Among The Living
Chroniques Albums

MICHAEL ROMEO – War Of The Wolds Pt.1

MICHAEL ROMEO - War Of The Wolds Pt.1MICHAEL ROMEOWar Of The Wolds Pt.1

 

Sortie Juillet 2018

 

Rick Castellano – Chant
Michael Romeo – Guitare
John Deservio – Basse
John Macaluso – Batterie

 

 

 


Premier opus du maestro officiant au sein de Symphony X, War Of The Wolds Pt.1 était attendu depuis longtemps par les fans de tous poils et adeptes des cascades  de notes balancées par des 6 cordes mises à rude épreuve.
Le problème avec ce genre d’exercice, c’est qu’il tourne trop souvent à la démonstration, noyant le propos dans une mélasse technique écœurante.
C’est avec cette appréhension que je me suis attaqué à cette première œuvre de Michael Romeo, et je dois dire qu’elle s’est très vite envolée.
War Of The Wolds Pt.1 est tout simplement un modèle du genre, une perfection de composition, un équilibre parfait qu’il a composé et enregistré durant un an et demie dans son studio « donjon » d’Hazlet, dans le New Jersey.
L’œuvre est cinématographique et s’écoute comme on regarde un film épique en cinémascope. Le guitariste s’est très bien entouré pour ce projet, avec Rick Castellano qui fait des merveilles au chant, mais aussi de John Deservio, (Black Label Society) et John Macaluso à la batterie.


MICHAEL ROMEO - War Of The Wolds Pt.1


L’album est puissant, la variété des ambiances fait qu’il s’écoute d’une traite sans qu’à aucun moment on ne ressente une lassitude quelconque, et l’orchestration y est massive.
Ouvrant sur un instrumental simplement nommé Introduction,  on plonge dans l’univers feutré et riche du bonhomme, à l’image d’une bande originale de film.
S’en suit un Fear The Unknow assassin qui voit le premier riff monstrueux de l’artiste vous cueillir sans ménagement, appuyé par une section rythmique imparable.
Mais ce qui frappe avec War Of The Wolds Pt.1 c’est la richesse des compositions et les transitions à l’image de ce F*cking Robots progressif qui tranche avec la violence et la patte heavy de  Black qui le précède.
Même traitement avec ce magnifique Djinn, qui résume à lui seul l’esprit de l’album, titre à tiroirs qui mélange les styles passant d’un heavy speed à une digression orientale et aérienne le tout arrosé de plans de guitares somptueux.
Un titre comme Differences montre le génie guitaristique de Michael Romeo, capable d’opposer indifféremment des parties orchestrales (War Machines) à d’autres beaucoup plus brutales (Oblivion) sans que cela ne choque.
Finalement cet album ne se décrit pas vraiment mais s’écoute d’une traite comme on regarde un bon film, confortablement installé et concentré.


Related posts

MAGNUM – Lost On The Road To Eternity

Stephan Birlouez

DEVILMENT – The Mephisto Waltzes

Byclown

WYLEO – Circles (EP)

Stephan Birlouez

Lacher un commentaire

* Utiliser ce formulaire implique que vous êtes d'accord pour que nous stockions les informations que vous nous confiez.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.