Among The Living
Chroniques Albums

AT THE GATES – The Nightmare of Being

at the gates

AT THE GATES – The Nightmare of Being

Sortie le 2 Juillet 2020 via Century Media

Tomas Lindberg – chant
Jonas Björler – basse
Adrian Erlandsson – batterie
Martin Larsson – guitare
Jonas Stålhammar – guitare

Des bases solides.

Dans l’atmosphère tendue de cette année l’annonce du nouvel album d’At The Gates fut un des moments phares que tous les fans de la formation attendaient avec bien entendu fébrilité. Pour rappel il s’agit de bien noter que le collectif avait été créé en 1990 du côté de Goteborg. Et à ce moment des groupes comme In Flames et Dark Tranquility ont lancé ensemble les bases de ce type de death bien marqué par le heavy metal. Un nouveau style du metal de la mort était né tout simplement et cela allait marquer les esprits des metalheads plus habitués aux sonorités brutales du death américain.

Une pierre angulaire du style

En outre le collectif avaient posé les bases du death metal mélodique en 1995 avec la sortie de l’indétrônable « Slaughter of the soul« , même si auparavant ils avaient déjà sorti trois bons albums. Cette dite galette unanimement saluée et considérée comme une pierre angulaire du style. Puis le combo avait disparu des radars, et le désarroi des fans fut grand. Toutefois la vie est bien faite et At The Gates se reforma en 2010. Il s’ensuivit à nouveau d’excellents albums tels que celui du retour « At war with reality » paru en 2014 et « To drink from the night itself » publié en 2017.

at the gates

Une touche « prog » bien intégrée à l’ensemble.

On démarre ici avec « Spectre of extinction« , une piste qui montre la bonne vitalité du groupe, suivi de « The paradox« , du même acabit. On se dit à ce stade que l’album part sur des bases solides, et c’est bien le cas à l’évidence.
Le saxophone d’Anders Gabrielsson sur « Garden of cyrus » est un moment majeur car la créativité est belle et bien omniprésente.

« Touched by the white hands of death » est un morceau direct, touchant aux racines death metal, pour notre plus grand plaisir. Ici les paroles de Lindberg se focalisent sur la philosophie du pessimisme. Notamment « Cosmic pessimism » qui tire ses paroles de l’œuvre d’Eugene Thacker, en particulier de son livre du même nom. Le bassiste Jonas a composé sur cet opus aux côtés de Thomas. Jusqu’en 2017, le frère de Jonas, Anders, faisait partie du groupe.

Un nouveau défi pour les Suedois.
Il faut dire que la touche prog est bien intégrée à l’ensemble, et les fans du collectif sont bien plus ouverts d’esprit que l’on ne peut l’imaginer. D’ailleurs « The fall into time » s’avère être bien aventureux dans l’âme et il est juste de souligner que le collectif apprécie les challenges.
On songe aisément à sa participation au Roadburn festival en 2019, pour un concert exceptionnel, et l’on peut dire que influences de King Crimson ou même Tangerine Dream ont été bien insérées. AT THE GATES clôt avec classe avec « Eternal winter of reason » bien représentatif de leur répertoire.
Evadez vous avec ce nouveau défi des suédois vous en ressortirez pleinement rassasié. Une superbe énergie en émane et on sent un groupe heureux et libre. Un petit mot sur la pochette pour dire qu’elle est vraiment superbe au demeurant. Il nous reste maintenant plus qu’à patienter pour pouvoir redécouvrir le groupe sur les planches. C’est définitivement un must have pour cette année.

Tracklist

Spectre of extinction 
The paradox
The nightmare of being
Garden of cyrus
Touched by the white hands of death
The fall into time
Cult of salvation 
The abstract enthroned 
Cosmic pessimism 
Eternal winter of reason

Related posts

FOREST IN BLOOD – Pirates

Yann Fournier

NECROMANCING THE STONE – Jewel of the Vile

Stephan Birlouez

TRUST – Fils De Lutte

Stephan Birlouez

Lacher un commentaire

* Utiliser ce formulaire implique que vous êtes d'accord pour que nous stockions les informations que vous nous confiez.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.