Among The Living
Chronique Album

JIMMY BARNES – Indsight

JIMMY BARNES – Indsight

JIMMY BARNES – Indsight

 Pour son 15ème méfait, Jimmy Barnes reprend pas moins de 14 de ses propres titres qui ont marqués sa carrière. Revisités et accompagnés d’une péliade d’invités, Jimmy Barnes donne une nouvelle jeunesse à 14 de ses compos qui marqueront le 30eme anniversaire de sa carrière solo.

Cette icône de l’hémisphère sud, injustement méconnu en France, nous livre un opus à géométrie variable, mélange de styles toujours appuyés par des guitares affutées. La liste de ses invités est aussi longue que prestigieuse.

On retrouvera Tina Arena et Joe Bonamassa sur un Stone Cold sublime et envoutant, signant la partie blues et soul de l’album, avec d’autres titres du même acabit comme I’d Die To Be With You Tonight en duo avec Johnny Diesel.

La voix puissante et polyvalente de Barnes se pose parfaitement sur toutes les contraintes des compos et de leurs invités. Le maitre de cérémonie pousse ses hôtes dans leurs retranchements et se livre à autant de joutes amicales.

 

Il retrouve Ian Moss de son groupe COLD CHISEL, et Jonathan Cain, le clavier de JOURNEY, pour un Working Class Man catchy et prenant qui signe une des pépites de l’album. Le même Cain que l’on retrouve d’ailleurs sur Going Down Alone avec Neal Schon, l’excellentissime grateux de JOURNEY qui signeront un titre bien rock’n’roll ou s’affrontent la six cordes du sieur avec celles (vocales celles-ci) d’un Barnes magistral.

Polyvalent, cet album vous transportera à travers les genres, d’un Hard-Rock carré avec Lay Down Your Gun au festif Good Times et ses cuivres, rien n’est laissé au hasard pour vous captiver.

Mis à part le malheureux Love and Hate interprété avec le groupe SHIHAD, sans saveur, cette galette est un incontournable pour qui veut (re)découvrir un chanteur extraordinaire dont la notoriété outre Océanie n’est en rien usurpée.

Indsight est tout bonnement un album qui se savoure comme une friandise. Jimmy Barnes, du haut de ses 60 printemps, n’a rien perdu de son timbre vocal, auquel la maturité apporte une patine du meilleur effet. Barnes signe ici une sorte de Best Of revisité de quelques-unes des meilleures compos. En définitive un Must Have de toute discothèque qui se respecte.

 

Tracklist

Lay Down Your Guns (avecThe Living End)
Time Will Tell (avec The Baby Animals)
Good Times (avec Keith Urban)
Ride The Night Away (avec Little Steven du E Street Band)
Stand Up (avec Mahalia Barnes & The Soul Mates)
I’d Die To Be With You (avec Diesel)
Stone Cold (avec Tina Arena & Joe Bonamassa)
Working Class Man (avec Jon Cain de Journey et Ian Moss de Cold Chisel)
Going Down Alone (avec Neal Schon de Journey)
Love And Hate (avec Shihad)
No Second Prize
I’d Rather Be Blind
(avec Jon Stevens)
When Your Love Is Gone
The Other Kind 

 

Related posts

John Diva & the Rockets of Love – Mama said Rock is dead

Stephan Birlouez

BLACKRAIN – Released

Stephan Birlouez

ORANSSI PAZUZU – Mestarin Kynsi

New Wire

Lacher un commentaire

* Utiliser ce formulaire implique que vous êtes d'accord pour que nous stockions les informations que vous nous confiez.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

X