Among The Living
Chroniques Albums

LLNN – Unmaker


LLNN
Unmaker

Sortie le 24 Septembre 2021

 


LLNN : monte à bord et tu vivras.

Imagine un trou noir, insondable, avalant tout, ne recrachant rien. Et pourtant, soudain, apparait en son coeur la proue d’un vaisseau aux dimensions titanesques. Lourd, il avance inexorablement. Inarrêtable, il poursuit sa course, déterminé à mener à bien sa mission : tout détruire. Son flanc est barré de quatre lettres énigmatiques : LLNN.

Avec « Loss » (2016), l’équipage danois s’était présenté à bord d’un croiseur déjà bien armé : des racines hardcore trempées dans le sludge, avec un sens de la mise en atmosphère prononcé (soit l’une des formules du « post metal », diront certains). 

Deux ans passent et « Deads » vient confirmer la bonne trajectoire prise par LLNN, plus imposant encore. En avril de la même année, il croisera notre route au fond d’un bar de Tilburg. Comme nous, le festival Roadburn a vite repéré le phénomène. Le concassage brise-nuque alors proposé par ces quatre forgerons du son nous incitera à effectuer une recherche Google sans tarder : « Où se procurer de l’adamantium? »

Trois ans et une interminable pandémie plus tard, c’est hélas sans cette information que nous montons à bord du dantesque « Unmaker ». A la fois bien plus dense et plus aérien, et bénéficiant d’une production à sa mesure, LLNN nous fait naviguer dans son paysage sonore, toujours très cinématographique (on sent et on sait certains de leurs membres férus de SF). On retrouve sa marque de fabrique, passée à la presse hydraulique et polie au fil des années. 


LLNN


Unmaker  arrive à point nommé.

Les riffs nourris au plomb, la bass qui remue les tripes, la batterie-enclume, les nappes de synthé toujours à propos et la voix arrache-glotte sont bien là. Des samples – plus ou moins triturés – de machines industrielles rajoutent ici et là un peu plus d’épaisseur, de consistance et de noirceur à cette oeuvre fleurant bon l’apocalypse. 

A l’écoute d’« Imperial », « Desecrator », « Obsidian », « Interloper », « Division » et « Forger », salves toutes aussi absurdes de puissance les unes que les autres, on se dit qu’« Unmaker » arrive à point nommé, alors que la planète ne nous laisse guère que trois choix : arrêter rapidement nos conneries, disparaître ou la quitter.

Tu as prévu de terraformer une planète lointaine? De creuser des galeries au fond d’une mine à un parsec d’ici ou de savater de l’alien comme Ripley? De reconstruire l’Etoile Noire ou de diriger une armée de Cylons qui s’ignorent encore ? Echauffe-toi la nuque, enfonce tes écouteurs et grimpe.


Tracklist :
01. Imperial
02. Desecrator (avec en guest Matt McGachy de Cryptopsy)
03. Obsidian
04. Vakuum
05. Scion
06. Interloper
07. Division
08. Forger
09. Tethers
10. Resurrection 

 


Related posts

DogNStyle – Only Stronger

Stephan Birlouez

ALICEISSLEEPING – Completely Fine

Stephan Birlouez

21 OCTAYNE – Rencontre à Paris le 22 fevrier 2014

Stephan Birlouez

Lacher un commentaire

* Utiliser ce formulaire implique que vous êtes d'accord pour que nous stockions les informations que vous nous confiez.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

X