Among The Living
Chroniques Albums

GARY HOEY – Dust ‘n Bones

gary hoeyGARY HOEY – Dust ‘n Bones
Sortie le 29 juillet 2016 via Mascot Label Group

 

 

 

 

 

 

 

 

 


Gary Hoey, ce nom ne vous dit rien ? Normal, ou pas ! Rangé dans la catégorie au combien vacharde des « seconds couteaux », ce guitar héro cinquantenaire sort aujourd’hui son 20eme album studio, l’excellent Dust ‘n Bones, véritable éventail d’influences de ce qu’est le Blues, le tout servi avec un brio incroyable. Loin des génies à la Van Halen ou Steve Vai (avec qui il a d’ailleurs collaboré), Gary Hoey  a commencé sa carrière de musicien à l’Age de 14 ans en intégrant la prestigieuse école de Berklee (où Pat Meteny officie en tant que prof, c’est dire le niveau, et où l’on a vu sortir d’illustres inconnus peu talentueux comme Reb Beach , Miles Davis , Al di Meola ou encore Quincy Jones , Diana Krall , Ripper Owens , John Mayer, les mecs de Dream Theater…De quoi mettre un peu la pression …) avant d’auditionner pour papa Ozzy en remplacement de Jake E Lee.
Malheureusement on connait la suite de l’histoire puisque c’est Zakk Wylde qui remportera le précieux sésame …. Qu’importe, cela n’empêchera pas Gary Hoey d’avoir une carrière plus que prolifique bien que discrète en collaborant par exemple avec des artistes de renoms tels que Bryan May, Ted Nugent, Joe Satriani, Kenny Wayne Sheppard, Lita Ford (qui fait d’ailleurs un featuring sur cette album pour la très belle balade  Coming Home).

gary hoey

Comme je le disais précédemment cette galette est un hommage au Blues en représentant à travers 11 titres le plus bel éventail qui soit, en attaquant par le très Road 66 Boxcar blues, tout en riff gras et en slide guitare à la Eric Sardinas (idem pour Blind Faith en fin d’album), avant d’enchainer sur le très « Gary Moorien » Who’s your daddy.
Ça commence donc très fort dès le départ en tapant dans des références qui me sont chères mais ce n’est que le début….On continue donc avec Dust n Bones (le titre cette fois), plus Rock FM que jamais  et Steamroller, un bel hommage au regretté Johnny Winter, avant de repasser à un truc plus catchy et enjoué avec Ghost of yesterday et son main riff implacable.
Excellent moment dansant avec Back up against the wall, là encore qui sent bon le Gary Moore , le Lucky Peterson et une certaine période de BB king , parfait donc .Pour terminer en beauté, l’artiste nous gratifie d’un Soul Surfer à l’ambiance ZZ top , avec sa patte solo qui ferait pâlir plus d’un guitariste .

Un excellent album d’un guitariste trop méconnu qui, sans pour autant égaler la maestria d’un John Mayer ou d’un Bonamassa, propose un excellent moment très éclectique de Blues de haute qualité.


Tracklist:

1. Boxcar Blues
2. Who’s Your Daddy
3. Born To Love You
4. Dust & Bones
5. Steamroller (tribute to Johnny Winter)
6. Coming Home (featuring Lita Ford)
7. Ghost Of Yesterday
8. This Time Tomorrow
9. Back Up Against The Wall
10. Blind Faith
11. Soul Surfer

Related posts

Árstíðir – Nivalis

Stephan Birlouez

Atlantis Chronicles – Barton’s Odyssey

Byclown

CLEGANE – White Of the Eye

Stephan Birlouez

Lacher un commentaire

* Utiliser ce formulaire implique que vous êtes d'accord pour que nous stockions les informations que vous nous confiez.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.