Among The Living
Chronique Album

Black Sheep Wall – I am God Songs

BLACK SHEEP WALL – I am God SongsBLACK SHEEP WALLI am God Songs

2008 – Shelsmusic (CD)/ 2020 – Silent Pendulum Records (Vinyle)

Bandcamp

Jackson
Brandon
Scott
Jeff

S’il y a bien une chose qui me semble important pour parler d’un album qui est sorti il y a 12 ans, c’est de bien le situer dans son époque. En effet, en 2008, très peu de groupes peuvent se targuer de sonner comme BLACK SHEEP WALL (ABANDON peut-être ?), des groupes comme CULT LEADER, PRIMITIVE MAN, WALK THROUGH FIRE, ADMIRAL ANGRY ou les frenchies de LOVE SEX MACHINE, n’existent pas encore. La course à la lourdeur extrême (le Saint Graal de bons nombres de groupes actuel) n’en est qu’à ses balbutiements.

 « I am God Songs » voit le jour dans un relative anonymat sur le label SHELS MUSIC, à qui l’ont doit notamment les albums de LATITUDES, *SHELS (le chanteur est le boss du label) et MAHUMODO. Mais alors qu’elle serait le lien entre les Californiens, et les groupes que je vous ai cité plus haut ? Le premier pavé dans la mare ? Une influence directe ou indirecte ? Je serai tenté de dire un peu les deux. Car si comme moi, vous aviez  farfouillé dans les entrailles de Myspace et êtes tombés sur la page de BLACK SHEEP WALL en 2008, vous savez de quoi je parle… De la plus grosse punition auditive qu’il m’est été donné d’écouter, tout genre confondu.

Un premier contact avec la lourdeur extrême, un mélange de Doom,  de Metal moderne et de Sludge qui aboutit à une déferlante constante d’oppression. Flirtant avec l’heure d’écoute, « I am God Songs » n’est pas un album accessible, véritable assommoir sonore, son aspect monolithique nous pousse à le disséquer morceau par morceau pour en comprendre toutes les subtilités.

C’est la prestation herculéenne du frontman qui nous saute au visage en premier. Imaginez une meute de loup affamée dont vous allez devenir le prochain repas et vous aurez alors une vague idée de ce qui vous attend. La partie vocale est un abîme de colère brut, qui ne faiblit jamais sur les 9 morceaux que comptent l’album, portée par des textes névrosés, où les peurs primaires comme celles de n’être personne, impuissant et inutile sont les fils conducteurs d’une musique qui force à courber l’échine, à se replier sur soi. Emmené par une basse aussi lourde que lugubre et des riffs qui viennent rappeler ceux de WILL HAVEN (période « El Diablo ») ou de MESHUGGAH, nous nous retrouvons tétanisés face à la meute qui nous a déjà encerclé sans que vous en aillez eu conscience.


BLACK SHEEP WALL – I am God Songs


Le point d’orgue de cette rage animale étant pour moi le morceau « Modest Machine » qui se conclut sur un duo vocal/batterie tout simplement titanesque et intimidant avant que la basse et la guitare ne viennent finir le travail pour instaurer une atmosphère glauque et malsaine.

Il est d’ailleurs surprenant que cette ambiance pesante soit l’œuvre de quatre membres ayant seulement dépassés la vingtaine. Les thèmes abordés ne font que confirmer cet volonté de tout enfoncer qui ressort de « I am God Songs » Même si les textes sont relativement dépouillés (comprenez par là qu’ils ne regorgent pas de métaphores ou de symbolisme) ils n’en sont pas moins lourd de sens, voir morbide (le thème du suicide y est abordé plusieurs fois le manque total de confiance en soit la peur de soi même et des autres). Le seul moment de « légèreté » se trouve à la fin de l’album, le long morceau instrumental « Xiomara » se termine par une prise studio où l’on sent un groupe qui ne se prend pas trop au sérieux.

Douze ans après, alors que la version vinyle pointe enfin le bout de son nez chez Silent Pendulum Records, je ne peux que vous recommander de (re)découvrir cet album. La production n’a vraiment pas à rougir de ce qui se fait aujourd’hui, mais alors pas du tout ! Tant la lourdeur de l’album n’a pas pris une ride et reste pour moi, le meilleur du groupe à ce jour (bien que le reste de la discographie ne soit pas à jeter).

BLACK SHEEP WALL aura tracé avec son premier effort, un chemin tortueux et complexe qui sera arpenté ensuite par diverses formations (ADMIRAL ANGRY en tête) mais rien à ce jour ne lui arrive à la cheville. Il dispose d’une aura toute particulière qui en fait un album immanquable pour tout amateur et amatrice de musique extrême.


Tracklist:

1 – Nihility

2 – Care By Carcinogenic

3 – Djewbf348thoqab

4 – Modest Machine

5 – Myolden

6 – Lamb…gayyy

7 – D327ht2qwbref2 5g2

8 – Ten Fucking Billions

9 – Xiomara


 

 

 

Related posts

ALKYMIA – The Principle of all Things (EP)

Stephan Birlouez

WORLD WAR ME – World War Me

Stephan Birlouez

GLENN HUGHES – Resonate

Stephan Birlouez

Lacher un commentaire

* Utiliser ce formulaire implique que vous êtes d'accord pour que nous stockions les informations que vous nous confiez.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

X