait (re)vivre des moments forts à travers ses articles. Enjoy !

Nous suivre

Nous contacter

Among The Living © 2019