Among The Living
Chroniques Albums

DARKTHRONE – Eternal hails

DARKTHRONE - Eternal hails...
DARKTHRONE
Eternal hails…

Sortie le 25 Juin 2021 – Via Peaceville Records

Nocturno Culto – guitare, chant, basse
Fenriz – batterie, chant

 


DARKTHRONE à bien souvent fonctionné à l’opposé de bien des formations. Souvenez vous lorsqu’il débutait il officiait dans un death metal bien sombre avec « Soulside journey » puis il surprit tout le monde en s’adonnent au black metal avec la pierre angulaire « A blaze in the northern sky ». Ensuite bien plus tard il a fait du punk avec « Fuck off and die » et s’est permis d’interpréter le Heavy metal à sa manière avec « The Underground resistance« . Voilà comment l’entité fonctionne dans les grandes lignes : elle écrit son metal en ne proposant jamais deux fois le même disque. On peut parler à ce stade d’évolution permanente ce qui est plutôt un très bon point avec une si longue carrière car leur création remonte à 1987.

 

Darkthrone sait fidéliser son public.

 
Aujourd’hui en 2021 à l’opposé des sons modernes Darkthrone semble calé confortablement au beau milieu des années 80. CELTIC FROST, Venom, Bathory ou encore Candlemass sont les quelques noms qui viennent immédiatement à l’esprit des qu’on se plonge dans cette galette. Elle nécessite plusieurs écoutes car la durée des pistes peut surprendre d’emblée. « Eternal hails… » a été enregistré au Chaka Kahn studio à Oslo pour contrarier leurs habitudes bien établies pour faire suite au Necrohell I et II studios. Ce dix neuvième opus au titre accompagné de ces trois points de suspension est un clin d’œil à « The Return… » de Bathory. Ce dernier est vraiment à mon avis leur point d’ancrage majeur et leur source d’inspiration inépuisable.
L’album est sorti le 25 juin via le label légendaire Peaceville Records.  Il a été enregistré durant des sessions en novembre 2020 et janvier de cette année. La production s’avère être typée primitive c’est à dire comme d’une autre époque et c’est aussi un ancrage par rapport au son black metal. Son public pourrait bien s’y retrouver à ce stade. D’ailleurs on peut se dire que Darkthrone sait fidéliser son public grâce à des sorties régulières. Bien à eux. 
Avec « His masters voice » En ouverture des hostilités dès les premières notes le riff sait se poser. La créativité règne belle et bien de nouveau. Le combo semble à ce sujet suivre la droite lignée de « Old Star » leur précédente galette ce qui est un vrai réjouissance car il était vraiment bon dans son genre. Les pistes oscillent entre sept à dix minutes. Variété et changements sont bien présents tout du long de cet opus. « Wake of the awakened » possède cette coloration black qui devrait ravir les amateurs de metal noir pour l’ambiance qui s’en dégage. 

darkthrone


Un album authentique qui sent bon la liberté.

 
« Voyage to a North pole adrift » nous propose un  solo tout bonnement excellent. N’oublions pas de mentionner un point très positif la pochette s’intitule Pluto and Charon.
Elle est l’œuvre de l’artiste David A Hardy. Ce type d’art work est une tuerie et en plus elle est véritablement le type de pochette qui colle si bien à l’univers de Darkthrone. A ce sujet elle est magnifique et mystérieuse. Elle peut même faire penser légèrement à la première version de l’album « Total Death » sorti en 1996. Le duo Fenriz/Nocturno Culto se fait donc plaisir comme d’habitude. Leur créneau musical s’établit comme suit pour tout de même donner un ordre d’idée : un black/heavy metal fortement marqué par le doom. Le tempo reste stable globalement c’est à dire globalement eu porté sur les Blast beats vous l’aurez bien cerné. Le binôme indéboulonnable est toujours inspiré et sait même très bien composer des morceaux longs catchy dans le bon sens du terme. « Hate cloak » et « Lost arcane city of uppakra » sont deux pistes à écouter en priorité à mon avis. 
En définitive DARKTHRONE continue son bonhomme de chemin en regardant droit devant sans s’attarder sur ce qu’il
à fait précédemment. Il est question de pratiquer ce qui leur tient le plus à cœur. 
« Eternal Hails… » est un album authentique qui sent bon la liberté. De plus l’avantage c’est que finalement quel que soit le type d’album proposé par Darkthronnece dernier arrive toujours à faire sonner sa musique de façon organique voire live donc toujours très sincère. 

TRACKS 

His masters voice
Hate cloak
Awake of the awakened
Voyage to a North pole adrift

Lost arcane city of uppakra

 


Related posts

ZEAL AND ARDOR – Stranger Fruit

Stephan Birlouez

SAXON – Carpe Diem

Bull

HELHORSE – Helhorse

Stephan Birlouez

Lacher un commentaire

* Utiliser ce formulaire implique que vous êtes d'accord pour que nous stockions les informations que vous nous confiez.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.