Among The Living
Chronique Album

BENEATH THE MASSACRE – Fearmonger

BENEATH THE MASSACRE – Fearmonger

Sortie le 28 Février 2020 – Century Media

 Elliot Desgagnés : vocals
Christopher Bradley : guitar
Patrice Hamelin : Drums
Dennis Bradley : Bass

Si on m’avait dit (« ne te pose pas trop de questions ! » merci Patrick) que je prendrai du plaisir à écouter du Brutal Death(core)Technique en 2020, je n’y aurai pas cru ! Et pourtant, le nouveau BENEATH THE MASSACRE, sobrement intitulé « Fearmonger » (« la culture de la peur » ; c’est quand même bien d’actualité non !?) et illustré d’un magnifique artwork, en est la preuve absolue.

Revenu après huit ans de silence,  le groupe semble plus que jamais maitre de son sujet. Fer de Lance de cette scène « brutal et technique » début 2000 avec ION DISSONANCE, DESPISED ICON, JOB FOR A COWBOY ou encore NECROPHAGIST (pour l’aspect technique), je pensais très sincèrement que le groupe avait déposé les armes après « Incongruous » paru en… 2012.
Il n’en est rien et autant vous dire que les canadiens ne sont pas là pour faire de la simple figuration. « Fearmonger » n’est que violence pure, 10 morceaux expédiées en moins de 30 minutes, autant vous dire que vous n’êtes pas prêt ! En toute honnêteté, je ne l’étais pas non plus, tant cet album transpire une maîtrise extrême à tous les niveaux,  et en fait à ce jour, l’effort le plus marquant dur groupe.


BENEATH THE MASSACRE – Fearmonger


Chaque instrument ainsi que la partie vocale, forment un ensemble destiné à vous pulvériser sans la moindre sommation.
Pour vous donner une idée, imaginez un peu que vous servez de cible lors d’un entrainement au tir de Gatling, vous voyez le genre ? La rapidité d’exécution des morceaux, le jeu de batterie surhumain de Patrice Hamelin, les breaks de guitare qui viennent vous fracasser les tympans en permanence (« Of God And Machines ») RIEN et j’insiste bien sur le rien, n’est fait pour faciliter la compréhension et la digestion de cet album, sa folie destructrice et cette volonté de jouer toujours plus vite (la vitesse de la lumière n’est pas loin) vous laisse sur le carreau, en pleine convulsion.

 Pourtant on y revient car « Fearmonger » est comme cette décharge d’adrénaline qui vient réveiller jusqu’à la moindre cellule de votre corps. Il nous remémore nos instincts les plus primaires, notre besoin à exprimer nos sentiments de façon brutal et immodérés. Une peur viscérale qui nous pousse dans nos derniers retranchements.
N’est ce pas là l’apogée de la musique extrême ? En tout cas, BENEATH THE MASSACRE y parvient avec brio.


Tracklist :

Rise of the Fearmonger
Hidden in Plain Sight
Of Gods and Machines
Treacherous
Autonomous Mind
Return to Medusa
Bottom Feeders
Absurd Hero
Flickering Light
Tarnished Legacy

 

 

                                         

Related posts

COMPUTERS KILL PEOPLE – Healing Bruises (EP)

Stephan Birlouez

EYE FLYS – Tub Of Lard

Stephan Birlouez

Shaârghot – Vol II. The Advent Of Shadows

Yann Fournier

Lacher un commentaire

* Utiliser ce formulaire implique que vous êtes d'accord pour que nous stockions les informations que vous nous confiez.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.