Among The Living
Chroniques Albums

HYPOCRISY- Worship

HYPOCRISY - Worship
HYPOCRISY
Worship

Sortie le 26 novembre 2021 via Nuclear Blast
 
 
 
 

Peter Tagtgren est un homme dont l’agenda a été plus que rempli dernièrement et même de façon générale d’ailleurs. Jugez en plutôt. Depuis la parution de « End of disclosure » en 2013 Hypocrisy s’est lancé pleinement dans les tournées. Ensuite en 2015 il y a eu la composition de l’album de Lindemann puis le retour de Pain un an après. Puis un nouvel album de Lindemann en 2019 enchaîné à une tournée pour ce projet.
On peut imaginer facilement que la place impartie à Hypocrisy était quelque peu réduite. De plus notre homme est un producteur de renom qui travaille dans ses studios reconnus de tous à savoir les Abyss Studios. Enfin il compte s’atteler pour 2022 à un nouveau projet encore. Revenons toutefois à nos moutons. 
Hypocrisy est donc de retour aux affaires huit longues années après son dernier longue durée. Autant dire que ses fans ont du se montrer très patient sur ce coup là. Pour la petite histoire « Worship » a été composé entre 2018 et 2019. Peter est, pour rappel, la principale force créatrice du groupe. Mikael Hedlund à la basse et Horgh à la batterie lui ont transmis quelques idées tout de même. Et le global est bien sûr l’oeuvre de notre créateur de l’entité. Son mixage quant à lui a été effectué en 2020. Le temps s’est donc bien étalé quand on y songe un peu.

« Worship » s’avère être d’emblée un opus sombre au demeurant doté d’une production fantastique dans son style à savoir puissante à souhait. Ce nouvel opus sait s’imposer mais on pourra néanmoins noter qu’il lui manque quelques moments forts. Mais rien de bien méchant car on peut dire que le groupe maîtrise son sujet. Au programme nous avons toujours droit à cet excellent death metal mélodique dont le groupe a le secret. Nos vétérans de cette scène savent y faire aucun doute.


hypocrisy


Des vocaux  bluffants à bien des niveaux.

Brutal d’entrée avec la piste qui a donné le nom à cet opus on est tout de suite emballé par cet amoncellement de riffs si mélodiques et inspirés en même temps. Une bien belle prouesse et un riff mémorisable assez facilement.
« Chemical whore » traite de l’addiction aux médicaments et plus particulièrement du lobby pharmaceutique. La vidéo illustre à merveille les paroles et ce de façon bien sombre au demeurant. Le riff d’ouverture est tout bonnement excellent dans son genre. « Greedy Bastards » nous évoque le sujet de la corruption. Là encore on se retrouve dans du pur Hypocrisy. Et que dire des vocaux de Peter si ce n’est qu’ils sont bluffants à bien des niveaux.
« Dead world » est apparu à la suite d’une session avec son fils Sebastian en 2017. A la base de cette coopération devait naître un projet mais qui n’a finalement pas abouti. On peut citer à ce sujet le titre « Brotherhood of the Serpent » lui aussi composé avec son fils. « We are the Walking Dead » s’inscrit dans un mid tempo bien senti. Il traite de cette incapacité à se rendre compte de ce qui se passe concrètement dans notre société. 
La cloture de l’album s’effectue avec le morceau « Gods of the underground« . Ce dernier titre s’avère être un peu plus faible que les autres pistes. Ce nouvel opus se veut comme une mise en garde contre notre société et on peut dire que Peter est bien remonté à ce sujet. Le résultat final est presque un petit bijou. Et on attend leur retour sur les planches.


 
Tracklist
Worship
Chemical whore
Greedy bastards
Dead world
We’re walking dead
Brotherhood of the serpent
Children of the gray
Another day
They’ll arrive
Bug in the net
Gods of the underground


Related posts

BLACK LABEL SOCIETY – Grimmest Hits

Stephan Birlouez

WELCOME X – Welcome-X

Stephan Birlouez

CRISIX – The pizza EP

New Wire

Lacher un commentaire

* Utiliser ce formulaire implique que vous êtes d'accord pour que nous stockions les informations que vous nous confiez.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

X