Among The Living
Chroniques Albums

Ascension Of The Watchers – Apocrypha

Ascension of The Watchers Apocrypha


ASCENSION OF THE WATCHERS
 – Apocrypha

Sortie le 23 Novembre 2020 via le Label Abstract Distribution

Burton C. Bell : Chant
Jayce Lewis : Batterie, programmation
John Bechdel : Clavier, programmation

Deuxième album en 20 ans d’existence, Ascension of the Watchers est sur un rythme de sénateurs niveau composition. Il est vrai que ses membres sont ou ont été pas mal occupés par les autres formations dans lesquelles ils officiaient (Fear Factory, Ministry, Prong, Killing Joke). Des groupes qui pourraient laisser croire que Ascension of The Watchers serait une sorte d’all-star band du metal-indus. Ici on est plus dans un univers musical moins dur, plus contemplatif voire mélancolique flirtant du côté de la new-wave. Il n’est d’ailleurs pas impossible que cet album soit le reflet de l’état d’esprit du chanteur, Burton C. Bell, suite aux problèmes rencontrés avec ses anciens partenaires de Fear Factory.


Ascension of The Watchers


L’album comporte des très bons titres comme le single Ghost Heart, morceau entraînant et enivrant. On pourrait le décrire comme un morceau hybride entre le Killing Joke des années 80 et les morceaux atmosphériques de Fear Factory, montrant au passage que Burton C. Bell a encore de belles capacités vocales. Dans un tout autre style Apocrypha, qui incarne parfaitement le côté mélancolique de l’album, est une vraie réussite. Stormcrow, morceau instrumental sonne lui aussi très années 80.

Malheureusement de nombreux morceaux sont nettement moins marquants. Entre des morceaux qui semblent parfois ressembler à d’autres titres de l’album comme The end is always the beginning, voire qui donnent la sensation de ne pas avoir été totalement travaillés (Cygnus Aeon, Wanderes, Key To The Comos), sur la longueur il n’est pas impossible de décrocher d’Apocrypha.
L’album se termine sur une reprise étonnante de Sign Your Name de Terence Trent D’Arby en version néo folk.
Au final on ressort avec un avis mitigé sur cet album, qui comporte vraiment d’excellents titres et d’autres qui plombent un peu l’ensemble, c’est dommage.


 

Related posts

C R O W N – The End of All Things

Stephan Birlouez

DARCY – Machines de Guerre

Stephan Birlouez

HEILUNG – Futha

New Wire

Lacher un commentaire

* Utiliser ce formulaire implique que vous êtes d'accord pour que nous stockions les informations que vous nous confiez.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

X