Among The Living
Chroniques Albums

ONDSKAPT – GRIMOIRE ORDO DEVUS

ONDSKAPT - Grimoire Ordo Devus
ONDSKAPT
Grimoire Ordo Devus

Sortie le 27 novembre 2020
 
Charles-Axel Cornelius “Acerbus” Axelson Johnson  : chant
Joel “J. Megiddo” Lindholm : guitares
Max “Gefandi Ör Andlät” Aspögård : basse
Erik “Daemonum Subeunt” Röjås : batterie
 

Qu’il semble loin le temps où la formation était dans les rangs d’Oaken Shield/Adipocere Records avec l’album en réédition “Draco sit mihi dux“. Ce dernier était déjà une pièce maîtresse du black metal suédois. Il avait été pressé à l’origine par Selbstmord. “Dödens Evangelium” publié en 2005 était aussi un album solide dans le genre.
Dix ans se sont écoulés depuis la parution de leur précédent album “Arisen from the ashes“. Les suédois savent prendre tout leur temps on dirait. Un début d’explications concernant ce long laps de temps vient du fait que le combo a subi des changements de personnel. Un nouveau line-up fut constitué pour l’enregistrement de Grimoire ordo devus.
Ce nouvel opus est paru le 27 novembre 2020 via le label légendaire français Osmose Productions. Le titre de l’album traite des grimoires nécromantiques ainsi qu’un ordre divin. Acerbus le seul musicien d’origine a visiblement composé une certaine partie de la musique ainsi que les lyrics. L’ancien bassiste Gefandi a collaboré aussi. On se situe musicalement parlant dans la même lignée globalement que pour l’opus précédent. Son black metal occulte et assez porté sur l’aspect rituel se veut actif et énergique à souhait. L’aura mystique est belle et bien présente une nouvelle fois. On peut tout naturellement d’une œuvre misanthropique dans son genre. Toutefois on est assez éloigné des productions underground à ce niveau de par la clarté et la puissance du son. Bien à eux. Esotérique et glacial le répertoire est défini comme tel pour poser le décor.

ONDSKAPT


Dès l’ouverture intitulée “Prelude” le ton est donné. Ce son bien froid est typique des productions à la scandinave est si marquant. “Semita sinistram” enchaîne sur un tempo bien rapide, au dynamisme certain. Leur black metal austère s’avère être phase avec des sonorités plutôt dites modernes en 2020. On pourrait très bien songer à Watain à l’évidence. Tout comme on peut songer à cette scène orthodoxe avec Ofermod, Katharsis, Deathspell Omega ou encore Funeral Mist. Car ONDSKAPT y appartient aussi à cette scène car ils font partie des premiers à s’y être immiscer et s’y installer durablement. Les mélodies distillées sont toujours bien inspirées et vicieuses à souhait. Les blasts se veulent vraiment brutaux dans l’âme. Des soli de grande qualité font leur apparition sur “Possession” ou encore “Opposites” pour notre plus grand plaisir. L’utilisation des arpèges installent une certaine atmosphère et un climat bien spécifique voire satanique à l’ensemble. 

Possession” est un titre représentatif de leur répertoire, il sait varier les plaisirs à savoir placer un tempo plus lent au début pour accélérer le rythme. Et revenir à un autre rythme entre les deux pourrait-on dire. “Animam malum daemonium” s’avère être une piste à écouter en priorité à mon sens. La maîtrise de leur art est ici complète. La variété des tempi est un vrai plus déterminant. On est amené à retourner vers cette galette ténébreuse en définitive. ONDSKAPT continue à tenir cette flamme noire fidèlement sans déroger aux règles. On clôture en beauté cet album avec le morceau “Excision“. 
Avec ses cinquante-huit minutes au compteur pour dix morceaux dont une intro ONDSKAPT nous a livré un excellent album en cette fin d’année 2020. De plus à ce sujet on peut se dire que décidément cette dernière a été très riche en sorties suédoises de grande qualité avec Mork Gryning, Trident, Necrophobic et Svartsyn pour citer les plus probants. Une bien belle pochette ornée de son logo efficace est à noter pour couronner le tout. Vingt ans que la formation de Stockholm agit pour le plus grand bonheur des amateurs de ce style noir si jouissif. On peut tout simplement parler de pilier toujours prêt à s’investir. Espérons que l’on pourra les voir sur scène dès que la situation sera redevenu normale.

TRACKS
Prelude
Semita sinistram
Ascension
Devotum in legione
Animam malum daemonium
Opposites
Paragon belial
Possession
Old and hideous
Excision


 

Related posts

ABORTED – Retrogore

Byclown

Il était une fois… FAR : Fire is not to blame.

Victorien

Philip H. Anselmo / Warbeast “EP”

Stephan Birlouez

Lacher un commentaire

* Utiliser ce formulaire implique que vous êtes d'accord pour que nous stockions les informations que vous nous confiez.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

X