Among The Living
Chroniques Albums

FUATH – II


FUATHII

Sortie le 19 Mars 2021

Andy Marshall : All

Les mélodies sont tranchantes et le rythme imposé souvent éprouvant, mais il en ressort malgré tout une certaine quiétude (…)


Difficile de résister à l’hypnotique projet d’Andy Marshall (SAOR) FUATH, qui plonge ses racines dans la période la plus emblématique et noire du Black Metal, à savoir celle des 90’s.

Voulant dire « Haine » en Gaélique, FUATH porte bien son nom tant la noirceur habite ses compositions, à l’image des groupes dont il puise ses influences comme BURZUM, DARKTHRONE ou encore MAYHEM bien entendu. Clairement ici Andy Marshall tend à insuffler l’esprit du Black Metal pur tel qu’il le conçoit avec FUATH, et on peut dire que le résultat sur II est bien là.
Au-delà de l’aspect purement musical, l’ambiance distillée sur ce chapitre II est clairement sauvage, inspiré (de source de l’artiste) par les longues errances dans les forêts Ecossaises et natives de l’auteur à la fin de l’hiver.
Musicalement, on retrouve ce son si brut et froid propre au Black Metal du début des années 90, notamment sur la première partie d’un titre comme Essence, appuyé par le son de la batterie. Les blackeux imprégnés du KVLT y trouveront forcément leur compte.


FUATH – II


L’opus est découpé en cinq compos, totalisant 41 minutes, rendant les titres denses et assurant leurs impacts du fait de leurs longueurs (entre 6 et 10 mins), immergeant définitivement l’auditeur dans l’univers glacial de FUATH. Les mélodies sont tranchantes et le rythme imposé souvent éprouvant, mais il en ressort malgré tout une certaine quiétude, probablement celle de l’hiver qui n’en demeure pas moins morbide. Les chœurs lointains et éthérés ne sont pas étrangers à ces impressions.
Andy Marshall appuie son propos en ne divulguant pas les textes de l’album, rendant encore plus oppressante et inquiétante l’ambiance de l’opus. Le chant est clairement empreint de noirceur, parfois aérien et clair, mais ce sont surtout les hurlements infernaux qui marquent le trait sombre de cet album.
Ecoutez ce final sur Endless Winter, où la musique et le chant rendent magnifiquement honneur au titre tant il plonge l’auditeur dans une errance glaciale et sans porte de sortie, entre folie et mort inéluctable.
II est remarquablement bien conçu, de son ouverture sur Prophecies qui vous plonge sans ménagement dans un maelstrom infernal de noirceur, à ce final magnifique sur Endless Winter en passant par le somptueux Into the Forest of Shadows et ses errances presque tribales.
Nul doute que cet album marquera 2021 par sa qualité et par la justesse de son approche, livrant un tableau hivernal qu’en ces temps indécis il ne faudrait pas mettre entre toutes les oreilles sous peine de sombrer profondément dans la dépression. Cerise sur le gâteau, la pochette est superbe. MUST HAVE !


Track List: 

1. Prophecies
2. The Pyre
3. Into the Forest of Shadows
4. Essence

5. Endless Winter


Related posts

IMPERIAL TRIUMPHANT – Alphaville

New Wire

IRON MAIDEN – Maiden Voyage

Stephan Birlouez

KARPATHIAN RELICT – Beyond The Over

Stephan Birlouez

Lacher un commentaire

* Utiliser ce formulaire implique que vous êtes d'accord pour que nous stockions les informations que vous nous confiez.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.