Among The Living
Chroniques Albums

OVERKILL – The Grinding Wheel

overkillOVERKILL – The Grinding Wheel

Sortie le 10 février 2017

Bobby « Blitz » Ellsworth : Vocals
D.D. Verni : Bass, Backing Vocals
Dave Linsk : Lead and Rhythm Guitars
Derek Tailer : Rhythm Guitars, Backing Vocals

 

 

 

 

 


Dès les premières notes de l’album, le son  d’Overkill est tout de suite identifiable, la basse de DD Verni  est toujours aussi claquante et présente au mixage. La voix de Bobby Blitz est reconnaissable entre mille, c’est ce qui a entre autre forgé l originalité du groupe depuis des décennies.

Sur ce 18eme album, le groupe du new jersey nous propose des compos riches et variées qui oscillent entre le thrash, le speed, le heavy voir le hard rock/rock n roll. Le groupe mélange très bien le thrash de ses débuts avec des parties heavy n’ roll, nous rappelant qu’il est né au début des années 80 en pleine période heavy metal et hard rock et qu’ils n’ont pas reniés leurs influences. La force de cet album est que chaque morceau se différencie, diverses ambiances sont proposées avec beaucoup de réussite. l’ auditeur ne tombe jamais dans la monotonie. il y a toujours un break ou un riff pour relancer la direction du morceau ou pour créer la surprise. les soli sont dignement exécutés, les morceaux sont accrocheurs, il règne une ambiance « patate » sur l ensemble de la galette.

Les puristes du thrash pourront regretter l’époque « The Years of Decay » ou « Horrorscope » qui avaient consacrées le groupe, d autres pourront trouver à cet album un coté un peu trop « old school » vieillot  ou deja vu dans les compositions mais les divers styles se marient très bien.
Mention spéciale aux titres: « Our Finest Hour » un morceau thrash/heavy dont le refrain et le final avec ses mélodies de guitare vont  vous rester dans le crane.


overkill


The Long Road: débute sur une superbe intro qui mêle soli de guitare et ambiance épique pour continuer sur de bon riffs heavy/speed. Come Heavy: tout est dans le titre: il débute sur un riff bien lourd sludge qui débouche sur  du bon heavy mid tempo old school. A écouter dans la bagnole, le coude sur la portière.
Les morceaux « Red White and Blue » et « The Wheel » sont plus directs et raviront les fans de la première heure, overkill renoue avec ses débuts thrash epoque « Taking Over« , « Feel The Fire« .
L album clôture sur le titre eponyme de l’opus « The Grinding Wheel« , peut être le nouvel hymne qu’il manquait a OVERKILL depuis « In Union We Stand » ou « Elimination« . D’abord posé, mid tempo, très lourd, le morceau explose dans un thrash énorme qui défonce tout sur son passage, puis petite ligne de basse et le morceau se termine de manière grandiose dans une atmosphère épique et symphonique. une franche réussite. Le titre devrait très bien rendre live.

Avec un line up stable depuis maintenant 2005, OVERKILL a trouvé une réelle alchimie qui se manifeste par un style personnel et maîtrisé, preuve en est la réussite « commerciale » des deux précédents albums « The Electic Age » et « White Devil Armory« . le groupe montre qu’il est encore bien présent sur la scène et qu’il ne rendra jamais les armes à l instar de ses vieilles connaissances Testament et Kreator.



Related posts

MICHAEL MONROE – I Live Too Fast To Die Young

Stephan Birlouez

BURSTING WONDERLAND – David VS Goliath

Stephan Birlouez

CRYPTA – Echoes Of The Soul

Stephan Birlouez

Lacher un commentaire

* Utiliser ce formulaire implique que vous êtes d'accord pour que nous stockions les informations que vous nous confiez.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.