Among The Living
Chroniques Albums

FIREWIND – Immortals

FIREWIND – Immortals


Sortie le 20 janvier 2017

Gus G. – lead guitar, backing vocals
Petros Christodoulidis – bass, backing vocals
Bob Katsionis – keyboards, rhythm guitar, backing vocals
Johan Nunez – drums, backing vocals


Bonjour noble sauvage au crin long, aimes-tu le power métal, les solos envolés, l’ouzo et les soldats en pagne au torse huilé ? Si oui, je pense que ce nouvel album de Firewind va te plaire (ou pas en réalité). Cinq longues années se sont écoulées depuis la sortie de Few against many et certains voyaient déjà le groupe de Gus G finir aux oubliettes d’autant plus que le brave guitariste était fort occupé à tourner avec Ozzy et a défendre ses albums solos, mais que nenni !!!
Les Grecs sont bel et bien de retour pour inonder nos chastes oreilles de leur power mélodique, de solos envolés et de voix de crécelle mais en réalité ce retour qui se rêve comme un coup de poing en pleine face ressemble plutôt à un flop, à un coup commercial calculé uniquement sur la notoriété passée du groupe.
Très bien produit (on  y reviendra), cet opus est un enchaînement de riffs d’une pauvreté affligeante (dans le sens « prévisible »), servis par des solos certes rapides et technique mais qui manquent sérieusement de classe lorsque l’on connait la maestria et le palmarès fleur du Gus.




Même si je reconnais à cette galette une tonalité épique fort sympathique, l’ennui guette rapidement ainsi que la déception de ce retour que j’attendais un brin plus flamboyant (comme leur pochette kitchissime par exemple). Mais quelles sont les raisons de cette débâcle ? La crise Grecque et la hausse du prix de l’Houmous ? Même pas ! Grande première pour le combo, cet album a été co-écrit entre Gug G. et Dennis Ward qui est surtout connu pour son travail d’ingé son/producteur de studio.
Effectivement Gus a lâché la bride pour donner une plume bienveillante au sorcier du studio ( qui a bossé entre autre avec Unisonic) mais pour le coup l’alchimie entre les deux professionnels n’est pas là…Heureusement la voix pleine de fougue et de High pitch d’Henning Basse me rappelle des heures heureuses où j’headbanguais dans la fosse du Divan du monde devant les solos du guitare héro , et , preuve que je ne leur en veut pas : j’y retournerai avec plaisir !


track listing:

01. Hands Of Time
02. We Defy
03. Ode To Leonidas
04. Back On The Throne
05. Live And Die By The Sword
06. Wars Of Ages
07. Lady Of 1000 Sorrows
08. Immortals
09. Warriors And Saints
10. Rise From The Ashes


Related posts

CRIPPLED BLACK PHOENIX – Great Escape

Stephan Birlouez

MONOLYTH – A Bitter End  A Brave New World

Stephan Birlouez

Jeff Angell’s Staticland – Jeff Angell’s Staticland

Stephan Birlouez

Lacher un commentaire

* Utiliser ce formulaire implique que vous êtes d'accord pour que nous stockions les informations que vous nous confiez.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.