Among The Living
Chroniques Albums

KREATOR – Gods Of Violence

KREATOR –  Gods Of Violence

Date de sortie : 27 janvier 2017

Miland « Mille » Petrozza – chant, guitare
Christian « Speesy » Giesler – basse
Jürgen « Ventor » Reil – batterie, chant
Sami Yli-Sirniö – guitare


Après quelques années d’expérimentation (ou d’errance diront certains) à la fin des années 90 (Outcast, Endorama), KREATOR remet tout le monde d accord en 2001 avec l’énorme Violent Revolution. Cette date correspond également à l’arrivée au sein du groupe du guitariste  Sami Yli-Sirniö (qui officie également dans l’excellent Waltari). La nouvelle direction musicale du groupe doit certainement beaucoup à l’arrivée de ce musicien de talent. Sur les 3 albums qui suivirent, Enemy of God, horde of chaos et surtout Phantom Antichrist, KREATOR a réussi à trouver le compromis parfait entre agressivité et mélodie, et riffs thrash brutaux ultra efficaces, chant haineux et parties mélodiques et harmoniques se mélangent à merveille. Avec ces derniers albums KREATOR est devenu le leader incontestable de la scène thrash européenne voir mondiale.

Les attentes sont donc élevées pour ce nouvel opus. le concept du groupe ne change pas, tant au niveau du visuel toujours très réussi (on retrouve la mascotte) tant au niveau des textes qui traitent de la réaction de l’ homme face aux oppressions totalitaires qu’elles soient politiques ou religieuses.

Sur le plan musical, l album débute avec une intro épique puis le titre World War Now:  ce qui frappe après les premiers riffs c’est la mise en avant de passage très mélodiques avec de belles envolées de guitare, de magnifiques soli, quelques notes de claviers. L’origine finlandaise de Sami y est pour beaucoup et l’ on retrouve cet esprit de composition qui a fait le succès  de nombreux groupes de power symphonique comme Sonata Artica ou Stratovarius par exemple. Mais attention le chant est toujours aussi haineux, les gros riffs thrash déboulent à 1000 a l’heure et Ventor le batteur est toujours très en forme.

 



Viennent ensuite les 3 titres majeurs de l’ album, Satan is Real, Totalitarian Terror et Gods Of Violence.

 Satan is Real sonne comme un véritable hymne et le refrain rentre profondément dans le crane, les riffs sont bien lourds et efficaces, les guitares sont une nouvelle fois mises en avant et ajoutent une belle part mélodique et technique au morceau.
Totalitarian Terror est un des  titres les plus brutaux de l’album. Il débute sur des riffs thrash brutaux ultra efficaces qui rappelle les premières compositions du groupe. Hélas le groupe y va ici encore de son petit chorus mélodique qui, loin d’être désagréable, pêche un peu avec la puissance du début. Un break bien “mosh part” vient relancer le morceau qui se finit en  belle Apothéose thrash.
Gods of Violence: un des meilleur morceau de l album, qui aurait très bien pu figurer sur Phamtom Antichrist. morceau pêchu, efficace, agressif. pas de fioritures, c’est direct, ca fait du bien par ou ça passe. Un bon travail sur les harmoniques de guitares.
A ce stade, on se dit que KREATOR va rééditer l’exploit des  derniers albums, mais a partir du 6eme morceau, on note un changement au niveau des compositions, en effet les morceaux sont plus mélodiques, moins oppressants, tous simplement moins brutaux. On a l’impression de revenir à l’époque de “Renewal” ou de “Outcast“, période que je trouvais intéressante mais qui avait dérouté les fans de la période “Pleasure to Kill“. Les morceaux sont plutôt bons, “Hail To The Hordes” se rapprocherait un peu de l’ esprit de Sabaton et vous donne envie de partir guerroyer. Mais on sent moins de folie dans ces morceaux, les guitares sont plus simples, les compos moins recherchées (inspirées?).

Le morceau “Side By Side” relance un peu la machine avec un thrash et un refrain plutôt efficaces. KREATOR signe la encore  un album de bonne facture. Le groupe continue son évolution en proposant un mix intéressant entre le gros thrash brutal de ses débuts et le power/heavy metal mélodique. Son art de la composition et du riff qui fait mouche est toujours intact, sa hargne est toujours la mais son inspiration s’est un peu effritée au long de l album ce qui place cet album un peu en dessous de l’œuvre précédente.    



Related posts

PRETTY MAIDS – Maid in Japan – Future World Live 30 Anniversary

Stephan Birlouez

GOD IS AN ASTRONAUT – Ghost Tapes #10

Stephan Birlouez

ZAKK WYLDE – Book of Shadows 2

Byclown

Lacher un commentaire

* Utiliser ce formulaire implique que vous êtes d'accord pour que nous stockions les informations que vous nous confiez.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

X