Among The Living
Chronique Album

HOLLIS BROWN – Ozone Park


HOLLIS BROWNOzone Park

Sortie Juin 2019

Mike Montali : Chant / Guitare

Jonathan Bonilla : Guitare

Andrew Zehnal : Batterie

Adam Bock : Clavier

Chris Urriola : Basse

 


Belle rencontre que celle d’HOLLIS BROWN et son Ozone Park qui pose une vraie parenthèse estivale avec sa pop légère et lumineuse emprunte de soul et d’un groove plutôt irrésistible.
Ayant débuté comme un groupe de garage new-yorkais classique, HOLLIS BROWN tire son nom d’une chanson de Bob Dylan (Ballad of Hollis Brown). Le groupe nous livre ici son dernier opus mélangeant les styles pour s’affranchir de toute étiquette.
Le premier morceau Blood From A Stone résume bien à lui seul l’esprit de l’album. Entre Rhythm’n’blues et rock indie, en passant par la soul, sur un fond de piano bien senti, le titre laisse éclater la qualité des musiciens et en particulier de Mike Montali (chanteur/guitariste) et du guitariste Jonathan Bonilla.
La voix de Montali est juste superbe. Le couple Chris Urriola (basse) et Andrew Zehnal fait des merveilles en section rythmique. Et que dire des partie guitares de Bonilla si ce n’est qu’elles sont superbement à propos.

Les quatre premiers titres de l’opus vous entrainent dans l’univers classieux d’HOLLIS BROWN, vous caressant les sens pendant une bonne trentaine de minutes revitalisantes.



Laissez vous emporter par la voix suave de Montali sur le magnifique She Don’t Love Me Now, ou encore par ce Forever In Me qui en fera fondre plus d’un(e).
L’album s’emballe parfois comme sur ce Bad Mistakes au son bien gras au parfum de stoner, pour prendre le contrepied avec des compos carrément groovy à l’image de ce final sur Go For It.
Même si les gus ne révolutionnent pas le genre (si genre il y a ici, mais parlons plutôt d’un rock au sens large), on se prendra honteusement à laisser son corps s’animer au rythme d’un Stubborn Man en n’arrivant pas à trouver de faiblesse à cet Ozone Park.
Ozone Park est typiquement l’opus que l’on écoute facilement en toutes circonstances, sans réfléchir, et c’est cela qui fait qu’un album est finalement réussi.


 

Related posts

SJUKDOM – Stridshymmer Og Dodssalmer

New Wire

Trust – Dans le même sang

Yann Fournier

VITER “Springtime”

Stephan Birlouez

Lacher un commentaire

* Utiliser ce formulaire implique que vous êtes d'accord pour que nous stockions les informations que vous nous confiez.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.