Among The Living
Chronique Album

FORGE – The Weight Of Us

FORGE – The Weight Of Us

FORGE – The Weight Of Us

Sortie JUIN 2019 / vinyl FEVRIER 2020

Remy Cooper: guitar
Nicolas Brillant: bass
Matthieu Olivaud: drums

Quand les premières notes de Soupeur déboulent dans les hautparleurs, on se dit « put** de bordel de merde » mais quel son de basse d’enc***, mais qu’est-ce que c’est ce truc de ouf ? Voilà à peu près la première approche que j’ai eue avec FORGE

Trio parisien de stoner/sludge instrumental (faut mettre des étiquettes) moi perso, j’aurai dit : musique qui défonce tout…donc FORGE, comme vous avez pu le lire juste avant, c’est instrumental et donc ça peut vite devenir un jeu périlleux et lassant. Mais non point, les breaks, les changements de tonalité de grave à encore plus grave sont maitrisés de façon intense…Tar, le coup de massue, j’implose comme c’est bon. Tabassage en règle sur Mammal, qui m’enfonce plus profondément dans le sol, le son de ce disque est énorme, à la fois crasseux et limpide et d’une puissance….


FORGE – The Weight Of Us


Les mélodies sur la fin de Sabir servent une ambiance bien au-delà de ce que je pouvais attendre d’un album instrumental et peu à peu, j’arrive à relever la tête pour émerger du sol qui m’engloutit petit à petit par la lourdeur du poids que nous sommes…Mais le rouleau compresseur FORGE en a décidé autrement et finit de me dévaster, de me faire disparaitre totalement dans un Caldeira inhumain et puissant, je sombre…

FORGE a eu raison de mon enveloppe, mon âme m’observe, je tire ma révérence non pas pour disparaître, mais adressée au groupe car je n’aurai pas cru prendre autant de plaisir sans la présence de chant. Pour moi, c’est un sans-faute, l’album commence a dater, Juin 2019, mais la version vinyle vient de sortir, elle est belle, sobre et dispo sur leur bandcamp ou en live et c’est pour ça que je me suis dit qu’il fallait que je vous le partage.


Track list
Soupeur (04:05)
Tar (05:16)
Mammal (05:20)
Trepan (04:37)
Sabir (04:46)
Tunguska (05:36)
Caldeira (04:11)

 


 

 

Related posts

FIRESPAWN – The Reprobate

Byclown

I MACHINE – L’origine

Stephan Birlouez

Ondine Horeseas – Soum ‘bayo

Stephan Birlouez

Lacher un commentaire

* Utiliser ce formulaire implique que vous êtes d'accord pour que nous stockions les informations que vous nous confiez.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.