Among The Living
Chronique Album

BORGNE – Y

BORGNE – Y

BORGNEY

Sortie le 7 Mars 2020

Bornyhake: Baterie, Chant, guitares

Lady Kaos: Claviers

Onbra : Paroles


Ce samedi 7 mars était une date à marquer au fer rouge concernant la prestation de Borgne aux côtés de Spectrale, Sulphur Aeon, Carach Angen et Saor au In Theatrum Denonium à Denain. C’était la release party de leur nouvel opus c’est à dire qu’ils le jouaient dans son intégralité à savoir une bonne heure et cinq minutes. C’était un moment privilégié voire intimiste de pouvoir découvrir le lendemain de leur sortie officielle leur nouveau brûlot.
Ce fut le groupe le plus marquant à mon sens de la soirée. Et c’était la seconde fois que j’avais l’occasion de les voir en concert presque huit années après leur tournée en compagnie de Forteresse et The Great Old Ones.
Le groupe se présente sous la forme d’un trio autour de Bornyhake qui se charge des vocaux, guitares, de l’aspect électronique et de la musique dans sa globalité. Lady Kaos s’occupe des claviers. Et Onbra écrit les lyrics de tout l’album. “A Hypnotizing, perpetual movement that buries me in silence” était le premier titre à découvrir fin février.
C’est un album construit comme un puzzle. Et ce dernier doit être résolu par ses auditeurs d’après les dires du combo. Y concerne le questionnement et les décisions et ses résultats. Il s’agit de leur neuvième album studio qui est paru le 6 mars. Il est édité via Les Acteurs De L’Ombre Productions. C’est un nouveau départ pour eux cette signature avec le label français. On peut parler d’évolution naturelle concernant ce nouvel opus par rapport au précédent. Borgne a débuté sa carrière en 1998 en se développant pendant les quatre premiers albums numérotés de I à IV dans un black metal ambient. Puis doucement mais sûrement un virage stylisque est intervenu.
La formation suisse qui ne donnait pas de concert à ses commencements se lança dans l’aventure du live et se mit aussi au black metal indus. On peut très aisément penser à Dodheimsgard et Mysticum et c’est bien normal car ce sont de grandes références en la matière. A la différence que c’est un peu moins agressif et intense qu’un Mysticum très rentre-dedans pour se faire une idée du rendu. L’album a été enregistré au Chaos studio par Bornyhake courant de l’année dernière.


borgne Y


Concernant le mastering et les samples ils s’avèrent être le fruit de Raphael Bovey au MyRoom studio à Lausanne. Sur ce nouveau longue durée on a l’honneur de retrouver CSR de Schammasch sur les morceaux suivants : “An Hypnotizing perpetual movement that buries me in silence” ainsi que A Voice In The Land Of Stars. Un petit mot sur l’artwork efficace au demeurant : il a été concocté par Saros Collective.
Les morceaux sont relativement longs dans leur globalité. En effet on oscille entre cinq et dix-sept minutes pour chacun d’entre eux. A l’écoute attentive on peut également songer à Darkspace et Samael tous les deux originaires de Suisse comme Borgne donc. Alors autant le dire tout net cet album est une tuerie sans nom. Les nappes de clavier tenues par Lady Chaos sont magistrales à bien des égards.

On se retrouve sans détours dans la musique du combo du précédent album paru en 2018. Et que dire de ce chant ? Il est tout bonnement excellent et reste dans ce qu’on pourrait dire de traditionnel dans un sens avec même l’emploi de chant clair. En outre, il demeure très diversifié et c’est un point central pour la réussite de ce disque. La batterie électronique se taille la part du lion l’air de rien.
En effet, elle permet d’explorer en toute liberté des univers qu’un vrai batteur ne pourrait pas aborder nécessairement. Et les parties exécutées ne sont pas toujours si métalliques au sens premier du terme, elles peuvent s’apparenter parfois à un certain style de musique techno s’il l’on peut dire. Toutefois, que les puristes se rassurent une grande partie est belle et bien ancrée dans le black metal.

En définitive cet “Y” du trio originaire de Lausanne est un objet à posséder de toute urgence pour tout amateur de très bon black metal indus qui se respecte. Cette scène vient de recevoir un nouvel album de très grande qualité. Celui ci est aussi légitime que les groupes phares précités. Y se vit comme un voyage et ne peut laisser personne indifférent à ce sujet. Espérons qu’il remportera l’adhésion du plus grand nombre au sein de cette petite scène.


Track list

As Far as My Eyes Can See 05:46
Je deviens mon propre abysse 06:51
A Hypnotizing, Perpetual Movement That Buries Me in Silence 09:39
Derrière les yeux de la création 09:21
Qui serais-je si je ne le tentais pas? 07:12
Paraclesium 09:23
A Voice in the Land of Stars 17:27

 


 

Related posts

MONOLYTH – A Bitter End  A Brave New World

Stephan Birlouez

NOSOUND – Scintilla

Byclown

MAMA’S GUN – Mama’s Gun

Stephan Birlouez

Lacher un commentaire

* Utiliser ce formulaire implique que vous êtes d'accord pour que nous stockions les informations que vous nous confiez.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.