Among The Living
Chroniques Albums

LOS DISIDENTES DEL SUCIO MOTEL – Polaris

LDDSM POLARIS
LOS DISIDENTES DEL SUCIO MOTEL
Polaris

Sortie le 02 avril 2021

Nicolas Foucaud : Chant / Guitares
Daniel Scherding : Chant / Claviers
Gregory Hiltenbrand : Batterie
Katia Jacob : Chant / Clavier / basse
Romain Reichhart : Guitares

5 ans après Human Collapse, les strasbourgeois de LOS DISIDENTES DEL SUCIO MOTEL reviennent avec Polaris, un album sombre et inspiré. Définissant le thème principal en ces mots : ” Un 4eme album s’attaquant aux perspectives célestes logées au creux de l’humain “, LDDSM résume bien l’atmosphère de ce nouvel opus caractérisé par des émotions souvent contradictoires et brutes.
Ce quatrième album amène également un changement de Line-Up avec l’arrivée de Katia Jacob à la basse mais aussi au clavier et au chant, ce qui porte à trois le nombre de chanteurs dans le groupe.
L’entrée en matière avec Blood-Planet Child (après une brève intro) plonge l’auditeur directement dans l’univers lourd et dense qu’ils distillent, sans crier gare, avec leur Stoner intense.
Même traitement avec Dark Matter : le soleil ne transperce toujours pas la chappe mélancolique, limite dépressive, qu’induit la musique développée ici. Le titre monte en puissance pour accéder à une dimension plus aérienne, sans cesse rattrapée par les guitares lourdes et incisives.


lddsm


C’est sur Blue Giant que l’on s’élève, avec des riffs aériens tranchants avec des guitares acoustiques et un chant clair superbe. Ce titre est une réelle invitation au voyage et à l’introspection.
L’explosion arrive avec The Plague : c’est attendu, les voix s’entremêlent en une sorte d’hymne à la vie et ce malgré le titre (La Peste).
Les influences clairement grunges ressortent sur des titres comme Alpha Ursae Minoris, Horizon ou voire même sur Blue Giant et son coté Alice In Chains, s’échappant un peu de la ligne Stoner/Doom maintenant par LDDSM.
Polaris est un bel album au chant multi voix qui fait sa différence. Musicalement le propos, d’une durée de 44 minutes, est suffisamment riche pour ne jamais laisser le loisir à l’auditeur de décrocher. Avec des guitares lourdes et une base rythmique imposante, LDDSM arrive à s’extraire de la redondance liée au genre par une émotion palpable et omniprésente. Bravo !


:-:o :-:
Blood-Planet Child
Dark Matter
Blue Giant
The Plague
Alpha Ursae Minoris
Earthrise
The Key
Horizon
The Great Filter

 

Related posts

TREMONTI – CAUTERIZE

Stephan Birlouez

YANN ARMELLINO & EL BUTCHO – 17

Stephan Birlouez

MONSTER TRUCK – TRUE ROCKERS 

NAZGUL

Lacher un commentaire

* Utiliser ce formulaire implique que vous êtes d'accord pour que nous stockions les informations que vous nous confiez.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

X