Among The Living
Chroniques Albums

HATE – Tremendum

HATE - TremendumHATETremendum

sorti le 4 mai 2017 via Napalm Records


Sinner – vocal & guitar

Pavulon – drums
Apeiron – bass (session)
Domin – guitar (session)


Tremendum est la dixième galette de la formation polonaise en 27 ans d’existence (déjà!).

Du combo originel, il ne reste que le premier pêcheur, Adam BUSZKO,  » The First Sinner  » ou ATFS pour les intimes : Adam, The First Sinner. Chanteur, compositeur et guitariste, il est l’âme damnée et la colonne vertébrale de HATE dont on a pu reprocher, longtemps, l’instabilité.
Hélas, même lorsque le groupe s’était regroupé autour d’un line-up enfin bien installé, le destin s’en était mêlé, comme si HATE était voué à la malédiction. En 2013, le bassiste,  mal nommé  » Mortifer  » décédait en tournée dans la période la plus stable du groupe.
Aujourd’hui le groupe s’est recomposé autour des deux piliers  : ATFS et  Pavulon le batteur.

Le nouvel opus arrive à point nommé pour relancer le groupe et le propulser à nouveau sur les routes, là où il fait merveille et délivre le meilleur de lui même. Côté studio, ça distille sans surprise une jolie galette bien brutale et bien death au tendance black. Sans surprise mais pas sans plaisir. C’est du joli boulot, bien fait et qui fait du bien. HATE est là où on l’attendait et c’est cela l’essentiel.

L’album commence avec le titre « Asuric Being », qui prend son temps pour installer  l’ambiance . La longue intro traîne sur un rythme de caisse claire permanent, avec pas mal de fioritures qui s’attardent et créent une atmosphère pesante et glauque. Cette introduction dure et dure, jusqu’à imploser d’un seul coup sur le son qui donne la couleur du groupe : Un blackened death bien brutal.
La batterie soutient un blast beat intense, et le chant growlé de « ATF Sinner » amène une puissance incroyable. La tendance est confirmée par le second titre, « Indestructible Pillar », qui est un chef-d’œuvre de brutalité et de death metal. Hate  prouve au passage qu’il maitrise le groove, combiné à merveilles sur ce titre.

Suivent ensuite les titres « Svarog’s Mountain », « Numinosum » et « Fidelis Ad Mortem », très pesants et sombres, mais qui manquent un peu d ‘énergie par rapport aux autres titres de l’album.

Ce n’est pas forcément un problème ( on a le droit de se reposer de temps en temps, non ? ) puisque le côté black domine dans ces morceaux, avec un plus pour le solo de « Fidelis Ad Mortem », très bien écrit.



Le titre suivant, « Into Burning Gehenna » est  brutal, inscrit dans  un tempo très élevé réclamant une grande technique apparemment parfaitement maîtrisée par l’ensemble des musiciens. Il est soutenu par des blast beats très rapides d’un Pavulon particulièrement bien inspiré aux fûts ainsi que par des riffs incisifs.

Le septième titre, « Sea Of Rubble » fait preuve d’un groove bien souligné dans toute son écriture, tout en gardant le côté sombre et pesant qui semble la marque de fabrique de l’opus  » Tremendum « .

L’avant-dernier titre, « Ghostforce », alterne entre le sombre et le brutal avec brio, le titre est une réussite dans son ensemble. L’opus se termine sur  « Walk Through Fire », et là, on marche vraiment sur des braises ardentes. Ça commence sur un début très brutal, avant de passer au meilleur riff de l’album selon moi dans un groove énorme par rapport à tout le reste. Du son qui fait bouger la tête de façon incontrôlée.
On alterne ensuite entre ces deux parties, avec un solo toujours aussi bien réussi et interprété, et une partie très sombre et pesante, définitivement black. Le titre s’achève  en fade out, comme si ce n’était jamais fini. Les musiciens déploient toute leur technique dans ce titre qui est probablement le sommet de l’album.
Au final donc, cet album de blackened death metal fait preuve à la fois d’une très grande brutalité, d’un sombre et d’un glauque très pesants, et d’un groove qui fait bouger la tête. 

Décidément, HATE ne pourra jamais renier ses origines et ses influences : c’est du Death, c’est du black, c’est du polonais, c’est du tout bon donc !  On avait déjà eu par le passé des membres des confréries voisinnes qui étaient venu prêter main forte, du personnel de chez VADER ou encore de chez PANDEMONIUM.

On savait le groupe très inspiré par BEHEMOTH, les cousins de Varsovie, cela se confirme pour le plus grand plaisir de nos oreilles. Se confirme également quelques belles inspirations ( influence RIVERSIDE également où l’ancien batteur est reparti faire ses gammes ) moins brutales, plus atmosphériques.

Bel ouvrage, sans ombrage. Tremblez, Tremendum arrive le 4 mai !


Tracklist :

1 Asuric Being
2 Indestructible Pillar
3 Svarog’s Mountain 
4 Numinosum 
5 Fidelis Ad Mortem
6 Into Burning Gehenna
7 Sea of Rubble
8 Ghostforce
9 Walk Through Fire
10 Hearts of Steel (Bonus Track)

 

Related posts

NIGHT RESIDENT – Darkness Is My Home

Stephan Birlouez

ÅRABROT – Norvegian Gothic

Le Masc

VITER « Springtime »

Stephan Birlouez

Lacher un commentaire

* Utiliser ce formulaire implique que vous êtes d'accord pour que nous stockions les informations que vous nous confiez.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.