Among The Living
Chroniques Albums

MORS PRINCIPIUM EST – … and Death said live

MORS PRINCIPIUM EST
 

MORS PRINCIPIUM EST – … and Death said live

Sortie le 14 décembre 2012

Ville Viljanen – Vocals
Mikko Sipola – Drums
Teemu Heinola – Bass
Andy Gillion – Guitars
Andhe Chandler – Guitars


Je dois avouer que la première motivation quant au choix de faire cette chronique résidait dans le style musical : Death Metal Mélodique.
Doté d’un esprit pourtant extrêmement ouvert (non j’deconne là, je n’ai jamais eu de traumatisme crânien, ou on me l’a caché…), l’antinomie des termes Death metal et Mélodique était tellement flagrante pour moi qu’elle a piquée ma curiosité au vif.
Les Finlandais de MORS PRINCIPIUM EST nous livrent ici leur quatrième opus après une absence de 5 ans due aux changements de line Up (deux nouveaux guitaristes) et quelques galères de maisons de disques.

Commençons par décortiquer ce « And death said live », à la pochette qui plante le décor un poil morbide (normal me direz-vous pour du death Metal) avec une mort se baladant dans la campagne, une tablette sous le bras du type « commandements » et semblant bénir le peuple de sa main anorexique. Vous l’aurez deviné, la pochette n’est pas d’une grande originalité ni d’une beauté à couper le souffle, gageons que le contenu de l’opus soit plus novateur.

Apres une courte intro au synthé (qui tiendra bien sa place tout au long de l’album) on se prend un Departure assené comme une invitation à un voyage de type sans retour. C’est puissant, carré, une section rythmique ayant pris comme idole une locomotive à vapeur bien sur ses rails, le tout épaulé par un synthé harmonieux (si si) et accompagnant le voyageur à peine réveillé (tout est dans le titre, suivez un peu…).
I will Return (trop tard) et Birth Of The Starchild (avec comme invité Ryan Knight guitariste de The Black Dahlia Murder) sont du même acabit : de purs bons moments de trash, des breaks académiques, une guitare syncopée et mélodique, et un batteur épileptique. Mais alors et le death dans tout ça ? C’est évident, le chanteur ! (il faut mâcher le chat avant de l’avaler et c’est encore mieux de l’occire avant de passer à table car après ça gratte).

Trêve de plaisanteries.. en trois morceaux les MORS PRINCIPIUM EST, et particulièrement Ville Viljanen, ont fait voler en éclat mon apriori sur le style. Ok ça braille, mais qu’est-ce que c’est bon, l’album se déroule sur fond de concept album, dans lequel on se laisse glisser sans résistance.

J’y retrouve même du FLOTSAM et du TESTAMENT, les parties de guitare sont ultra efficaces et savoureuses, le batteur quant à lui ne s’arrête plus, suivi de près par un bassiste branché sur du 220.

L’opus marque son milieu par le titre éponyme de l’album …and Death said live, break planant après un Ascension éprouvant pour la tension. Le reste des titres suit la même trajectoire, d’un côté le lyrisme des guitares et du synthé, de l’autre la section d’assaut implacable menée par Teemu Heinola à la basse et Mikko Sipola à la batterie. What The Future Holds, probablement un de mes morceaux préféré de l’album avec The Meadows Of Asphodel accueille quant à lui Jona Weinhofen le guitariste des australiens de I KILLED THE PROM QUEEN.

Finalement l’abomination se termine sur Dead Winds Of Hope, qui n’est pas un hymne à l’optimisme mais n’en reste pas moins un morceau excellent.
L’ensemble est homogène, le seul petit bémol à mon sens est cette impression de redondance tout au long de l’album mais qui n’enlève rien à la qualité des compos.

…and Death said live est donc un très bon album, qui plus est, il m’a réconcilié avec un genre auquel je ne pensais plus trop me frotter. Comme quoi il ne faut jamais dire – fontaine je ne boirai pas de ton eau – fusse t’elle issue du Styx.


Tracklist :
The Awakening
Departure
I Will Return
Birth Of The Starchild
(feat. Ryan Knight)
Bringer Of Light
Ascension
… and Death said live
Destroyer Of All
What The Future Holds
(feat. Jona Weinhofen)
The Meadows Of Asphodel
Dead Winds Of Hope

Related posts

JUNON – The Shadows Lengthen

Le Masc

GAMMA RAY – Skeletons & Majesties Live

Stephan Birlouez

VICIOUS RUMORS – Live You To Death

Stephan Birlouez

Lacher un commentaire

* Utiliser ce formulaire implique que vous êtes d'accord pour que nous stockions les informations que vous nous confiez.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

X