Among The Living
Chroniques Albums

AVATARIUM – An Evening With Avatarium


AVATARIUM
An Evening With Avatarium

Sortie Aout 2020
Jennie-Ann Smith – Chant
Marcus Jidell – Guitare
Andreas Johansson – batterie
Mats Rydström – Basse
Rickard Nilsson – Claviers

 


Chaque genre ou sous-genre musical a ses détracteurs, avec bien souvent les mêmes arguments qui reviennent. Pour le doom, l’impression de redondance, presque inhérente au style est souvent mise en avant.

Et si chez Avatarium, il y a une base du genre, la musique du groupe s’avère finalement très variée même si assez ancrée au cœur des 70′.

Avec une setlist équilibrée, cette galette pioche dans les 4 albums du groupe, du très doomesque éponyme liminaire (Leif Edling -Candlemass- aux manettes oblige !) au plus rock « The Fire I Long For » dont les 2 premiers titres ouvrent d’ailleurs ce live.

Une touche de Scorpions par-ci, un blues traditionnel par-là, un orgue Hammond qui fait tour à tour penser à Jon Lord (Deep Purple) et à Ken Hensley (Uriah Heep), des musiciens très solides, et un son clair et naturel à la fois rendent ce live très agréable à écouter.

Sauf que ce live n’est pas juste agréable : il est excellent. Et cette excellence se résume en un nom : Jennie-Ann Smith.

La voix puissante, précise et envoûtante, de la (très) charismatique Jennie-Ann, sa force d’interprétation, transcendent des morceaux déjà très bons.

Il n’y aurait donc que des bonnes choses sur ce live ?

Nous sommes bien dans les années 70′, quand la voix était encore souvent centrale dans le rock (avec l’arrivée des voix extrêmes, le rôle du chant a quelque peu changé). Elle porte en elle ce type d’aura, comme Ronnie James Dio, Rob Halford, Ian Gillan et tant d’autres. Ce charisme qui goûte le reviens-y, ce parfum de dépendance auditive, cette grandeur naturelle qui ne porte aucune marque de suffisance et qui impose le respect sans forcer.

Son guitariste de mari, Marcus Jidell, sait comment composer pour valoriser cet atout majeur.

En écoutant ce live pour la première fois, et plus encore qu’avec les albums studios, j’ai pensé à une version metal du Jefferson Airplane : il y a du Grace Slick chez Jennie-Ann.

Mais Avatarium, ce n’est pas qu’une voix. Des morceaux comme Into The Fire – Into The Storm où Shake That Demon (qui porte bien son nom), assez court, remuent du croupion assez sérieusement, pas grand-chose de doom ici (pas de malentendu, ce n’est pas du speed non plus…). D’autres, comme Lay Me Down ou In My Time Of Dying (qui n’est pas une reprise de Led Zeppelin mais une adaptation différente du même traditionnel folk/blues que ces derniers) jouent sur les ambiances, plutôt en retenue. D’autres enfin, comme Avatarium, ont un côté plus doom traditionnel, même si ce type de morceau est finalement minoritaire sur ce live.



Riche, varié, envoûtant!

L’interprétation sans faille, la richesse musicale de chaque titre et la diversité des ambiances proposées favorisent l’immersion. Les 90 mn de ce double live semblent compresser le temps, tant il passe vite. Les multiples écoutes n’altérant en rien cette impression.

Un mot sur le public, bien présent sans être envahissant, plutôt respectueux lors des passages calmes mais dynamique entre les morceaux.

Il n’y aurait donc que des bonnes choses sur ce live ?

Oui.

Presque.

Car je l’avoue, j’ai du mal à m’expliquer pourquoi un groupe qui chante en anglais et sort un live à l’international se sent obligé de laisser deux speechs. Pas loin de 2 minutes pour le premier et une minute trente pour le second- en… suédois.

Ce n’est pas très grave, surtout si vous parlez suédois, mais ce n’est pas mon cas, et, je l’avoue, je trouve ça un peu frustrant. Ça casse un tout petit peu la dynamique de l’ensemble.

Cela étant dit, le fait que je n’ai rien d’autre à reprocher à cet album doit vous donner une idée de sa qualité générale.
Riche, variée, envoûtante, la musique d’Avatarium est tout ça à la fois, et si vous ne connaissez pas encore, ce best of live peut être une porte d’entrée parfaite.

A consommer sans modération.

 


01 – Intro.
02 – Voices
03 – Rubicon
04 – Into The Fire – Into The Storm
05 – Lay Me Down
06 – Jennie-Ann Talks
07 – Avatarium
08 – Shake That Demon
09 – Pearls And Coffins
10 – In My Time Of Dying
11 – Medusa Child
12 – Sky At The Bottom Of The Sea
13 – Jennie-Ann Talks 2
14 – The Fire I Long For
15 – Girl With The Raven Mask
16 – Stars They Move
17 – Moonhorse

 

Related posts

IHSAHN – AMR

Yann Windcatcher

THE APOCALYPSE BLUES REVUE

Stephan Birlouez

GRAVDAL – Kadaverin

New Wire

Lacher un commentaire

* Utiliser ce formulaire implique que vous êtes d'accord pour que nous stockions les informations que vous nous confiez.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

X